En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 875.93 PTS
+1.70 %
4 872.00
+1.68 %
SBF 120 PTS
3 888.85
+1.75 %
DAX PTS
11 205.54
+2.63 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.98 %
1.136
+0.00 %

Climat: l'accord de Paris sur les rails, sans ambitions nouvelles

| AFP | 339 | Aucun vote sur cette news
Le chef de la délégation iranienne Majid Shafiepour Motlagh (g), le négociateur en chef de la Chine sur le climat, Xie Zhenhua et le président de la COP24, Michal Kurtyka à la fin de la COP24 à Katowice, dans le sud de la Pologne, le 15 décembre 2018
Le chef de la délégation iranienne Majid Shafiepour Motlagh (g), le négociateur en chef de la Chine sur le climat, Xie Zhenhua et le président de la COP24, Michal Kurtyka à la fin de la COP24 à Katowice, dans le sud de la Pologne, le 15 décembre 2018 ( Janek SKARZYNSKI / AFP )

La communauté internationale a doté samedi l'accord de Paris des outils qui lui donneront vie, mais sans s'engager à faire plus et plus vite contre le réchauffement climatique malgré l'urgence et les catastrophes qui se déchaînent à travers le monde.

Il y a quelques semaines, les scientifiques du Giec tiraient la sonnette d'alarme: dans un monde à +2°C, objectif minimal du pacte climatique de 2015, les impacts seraient bien plus importants que dans un monde à +1,5°C, limite idéale de l'accord.

Mais pour rester sous +1,5°C, il faudrait réduire les émissions de CO2 de près de 50% d'ici 2030 par rapport à 2010, alors que les engagements actuels des Etats annoncent un monde à +3°C avec son lot de tempêtes, sécheresses, inondations...

Face à ce coup de semonce, nombre de délégations, en particulier les vulnérables Etats insulaires, espéraient que pour cette 24e Conférence climat de l'ONU (COP24) les pays promettent de relever d'ici 2020 leurs engagements de réduction des gaz à effet de serre.

Mais dans un contexte géopolitique peu propice, les Etats se sont surtout appliqués à boucler les règles qui permettront d'appliquer l'accord, à la grande satisfaction des délégations qui ont accueilli leur adoption par une standing-ovation.

Préparé pendant trois ans et finalisé ces 14 derniers jours --et quelques nuits-- de négociations tendues, ce "mode d'emploi" d'une centaine de pages fixe notamment les modalités de suivi des actions nationales. Une flexibilité a été accordée aux pays en développement.

Des participants se détendent le 15 décembre 2018 à Katowice, avant la session finale de la COP24
Des participants se détendent le 15 décembre 2018 à Katowice, avant la session finale de la COP24 ( Janek SKARZYNSKI / AFP )

Ce manuel d'utilisation "est suffisamment clair pour opérationnaliser l'Accord de Paris et c'est une bonne nouvelle", a commenté la ministre espagnole de l'Environnement Teresa Ribera.

"Dans les circonstances actuelles, continuer à construire notre bâtiment est déjà une réussite", a-t-elle ajouté, même si elle aurait aimé des "messages beaucoup plus forts" sur l'ambition.

Les Etats "ont fait des progrès, mais ce que nous avons vu en Pologne c'est un manque fondamental de compréhension de la crise actuelle", estime Manuel Pulgar-Vidal, du WWF, rappelant que le Giec donne seulement 12 ans pour agir.

"Ce manque de réponse au rapport du Giec, c'est choquant", ajoute Jennifer Morgan, de Greenpeace: "Vous ne pouvez pas vous réunir après ça, et dire que vous ne pouvez pas faire plus!"

La décision finale de la COP se limite de fait à "répéter la demande de mise à jour" des engagements d'ici 2020, déjà formulée dans l'accord de Paris. Elle "insiste sur l'urgence d'une ambition accrue", sans calendrier.

"Tragique"

Une passe d'arme sur la reconnaissance ou non des conclusions du Giec avait déjà donné le ton en milieu de COP, Etats-Unis, Arabie Saoudite et Russie refusant la mention "accueille favorablement" dans la décision finale.

Sortants de l'accord de Paris mais pour l'instant toujours dedans, les Etats-Unis ont vivement défendu leurs positions traditionnelles, soulignent les observateurs, qui voient leur empreinte notamment sur les règles concernant les pays en développement.

"Le plus grand pollueur de l'histoire et le plus gros producteur actuel de pétrole dit aux pays en développement +vous avez les mêmes responsabilités que nous+, tout en bloquant les progrès sur les nécessaires transferts de technologie et le soutien financier!", a dénoncé Meena Raman, de l'ONG Third World Network.

Face au "vide" laissé par le futur départ américain, "la Chine est passée à la vitesse supérieure", a déclaré à l'AFP la ministre canadienne de l'Environnement Catherine McKenna, estimant que les Chinois avaient fait preuve de "flexibilité".

Quant à la Pologne, dont le président a défendu bec et ongle son industrie du charbon pendant cette COP, elle n'a pas été épargnée. "Que ce soit la perversité de l'utilisation de cette réunion comme une foire commerciale pro-charbon (...) ou le manque d'intérêt pour des conclusions ambitieuses, on ne se souviendra pas d'eux avec tendresse", a résumé Mohamed Adow, de l'ONG Christian Aid.

Le financement des politiques climatiques est l'autre préoccupation des pays pauvres, notamment la manière dont va s'organiser la montée des fonds promis par le Nord à partir de 2025.

Patricia Espinosa, Majid Shafiepour Motlagh, Xie Zhenhua et Miguel Arias Canete et le président de la COP24, Michal Kurtyka, à la fin de la dernière session du sommet COP24 à Katowice le 15 décembre 2018
Patricia Espinosa, Majid Shafiepour Motlagh, Xie Zhenhua et Miguel Arias Canete et le président de la COP24, Michal Kurtyka, à la fin de la dernière session du sommet COP24 à Katowice le 15 décembre 2018 ( Janek SKARZYNSKI / AFP )

Alors que les pays du Nord ont promis de passer leur aide climat à 100 milliards de dollars par an d'ici 2020, quelques pays comme l'Allemagne ont annoncé de nouvelles contributions, notamment au Fonds vert. Et la Banque mondiale a promis 200 milliards de dollars pour la période 2021-2025.

"Mais il est clair qu'il faudra aller au-delà et faire davantage d'annonces concrètes pour convaincre les pays en développement qu'ils seront soutenus dans leurs efforts pour la transition bas carbone", souligne David Levaï, de l'Institut des relations internationales (Iddri).

Plus inattendu, les règles des mécanismes d'échange de quotas d'émissions carbone ont bloqué pendant des heures samedi la conclusion des travaux, le Brésil menant la contestation. Le coeur de ce sujet très technique mais qui doit empêcher que des réductions d'émissions soient comptées deux fois, a été retiré du texte adopté.

De quoi indigner vivement un observateur vétéran des négociations: "Cette conférence a été retardée par le Brésil alors qu'elle aurait dû l'être par les petites îles! C'est tragique".

Mais comme le soulignait, fataliste, le Premier ministre fidjien Frank Bainimarama, président de la COP23, son île de moins d'un million d'habitants ne peut "pas menacer ou forcer qui que ce soit à faire ce que l'on veut".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

SOITECLe groupe dévoilera son chiffre d'affaires au troisième trimestre.source : AOF

Publié le 18/01/2019

A la suite du communiqué du 7 décembre 2018, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Éric Saiz, Dominique Roche, HIFIC ainsi que Financière Arbevel ont annoncé…

Publié le 18/01/2019

En 2018, Biosynex a réalisé un chiffre d'affaires de 31,2 millions d'euros, en hausse de 2,3%. La tendance est similaire à celle constatée au premier semestre avec notamment une forte dynamique de…

Publié le 18/01/2019

Iliad annonce la mise en oeuvre d'un partenariat stratégique avec la société Jaguar Network, fournisseur de service à destination des entreprises et des marchés publics, à travers une prise de…

Publié le 18/01/2019

                                Paris, le 18 janvier 2019    Alliance stratégique entre Iliad et Jaguar Network       Le Groupe Iliad annonce la mise en…