En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 846.93 PTS
+0.17 %
5 839.5
+0.05 %
SBF 120 PTS
4 598.83
+0.01 %
DAX PTS
13 049.70
-0.43 %
Dow Jones PTS
27 904.03
-0.02 %
8 372.48
+0.12 %
1.107
+0.09 %

Colombie: des manifestants défient le président Duque malgré le couvre-feu

| AFP | 468 | 2 par 1 internautes
Un manifestant lançant une pierre contre la police, le 21 novembre 2019 à Bogota.
Un manifestant lançant une pierre contre la police, le 21 novembre 2019 à Bogota. ( RAUL ARBOLEDA / AFP )

Des manifestants ont défié vendredi le couvre-feu imposé à Bogota, protestant à coups de casseroles devant le domicile du président colombien Ivan Duque, cible la veille d'une mobilisation massive suivie de violences.

Une cinquantaine de personnes chantaient l'hymne national devant la résidence du chef de l'Etat dans le nord de la capitale, en s'accompagnant d'un "cacerolazo", a constaté l'AFP.

Ces manifestants se sont dispersés dans le calme, une heure après le début du couvre-feu à 21H00 locales (02H00 GMT samedi), tandis qu'aileurs dans la ville, des habitants faisaient aussi depuis chez eux résonner casseroles et marmites.

Environ 300 personnes ont aussi protesté sur la principale autoroute traversant Bogota, qui n'avait pas connu de couvre-feu total depuis des manifestations en 1977.

Plus tôt dans la soirée, le président de droite avait appelé à un dialogue national.

"A partir de la semaine prochaine, je lancerai une conversation nationale, qui renforcera l'actuel agenda de politique sociale, en travaillant ainsi de manière unie avec une vision à moyen et long terme, qui nous permettra de combler les écarts sociaux", a-t-il affirmé, précisant que ce dialogue se tiendrait "dans les régions avec tous les secteurs".

"Vandalisme" maitrisé à Bogota

Très impopulaire après à peine plus de quinze mois au pouvoir, M. Duque a ainsi fait un premier pas envers les organisations ayant appelé à la plus grande mobilisation sociale de ces dernières années contre le gouvernement.

Il a ajouté avoir "décidé de renforcer la présence de la force publique" et ordonné "le déploiement de patrouilles mixtes de la police et de l'armée de terre dans les lieux les plus critiques".

De son côté, le maire de Bogota, Enrique Peñalosa, a décrété le couvre-feu jusqu'à 06H00 samedi (11H00 GMT), en réponse à des troubles dans des quartiers populaires de cette capitale de sept millions d'habitants.

Le ministre de la Défense, Carlos Holmes Trujillo, a ensuite annoncé dans la nuit que les "actes de vandalisme" avaient été maitrisés à Bogota. "Il n'y a pas d'actes de vandalisme actuellement, le couvre-feu est respecté à 90%", a-t-il déclaré à la presse.

Un manifestant colombien s'en prenant aux forces de l'ordre à Bogota, le 21 novembre 2019.
Un manifestant colombien s'en prenant aux forces de l'ordre à Bogota, le 21 novembre 2019. ( Juan BARRETO / AFP )

Auparavant, des centaines de personnes s'étaient regroupées en fin de journée pour des "cacerolazos" notamment place Bolivar, coeur historique de Bogota, proche de la présidence, et ailleurs comme à Medellin et Cali, deuxième et troisième villes du pays.

Les rassemblements dans la capitale se sont ensuite dispersés, la police anti-émeute faisant usage de grenades assourdissantes et de gaz lacrymogènes.

Les autorités avaient d'abord fait état vendredi d'un retour à la tranquillité sur l'ensemble du territoire. Mais peu après, de nouveaux incidents opposaient des habitants du sud de la capitale aux forces de l'ordre, près de stations de transport urbain, fermées en raison des dégâts la veille. Des supermarchés ont été pillés et des autobus attaqués.

20.000 policiers et militaires

M. Peñalosa a en outre instauré la "loi sèche", interdiction de vente d'alcool, jusqu'à samedi à la mi-journée, invoquant la crainte de "vandales".

Il a ajouté que "près de 20.000" policiers et militaires étaient déployés dans la capitale, et avaient procédé à environ 230 arrestations.

Des entreprises, commerces, établissements scolaires et universitaires avaient fermé tôt, certains protégeant vitrines et façades avec des plaques de bois, voire de métal.

Du fait de la paralysie des transports, José Cervantes, 42 ans, ouvrier du bâtiment, était de ceux qui craignaient de "ne pouvoir arriver" chez eux avant le couvre-feu, imposé aussi dans des localités proches de la capitale. "Les jambes font mal à force de marcher", a-t-il déclaré à l'AFP.

Certains habitants s'étaient armés de gourdins et de couteaux de peur de vols, alors que la capitale était désertée, a constaté l'AFP.

Les "cacerolazos", courants dans d'autres pays d'Amérique latine, étaient inusités en Colombie jusqu'à jeudi, où après les manifestations certains ont duré environ trois heures.

Dénonçant des mesures économiques, sociales et sécuritaires du gouvernement, des centaines de milliers de personnes avaient protesté dans tout le pays au cours de marches majoritairement pacifiques.

Mais lors de violences ensuite, trois civils sont morts et 122 autres, ainsi que 151 membres des forces de l'ordre, ont été blessés, dans diverses villes, selon un bilan officiel.

Ivan Duque, 43 ans, au pouvoir depuis août 2018, pâtit d'un taux d'impopularité de 69% selon les sondages.

Outre une politique de sécurité focalisée sur le narcotrafic, les manifestants dénonçaient des velléités de flexibiliser le marché du travail, d'affaiblir le fonds public des retraites en faveur d'entités privées, et de reculer l'âge de la retraite.

Certains réclamaient aussi des moyens pour l'enseignement public, la protection des indigènes et défenseurs des droits, ainsi que le respect de l'accord de paix signé en 2016 avec l'ex-guérilla Farc, que M. Duque juge trop laxiste.

La mobilisation en Colombie, pays aux inégalités criantes, intervient dans un climat agité en Amérique latine avec des crises, sans dénominateur commun, en Equateur, puis au Chili et en Bolivie.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 2
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 10/12/2019

Valeo perd du terrain (-3% à 34,5 euros) après la présentation de son nouveau plan stratégique pour la période 2020-2022...

Publié le 10/12/2019

Engie remplacera 1 GW d'actifs au charbon par 1 GW de renouvelables au Pérou et au Chili...

Publié le 10/12/2019

Mcphy est très entouré ce mardi...

Publié le 10/12/2019

Le nom du repreneur de Bourbon devrait finalement être connu l'avant-veille de noël...

Publié le 10/12/2019

Regeneron pourrait débuter la séance en repli, pénalisé par les propos de Sanofi. A l'occasion de sa réunion investisseurs, le groupe pharmaceutique français a indiqué qu'il pourrait monétiser…