5 361.36 PTS
-0.03 %
5 359.50
-0.07 %
SBF 120 PTS
4 282.29
-0.05 %
DAX PTS
13 009.31
+0.04 %
Dowjones PTS
22 956.96
+0.37 %
6 114.53
+0.36 %
Nikkei PTS
21 336.12
+0.38 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

C'est la nuit à Jérusalem, l'heure où rôde la "dame aux chats"

| AFP | 278 | Aucun vote sur cette news
Tova Saul, une juive orthodoxe, dans la vieille ville de Jérusalem le 12 juillet 2017
Tova Saul, une juive orthodoxe, dans la vieille ville de Jérusalem le 12 juillet 2017 ( THOMAS COEX / AFP )

Il est bientôt minuit quand Tova Saul sort dans la Vieille ville de Jérusalem, une volumineuse cage en plastique dans chaque main et sur le dos tout un attirail pour piéger les chats.

Dans moins d'une heure, son petit manège aura tourné à l'algarade avec trois hommes avec lesquels elle finira au poste de police.

Mais pour l'heure, cette petite femme aux vêtements amples s'adonne à son activité nocturne depuis vingt ans: nourrir et soigner les chats qui rôdent dans la Vieille ville, et capturer les femelles pour les faire stériliser.

Pour beaucoup, elle est devenue "la dame aux chats", mais elle n'aime pas ce surnom.

"M'appeler la dame aux chats, c'est dire que personne d'autre ne lèverait le petit doigt pour un animal en détresse. C'est une injure faite à la race humaine", explique-t-elle à l'AFP.

- 100.000 chats -

Tova Saul, une juive orthodoxe âgée d'une cinquantaine d'années, est arrivée des Etats-Unis dans les années 1980 "chercher l'homme de (ses) rêves" en Israël. A la place, elle est tombée amoureuse des chats de Jérusalem.

Elle vit aujourd'hui dans un quartier juif de la Vieille ville dans un deux-pièces avec... cinq chats et six chatons.

Les chats errants sont omniprésents dans de nombreux pays du bassin méditerranéen, de Chypre à l'Egypte --berceau de leur domestication-- en passant par Israël.

Ils seraient plus de 100.000 à Jérusalem, estime la municipalité. Des centaines, peut-être des milliers, parcourent les ruelles séculaires de la Veille ville, enclave dédaléenne d'un kilomètre carré ceinte de murailles et abritant une multitude d'échoppes et de restaurants, véritable garde-manger pour matous.

Sous la pression des amis des animaux, la Ville a renoncé depuis une dizaine d'années à empoisonner les chats.

Tova Saul, une juive orthodoxe dans la vieille ville de Jérusalem le 12 juillet 2017
Tova Saul, une juive orthodoxe dans la vieille ville de Jérusalem le 12 juillet 2017 ( THOMAS COEX / AFP )

Leur nombre a augmenté et les budgets pour contenir cette expansion démographique --par stérilisation-- sont serrés, la municipalité préférant dépenser ses deniers à d'autres causes dans une ville pauvre, explique Assaf Brill, chef des services vétérinaires.

La municipalité s'en remet donc à des volontaires, et Tova Saul, assure-t-il, est l'une des plus actives.

- 'Bon coeur' -

Elle dit avoir attrapé et fait stériliser plus de 600 femelles depuis qu'elle a commencé à tenir un décompte en 2009.

"620 chattes qui auraient fait des petits, à raison de trois ou quatre chatons deux ou trois fois par an", calcule-t-elle. La plupart d'entre eux seraient morts dans d'horribles souffrances, assure-t-elle.

Elle dit avoir dépensé l'an dernier 15.000 dollars (12.000 euros) alors qu'elle n'a reçu que 7.000 dollars en dons. Quand elle ne s'occupe pas de chats, elle guide et héberge des touristes.

L'AFP l'a accompagnée en mission dans le quartier musulman de la ville un mercredi comme les autres.

Tova Saul, une juive orthodoxe chez elle dans la vieille ville de Jérusalem le 12 juillet 2017
Tova Saul, une juive orthodoxe chez elle dans la vieille ville de Jérusalem le 12 juillet 2017 ( THOMAS COEX / AFP )

Jérusalem abrite les lieux saints de trois religions monothéistes -judaïsme, christianisme et islam. La ville est aussi divisée entre sa partie israélienne et sa partie palestinienne qu'Israël a annexée et occupe militairement depuis 50 ans.

Avec la persistance du conflit israélo-palestinien dont la Vieille ville occupée est l'épicentre, nombre de juifs hésitent à se rendre dans cette partie de la cité de peur d'être attaqués.

Tova, juive américano-israélienne qui ne connaît qu'une seule phrase dans un arabe hésitant -- "Allah et Mahomet veulent que les hommes forts soient gentils avec les animaux"-- avoue avoir aussi eu quelques craintes.

"Un certain nombre de fois, ils (les Palestiniens) m'ont demandé: +Qu'est-ce que vous faites ?+ Je le leur explique. Alors ils me regardent avec leurs grands yeux marron, et ils disent: +Ouah, merci, vous avez bon cœur+".

- Altercation -

En ce mercredi, elle capture un premier chat qui passera chez le vétérinaire le lendemain matin. Un second s'apprête à entrer dans un autre piège, attiré par la nourriture placée au fond de la cage. Mais le passage d'un groupe de jeunes le fait fuir, au grand dam de Tova.

Quelques minutes plus tard, trois juifs ultra-orthodoxes, reconnaissables à leur costume noir et à leur chapeau à large bord, s'approchent du piège. Elle leur demande, poliment d'abord, de s'éloigner. Ils refusent et le ton monte.

Les gens très religieux ont souvent peu d'expérience avec les animaux, dit Tova.

"C'est exactement comme ça que se comportaient les nazis", s'indigne l'un des hommes sans que l'on sache si son rejet des animaux est motivé ou pas par des croyances religieuses. "Hitler embrassait son chien et envoyait les gens au four crématoire", ajoute-t-il.

Tova Saul est hors d'elle. "Un juif traite un autre juif de nazi?", crie-t-elle. Elle lance une portion de houmous sur l'un de ses contradicteurs. La police arrive et emmène tout le monde au poste.

Après quelques excuses de part et d'autre, chacun repart sans être inquiété. Tova retourne à sa voiture chercher de nouveaux pièges. Il est 2H30 du matin. Pour elle comme pour ses chats, la nuit ne fait que commencer.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/10/2017

Theraclion est logiquement sous pression (-14,6% à 4,4 euros) après l'annonce d'une levée de fonds de 4,2 millions d'euros dans le cadre d'un...

Publié le 17/10/2017

Arrivé en 1996 à la tête de Danone, l’entreprise fondée par son père, Antoine, Franck Riboud s’apprête à en quitter la présidence, 20 mois avant l’échéance de son mandat, révèle Le…

Publié le 17/10/2017

Richemont cède 0,17% à 88,20 francs suisses après la publication inattendue de ses résultats semestriels préliminaires. Selon les règles de la Bourse suisse, une société doit avertir le…

Publié le 17/10/2017

Gecina et Eurosic annoncent que l'Autorité des marchés financiers a fait connaître dans son avis publié le 17 octobre 2017 les résultats définitifs de...

Publié le 17/10/2017

Prise de contrôle du programme canadien

CONTENUS SPONSORISÉS