En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 909.05 PTS
-
5 898.0
-
SBF 120 PTS
4 646.28
-
DAX PTS
13 221.12
+0.11 %
Dow Jones PTS
27 934.02
-0.36 %
8 338.74
+0.12 %
1.107
-0.06 %

Bolivie: mutineries dans la police, Morales dénonce un coup d'Etat "en cours"

| AFP | 327 | Aucun vote sur cette news
Des policiers mutinés brandissent le drapeau bolivien le 8 novembre 2019 à Santa Cruz
Des policiers mutinés brandissent le drapeau bolivien le 8 novembre 2019 à Santa Cruz ( DANIEL WALKER / AFP )

Le président bolivien Evo Morales a dénoncé vendredi un coup d'Etat "en cours" après les mutineries d'au moins trois compagnies de police, une rébellion contre laquelle le pouvoir exclut pour l'heure d'envoyer l'armée.

"Sœurs et frères, notre démocratie est en danger à cause du coup d'Etat en cours que des groupes violents ont lancé contre l'ordre constitutionnel. Nous dénonçons devant la communauté internationale cette attaque contre l'Etat de droit", a indiqué sur Twitter le président indigène de gauche à l'issue d'une réunion d'urgence avec plusieurs ministres et le commandant en chef des forces armées, le général Williams Kaliman.

"J'appelle notre peuple à prendre soin pacifiquement de la démocratie et de la CPE (Constitution politique de l'Etat) pour préserver la paix et la vie en tant que biens suprêmes au-dessus de tout intérêt politique", a ajouté M. Morales dans un autre tweet.

Le président bolivien Evo Morales quitte une conférence de presse à La Paz, le 24 octobre 2019
Le président bolivien Evo Morales quitte une conférence de presse à La Paz, le 24 octobre 2019 ( AIZAR RALDES / AFP/Archives )

Le ministre de la Défense Javier Zavaleta a quant à lui assuré qu'il n'était pas question d'une intervention militaire contre les mutins pour l'heure: "Aucune opération militaire ne sera menée pour le moment, c'est totalement exclu", a-t-il déclaré.

Dix-sept jours après le début des manifestations contre la réélection de M. Morales, au moins trois unités de police se sont mutinées, dans la ville de Cochabamba (centre) tout d'abord, puis à Sucre (sud, capitale de la Bolivie) et à Santa Cruz (est), une région riche à l'est du pays et un bastion d'opposition. Des scènes de fraternisation entre policiers et manifestants de l'opposition ont été observées dans la capitale.

"Nous nous sommes mutinés", a déclaré un policier, le visage dissimulé devant les journalistes au quartier général de l'Unité des opérations de police tactique (UTOP) à Cochabamba. "Nous allons être du côté du peuple, pas avec les généraux", a ajouté un de ses collègues, lui aussi masqué.

"Les gens sont avec vous"

Des policiers boliviens mutinés au balcon de leur commissariat à Santa Cruz le 8 novembre 2019
Des policiers boliviens mutinés au balcon de leur commissariat à Santa Cruz le 8 novembre 2019 ( DANIEL WALKER / AFP )

Des images diffusées en direct à la télévision ont montré une vingtaine d'agents grimpant au sommet du bâtiment du quartier général de la police en agitant le drapeau bolivien, tandis que des dizaines de jeunes opposants les encourageaient depuis la rue.

Les manifestants ont fait exploser des pétards dans une ambiance festive et ont hissé sur un mât un drapeau bolivien (rouge, jaune et vert) chantant l'hymne national.

En plus des mutineries dans ces trois villes, des dizaines de policiers ont défilé vendredi soir avec des manifestants de l'opposition criant des slogans hostiles à M. Morales sur l'avenue Prado, la principale artère de La Paz, a observé un journaliste de l'AFP.

Les chaînes de télévision locales ont également montré des images de manifestants serrant la main de policiers dans le centre de la capitale, un contraste avec les trois nuits précédentes où les deux camps s'étaient affrontés.

Des manifestants anti-Morales le 8 novembre 2019 à La Paz, en Bolivie
Des manifestants anti-Morales le 8 novembre 2019 à La Paz, en Bolivie ( AIZAR RALDES / AFP )

Dans La Paz, les policiers se sont retirés dans leurs casernes et une foule chantait: "Ami policier, les gens sont avec vous".

"J'ai pleuré d'émotion"

Le leader régional Luis Fernando Camacho, le leader le plus visible et le plus radical de l'opposition bolivienne, avait demandé samedi dernier aux militaires et à la police de se joindre à l'opposition dans cette crise déclenchée par la réélection controversée de M. Morales lors des élections du 20 octobre.

M. Camacho était à un rassemblement dans la partie sud de La Paz vendredi après-midi quand la nouvelle de la mutinerie de Cochabamba s'est répandue. La foule a applaudi debout et s'est mise à chanter: "Ami de la police, le peuple est avec toi".

"J'ai pleuré d'émotion, Grande Police", a tweeté M. Camacho peu après. "Merci d'être avec ton peuple, que Dieu te bénisse".

Dans la région d'Obrajes, au sud de La Paz, les gens dans les rues ont célébré les mutineries policières comme si l'équipe nationale bolivienne de football avait gagné, a observé un journaliste de l'AFP.

Evo Morales, 60 ans, est au pouvoir depuis 2006. Il a été réélu le 20 octobre pour un quatrième mandat jusqu'en 2025 mais l'opposition a dénoncé une "fraude". La vague de contestation qui a éclaté dès le lendemain du scrutin a fait trois morts et 200 blessés.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/11/2019

Lauréat de la première édition de l'appel à projets "Inventons la Métropole du Grand Paris", Foncière Atland a lancé ce mardi 19 novembre les travaux...

Publié le 19/11/2019

MedinCell tiendra une audioconférence à l'attention de l'ensemble de ses actionnaires et de la communauté financière le mardi 3 décembre afin de...

Publié le 19/11/2019

L'action Macy's abandonne plus de 10% mardi à la Bourse de New York. La chaîne de grands magasins a révélé mardi avoir été victime d'une cyber-attaque.

Publié le 19/11/2019

Guerbet annonce l'approbation d'une nouvelle indication pour Lipiodol Ultra-Fluide au Danemark dans la chimio-embolisation (cTACE) des tumeurs chez...

Publié le 19/11/2019

ESI Group a annoncé un troisième trimestre "dans la continuité du premier semestre"...