En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 896.92 PTS
-0.26 %
4 877.5
-0.49 %
SBF 120 PTS
3 892.27
-0.24 %
DAX PTS
10 924.70
-0.04 %
Dowjones PTS
24 514.71
-0.05 %
6 734.54
-0.43 %
1.136
-0.07 %

Climat: des agriculteurs allemands attaquent le gouvernement en justice

| AFP | 190 | Aucun vote sur cette news
Des vaches de l'élevage de Heiner Luetke Schwienhorst à Vetschau, dans le nord-est de l'Allemagne, le 27 novembre 2018
Des vaches de l'élevage de Heiner Luetke Schwienhorst à Vetschau, dans le nord-est de l'Allemagne, le 27 novembre 2018 ( Odd ANDERSEN / AFP )

Récolte céréalière en berne, sécheresse inédite et bétail stressé: particulièrement touchés par les effets du changement climatique, plusieurs agriculteurs allemands veulent poursuivre le gouvernement en justice pour le contraindre à agir en faveur du climat.

Producteur laitier à Vetschau, dans la région très agricole du Brandenbourg, près de Berlin, Heiner Luetke Schwienhorst a été "effaré" par la sécheresse, sans précédent depuis 1911, qui a frappé l'Allemagne cet été.

En raison de températures dépassant les 35 degrés, ses vaches étaient particulièrement stressées, elles qui en temps normal s'accoutument de températures entre -5 et 15 degrés.

Il pointe le doigt en direction de sa grange, anormalement peu garnie: faute d'eau, sa récolte de céréales est de 35% inférieure à celle de l'an dernier et ses pertes de cultures fourragères estimées à 50%. Pour y faire face, il a dû acheter 400 bottes de foin.

Pire: la ferme a été contrainte de faire appel pendant quatre mois à une réserve de foin mobile pour nourrir les vaches durant l'été. Pour M. Schwienhorst, en activité depuis 30 ans, le changement climatique s'est accéléré ces dernières années.

Il a du coup décidé d'agir pour que les responsables politiques en répondent devant les tribunaux. Dans sa ligne de mire: le gouvernement allemand, incapable d'atteindre les objectifs de protection du climat qu'il s'est fixés.

"David contre Goliath" ?

"Pour certains, il s'agit du combat de David contre Goliath. Pour moi, c'est hors sujet", explique à l'AFP M. Schwienhorst.

Pour le fermier allemand Heiner Luetke Schwienhorst, l'Etat doit rendre des comptes sur les objectifs climatiques non tenus. Dans sa ferme à Vetschau, le 27 novembre 2018
Pour le fermier allemand Heiner Luetke Schwienhorst, l'Etat doit rendre des comptes sur les objectifs climatiques non tenus. Dans sa ferme à Vetschau, le 27 novembre 2018 ( Odd ANDERSEN / AFP )

"L'attitude des représentants politiques, la façon dont ils banalisent les objectifs climatiques en renonçant à ce qu'ils ont fixé, est une chose pour laquelle ils doivent rendre des comptes. C'est important", estime-t-il.

Avec deux autres paysans - un pomiculteur près de Hambourg et un autre éleveur de bétail sur l'île de Pellworm, en mer du Nord - ainsi que l'ONG de défense de l'environnement Greenpeace, M. Schwienhorst a lancé une procédure judiciaire inédite en Allemagne pour demander "une protection climatique et non une compensation monétaire".

Ils accusent le gouvernement d'avoir "abandonné" ses efforts de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES): Berlin s'était engagé à prendre des mesures pour réduire ses émissions en Allemagne de 40% d'ici 2020 par rapport aux niveaux de 1990. Mais dans son dernier rapport publié en juin, le gouvernement a admis qu'il s'attendait maintenant à n'atteindre que 32% de réductions.

Ce déficit de 8 points de pourcentage équivaut à environ 100 millions de tonnes de dioxyde de carbone.

"Il est clair dans le rapport sur la protection du climat que le gouvernement n'a pas l'intention de prendre d'autres mesures pour atteindre l'objectif initial. Au lieu de cela, il a tout simplement abandonné", accuse Anike Peters, de Greenpeace. "Nous disons que nous n'allons pas accepter cela. Parce qu'il ne s'agit pas d'un manque de possibilités techniques pour atteindre l'objectif, mais plutôt d'un manque de volonté politique."

Faire pression

Les plaignants ont déposé leur requête fin octobre au tribunal administratif de Berlin, qui doit encore décider si l'affaire est recevable, avec l'aide d'une avocate, Roda Verheyen.

Dans une autre affaire très médiatisée en Allemagne, cette spécialiste des questions climatiques a contribué avec succès fin 2017 à ce que la justice examine la requête d'un agriculteur péruvien souhaitant contraindre le géant de l'énergie RWE à réparer les effets du changement climatique dans les Andes.

Des vaches dans leur étable à Vetschau en Allemagne, le 27 novembre 2018
Des vaches dans leur étable à Vetschau en Allemagne, le 27 novembre 2018 ( Odd ANDERSEN / AFP )

Mais dans le cas des agriculteurs allemands, la question est de savoir si le gouvernement peut être tenu pour responsable de l'absence de mise en oeuvre de mesures contraignantes visant à protéger le climat, étant donné que les objectifs qu'il s'est fixés ne sont pas inscrits dans la loi.

"Ici, les familles plaignantes disent oui. Le gouvernement doit faire ce qu'il a promis", déclare Mme Verheyen.

Pour le ministère de l'Environnement, les plaignants ont tout à fait le droit de porter la question devant les tribunaux "afin d'attirer l'attention du public et de faire pression pour une meilleure protection du climat".

"Bien que les efforts de l'Allemagne en matière de protection du climat aient progressé, ils n'ont pas encore atteint nos objectifs", admet à l'AFP Andreas Kuebler, porte-parole du ministère.

"Nous sommes unis dans le même but", estime-t-il, ajoutant qu'il appartient au tribunal de décider si une action en justice est ou non justifiée.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

Le Conseil d'administration d'ARTEA (Code ISIN : FR0012185536/ Mnémonique : ARTE), réuni le 20 novembre 2018, a décidé la mise en oeuvre du programme de rachat…

Publié le 13/12/2018

Ivry, 13 décembre 2018   Information réglementée PUBLICATION DU NOMBRE D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL ET DU NOMBRE TOTAL DE DROITS DE…

Publié le 13/12/2018

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropaCorp a essuyé une perte nette, part du groupe de 88,9 millions d’euros contre - 70,6 millions d’euros, un an plus tôt. Le groupe a enregistré des…

Publié le 13/12/2018

Depuis le dernier trimestre 2017, début du partenariat entre le spécialiste du marketing point de vente MEDIA 6 et Lucibel, la collaboration entre les...

Publié le 13/12/2018

Thales et Gemalto ont annoncé avoir obtenu l’Autorisation Règlementaire relative au contrôle des concentrations de la part de l’autorité de la concurrence (Commerce Commission) en…