En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

Brexit: Trump savonne la planche de Theresa May

| AFP | 590 | 5 par 1 internautes
La Première ministre britannique Theresa May (g) et le président américain Donald Trump (d, le 26 septembre 2018 à New York,
La Première ministre britannique Theresa May (g) et le président américain Donald Trump (d, le 26 septembre 2018 à New York, ( PETER FOLEY / POOL/AFP/Archives )

Le président américain Donald Trump a mis les pieds dans le plat sur le Brexit en critiquant l'accord de divorce conclu entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, une claque pour la Première ministre britannique Theresa May au moment où elle s'échine à convaincre son pays.

M. Trump n'en est pas à son coup d'essai: il a déjà plusieurs fois vanté les mérites d'un Brexit dur par le passé et, selon des diplomates, il ne manque pas une occasion, en privé, de pourfendre l'UE, symbole d'un monde multilatéral qu'il dénonce.

Lundi, il a prévenu que l'accord tel qu'il a été été conclu avec l'UE pourrait nuire aux échanges commerciaux entre Washington et Londres, qui mise beaucoup sur un accord de libre-échange avec son allié américain.

"Cela semble être un très bon accord pour l'UE", a-t-il confié à des journalistes depuis la Maison Blanche. "Nous devons sérieusement regarder si le Royaume-Uni est autorisé ou non à faire du commerce".

"Si vous regardez l'accord, ils pourraient ne pas être autorisés à faire du commerce avec nous et ça ne serait pas une bonne chose", a insisté le milliardaire républicain. "Ce serait un point très négatif pour l'accord", a-t-il ajouté, espérant que Theresa May "sera en mesure de faire quelque chose à ce sujet".

Débat télévisé

L'accord de divorce, conclu dimanche après 17 mois de négociations difficiles, prévoit une période de transition initiale de 21 mois après le Brexit, au cours de laquelle quasiment rien ne changera entre les deux partenaires. Ensuite, le Royaume-Uni restera dans une union douanière avec l'UE si une nouvelle relation commerciale n'est pas mise en place.

La route vers le Brexit
La route vers le Brexit ( Gillian HANDYSIDE / AFP )

Downing Street a rétorqué à Donald Trump que le Royaume-Uni serait libre de conclure ses propres accords commerciaux avec des pays tiers, grâce à "une politique commerciale indépendante". "Nous avons déjà jeté les bases d'un accord ambitieux avec les Etats-Unis", a assuré un porte-parole.

Il n'empêche, ces propos de M. Trump tombent au plus mauvais moment pour la Première ministre Theresa May, engagée dans une offensive à marche forcée destinée à convaincre que l'accord est le "meilleur possible" avant son vote le 11 décembre par des députés très sceptiques, qui risquent fort de le recaler.

Elle a entamé mardi une grande tournée dans le pays pour séduire ses concitoyens dans l'espoir qu'ils fassent pression sur leurs députés, en commençant par le Pays de Galles et l'Irlande du Nord. Et elle s'est dite prête à affronter le leader de l'opposition travailliste lors d'un débat télévisé qui pourrait se tenir le 9 décembre.

La Première ministre Theresa May au Parlement britannique, le 26 novembre 2018 à Londres
La Première ministre Theresa May au Parlement britannique, le 26 novembre 2018 à Londres ( Jessica TAYLOR / UK PARLIAMENT/AFP )

"Je vais expliquer pourquoi je pense que cet accord est le bon accord pour le Royaume-Uni", a-t-elle dit au tabloïd The Sun. "Je suis prête à débattre avec Jeremy Corbyn parce que j'ai un plan. Il n'a pas de plan".

Selon un porte-parole du Labour, M. Corbyn est désireux de donner suite à l'invitation, après avoir qualifié l'accord d'"acte d'automutilation national".

"Voué à l'échec"

Les déclarations de Donald Trump, qui faisaient baisser la livre mardi, vont donner du grain à moudre aux Brexiters purs et durs, de quoi compliquer encore plus la tâche de persuasion de Theresa May.

La dirigeante conservatrice ne dispose que d'une courte majorité d'une dizaine de voix à la chambre des Communes. Or, son allié nord-irlandais, le parti unioniste DUP, s'oppose à l'accord, comme quelque 80 députés conservateurs favorables à un Brexit dur, les travaillistes, les députés écossais indépendantistes et les europhiles du petit parti des Libéraux-démocrates.

Signe de ses difficultés, l'un de ses fidèles, l'ancien ministre de la Défense Michael Fallon, a dit mardi sur la BBC qu'il voterait contre cet accord "voué à l'échec".

En juillet déjà, lors de sa première visite officielle au Royaume-Uni, Donald Trump avait stupéfié les Britanniques en assurant que la volonté de Londres de privilégier une relation étroite avec l'UE tuerait "probablement" la possibilité de conclure un accord de libre-échange avec les Etats-Unis après le Brexit. Avant de revenir sur ses propos le lendemain et d'afficher sa volonté de parvenir à un accord "formidable" avec les Britanniques.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...