5 414.51 PTS
+0.65 %
5 406.00
+0.60 %
SBF 120 PTS
4 304.68
+0.53 %
DAX PTS
13 129.57
+0.93 %
Dowjones PTS
23 526.18
-0.27 %
6 386.12
+0.00 %
Nikkei PTS
22 550.85
+0.12 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Catalogne: la présidente indépendantiste du parlement devant la justice

| AFP | 693 | Aucun vote sur cette news
La présidente du parlement catalan Carme Forcadell, le 2 novembre 2017 à Madrid
La présidente du parlement catalan Carme Forcadell, le 2 novembre 2017 à Madrid ( JAVIER SORIANO / AFP/Archives )

Au lendemain d'une grève en Catalogne pour dénoncer l'incarcération de dirigeants séparatistes, d'autres responsables indépendantistes devaient être entendus jeudi par la justice espagnole, qui pourrait les placer en détention pour avoir déclaré l'indépendance de la région.

La présidente du parlement catalan Carme Forcadell, 58 ans, et cinq autres élus se retrouveront devant un juge de la Cour suprême de Madrid, Pablo Llarena, à partir de 9h30 (08h30 GMT). Il devra décider s'ils se sont rendus coupables ou non de rébellion, sédition et malversations de fonds, en vue de déclarer l'indépendance.

Ils sont soupçonnés d'avoir suivi "une stratégie concertée en vue de déclarer l'indépendance", et ce bien avant la déclaration officielle du parlement catalan le 27 octobre, déclaration annulée mercredi par la Cour constitutionnelle, dans la plus grave crise qu'ait connue l'Espagne en 40 ans de démocratie.

Le magistrat, en poste en Catalogne pendant plus de 20 ans et fin connaisseur des affaires catalanes, pourrait décider de les placer en détention provisoire, comme une grande partie des dirigeants indépendantistes catalans qui ont organisé le 1er octobre ce référendum d'autodétermination interdit par la justice.

- 'Prisonniers politiques' -

Blocage d'un axe routier à Barcelone à la suite d'une grève, le 8 novembre 2017
Blocage d'un axe routier à Barcelone à la suite d'une grève, le 8 novembre 2017 ( PAU BARRENA / AFP )

Le président de la région destitué par Madrid, Carles Puigdemont, poursuivi par la justice espagnole pour rébellion et sédition, a lui quitté le pays depuis une dizaine de jours pour la Belgique, où la justice examine un mandat d'arrêt européen à la demande de l'Espagne. Quatre membres de son gouvernement destitué l'ont accompagné dans son exil belge.

Les indépendantistes estiment avoir remporté la consultation du 1er octobre, interdite par Madrid, avec 90% des voix et un taux de participation de 43%. Ces chiffres, invérifiables, justifient selon eux la déclaration d'indépendance qui a suivi.

Carme Forcadell, 58 ans, indépendantiste de la première heure, et les cinq autres élus, avaient obtenu le 2 novembre une semaine supplémentaire pour préparer leur défense.

C'est Carme Forcadell qui avait compté, un à un, les bulletins des élus qui avaient voté pour la sécession, 70 sur 135, un fait sans précédent en Espagne.

Des manifestants pro-indépendance défilent à Barcelone lors d'une grève, le 8 novembre 2017
Des manifestants pro-indépendance défilent à Barcelone lors d'une grève, le 8 novembre 2017 ( LLUIS GENE / AFP )

Le délit de rébellion est passible en Espagne de 15 à 30 ans de prison, et celui de sédition d'un maximum de 15 ans.

- 150.000 passagers touchés -

Cette judiciarisation de la crise catalane a entraîné de nombreuses manifestations des indépendantistes catalans, qui estiment que leurs chefs de file sont désormais des "prisonniers politiques", au moment où ils doivent préparer les élections régionales convoquées par le gouvernement central pour le 21 décembre.

Mercredi, des dizaines de milliers de passagers et des centaines de camions, en particulier en partance vers la France, ont été bloqués en Catalogne par des indépendantistes répondant à l'appel à la grève d'une confédération syndicale et d'associations séparatistes qui ont bloqué des routes, des gares et des sites touristiques aux cris de "Liberté! Liberté!".

Au total, 150.000 passagers, dont 10.000 de trains à grande vitesse, en particulier entre la France et l'Espagne, ont été affectés par des annulations ou retards.

Mais à la différence de la grève générale du 3 octobre, la majorité des commerces et entreprises de Barcelone et sa région ont fonctionné normalement. Les deux principaux syndicats espagnols, CCOO et UGT, n'avaient cette fois pas appelé à la grève.

- Controverse en Belgique -

Le ministère de l'Intérieur a qualifié la participation de "minimale", sauf dans l'enseignement où elle était suivie par environ 30% des enseignants.

A Barcelone, la basilique Sagrada Familia a aussi été fermée pendant plusieurs heures.

En Belgique le sort de Carles Puigdemont a aussi suscité des débats et l'embarras du gouvernement de Charles Michel, qui compte des nationalistes flamands sensibles aux arguments des indépendantistes catalans.

"Il y a une crise politique en Espagne et pas en Belgique", a répondu le Premier ministre aux députés.

Il a cependant réaffirmé que le gouvernement espagnol était son seul interlocuteur. Mariano Rajoy l'en a remercié sur Twitter, assurant partager avec lui le "respect pour l'Etat de droit et donc pour l'indépendance des juges belges et espagnols".

Lors des dernières élections régionales en 2015, les partis indépendantistes avaient obtenu 47,8% des suffrages et 72 sièges sur 135 au parlement régional. Les sondages prédisent pour l'instant un résultat très serré pour le scrutin de décembre.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/11/2017

Les discussions entre les deux groupes sont compliquées...

Publié le 24/11/2017

La société anonyme de droit luxembourgeois Vesalius Biocapital, agissant pour le compte des fonds Vesalius Biocapital Holdings SA et Vesalius...

Publié le 24/11/2017

Valorisation généreuse

Publié le 24/11/2017

Le système repose sur un mini-drone et des communications sécurisées...

Publié le 24/11/2017

Un franchissement de seuil passif...

CONTENUS SPONSORISÉS