En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 794.37 PTS
-0.34 %
4 812.00
+0.03 %
SBF 120 PTS
3 821.84
-0.29 %
DAX PTS
10 918.62
-0.12 %
Dowjones PTS
24 370.10
+0.67 %
6 718.45
+0.75 %
1.139
-0.05 %

Brexit : Theresa May poursuit son tour d'Europe à la recherche de concessions

| AFP | 688 | Aucun vote sur cette news
La chancelière allemande Angela Merkel et la Première ministre britannique Theresa May, le 11 décembre 2018 à Berlin
La chancelière allemande Angela Merkel et la Première ministre britannique Theresa May, le 11 décembre 2018 à Berlin ( Odd ANDERSEN / AFP )

Partie chercher mardi des concessions sur l'accord de Brexit afin de satisfaire son parlement vent debout contre ce texte, Theresa May s'est trouvée confrontée à des dirigeants européens polis mais fermes dans leur volonté de ne pas rouvrir les négociations.

La Première ministre britannique a rencontré dans l'après-midi la chancelière Angela Merkel à Berlin. La dirigeante allemande a jugé qu'il n'y avait "pas de possibilités" de changer l'accord sur le Brexit, lors d'une réunion avec des députés tenue dans la foulée de son entrevue avec Theresa May.

Dans la soirée, la dirigeante conservatrice est arrivée à Bruxelles où elle doit rencontrer le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et le président du Conseil européen Donald Tusk, et discuter avec le chancelier autrichien Sebastian Kurz, qui assure la présidence tournante de l'UE.

"Il n'y a pas de place pour une renégociation mais de plus amples clarifications sont possibles", a tweeté dans la matinée Jean-Claude Juncker. Depuis la conclusion de l'accord de retrait fin novembre, à l'issue de 17 mois de négociations difficiles, les dirigeants des 27 n'ont cessé de répéter que c'était leur seule offre disponible.

L'objectif de cette tournée est de chercher des assurances "légalement contraignantes" que le Royaume-Uni ne sera pas prisonnier de la solution dite de "backstop" - ou filet de sécurité - après le Brexit, prévu le 29 mars 2019, a souligné la ministre chargée des relations avec le Parlement, Andrea Leadsom.

La Première ministre britannique Theresa May arrive au Conseil européen à Bruxelles le 11 décembre 2018
La Première ministre britannique Theresa May arrive au Conseil européen à Bruxelles le 11 décembre 2018 ( Aris Oikonomou / AFP )

Cette solution, qui prévoit de créer provisoirement un "territoire douanier unique", englobant l'UE et le Royaume-Uni, pour éviter le retour d'une frontière physique entre l'Irlande et l'Irlande du Nord, est rejetée par les conservateurs pro-Brexit comme par l'allié nord-irlandais de Theresa May, le petit parti unioniste DUP.

Plus tôt dans la journée, Theresa May s'était entretenue avec son homologue néerlandais Mark Rutte. Un porte-parole de Downing Street a qualifié cette rencontre de "productive" tandis que ce dernier a évoqué un "dialogue utile" dans un tweet.

La dirigeante britannique continuera ses consultations en se rendant mercredi en Irlande pour rencontrer le Premier ministre Leo Varadkar, avant de retourner à Bruxelles à la veille d'un sommet consacré au Brexit.

"Lâcheté"

Lundi, quasiment assurée d'essuyer une humiliante défaite devant la Chambre des Communes sur l'accord, Mme May avait annoncé le report du vote prévu ce mardi, provoquant la colère des députés de tous bords.

"Acte de lâcheté pathétique", a dénoncé Ian Blackford, le leader des nationalistes écossais du SNP. "La Première ministre est dans un bunker, elle observe sa propre chute et nous savons tous comment l'histoire va se terminer", a déclaré la députée conservatrice Nadine Dorries, comparant Mme May au dictateur nazi Adolf Hitler.

La route vers le Brexit
La route vers le Brexit ( Gillian HANDYSIDE / AFP )

Le chef de l'opposition travailliste, Jeremy Corbyn, a obtenu la tenue d'un débat d'urgence sur cette manœuvre. "Si la Première ministre revient (de sa tournée européenne) avec rien d'autre que des belles paroles, elle doit immédiatement remettre l'accord (en débat) à la Chambre des Communes", a-t-il exigé. "Si ce n'est pas le cas, elle devra partir, nous ne pouvons plus tolérer de retard".

Toute la journée, le Parlement a bruissé de rumeurs sur une possible motion de défiance déposée par l'opposition, ou sur une fronde interne au Parti conservateur visant à renverser Theresa May.

Face au mécontentement, Downing Street a seulement annoncé que le texte serait présenté au vote des députés britanniques avant le 21 janvier. David Lidington, le numéro deux du gouvernement, a assuré que cette date était une "limite et non une cible", et que le scrutin aurait lieu "le plus tôt possible".

Il a une nouvelle fois mis en garde sur les conséquences qu'auraient un rejet du texte et un Brexit sans accord. Un retour aux "échanges commerciaux selon les termes de l'OMC nuirait gravement au secteur automobile, à l'aérospatial et à l'agriculture", a-t-il énoncé.

Un Brexit sans accord "serait terrible" pour l'économie britannique et mondiale, et aurait aussi des répercussions sur le marché de l'acier, a aussi estimé mardi Aditya Mittal, président et directeur financier du géant de la sidérurgie ArcelorMittal.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2019

5 prix lors des European Contact Center & Customer Service Awards (ECCCSA) dans 4 pays européens...

Publié le 17/01/2019

Martha Bejar, experte américaine dans le domaine des logiciels, est nommée en tant qu'administratrice indépendante de Neopost Paris, le 17 janvier 2019 Neopost, leader…

Publié le 17/01/2019

Fee et Covage ont signé le 17 janvier 2019 un partenariat qui permettra à Free de proposer son offre de Fibre optique sur les Réseaux d’Initiative Publique (RIP) dans les territoires couverts par…

Publié le 17/01/2019

Fnac Darty annonce être en négociations exclusives avec le Groupe Lagardère, en vue de l’acquisition de Billetreduc.com par sa filiale France Billet, spécialiste de la billetterie culturelle et…

Publié le 17/01/2019

Compagnie des Alpes vient de réaliser son point d’activité au titre de son premier trimestre de l’exercice 2018-2019. Ainsi, l’exploitant de domaines skiables et de parcs à thèmes a publié…