En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 919.02 PTS
+0.59 %
5 934.5
+0.86 %
SBF 120 PTS
4 655.99
+0.57 %
DAX PTS
13 282.72
+0.46 %
Dow Jones PTS
28 135.38
+0.01 %
8 487.71
+0.25 %
1.112
0. %

Bolivie : le Parlement autorise de nouvelles élections sans Evo Morales

| AFP | 336 | Aucun vote sur cette news
Le e Parlement bolivien a donné son feu vert le 23 novembre 2019  à l'organisation de nouvelles élections présidentielle et législatives sans Evo Morales
Le e Parlement bolivien a donné son feu vert le 23 novembre 2019 à l'organisation de nouvelles élections présidentielle et législatives sans Evo Morales ( JORGE BERNAL / AFP )

Le Parlement bolivien a donné son feu vert samedi à l'organisation de nouvelles élections présidentielle et législatives sans Evo Morales, des scrutins censés mettre un terme à l'instabilité née après la présidentielle controversée du 20 octobre.

Le projet de loi a été approuvé samedi soir par les députés, quelques heures après le vote des sénateurs. Pour que le texte ait force de loi, il doit être promulgué par la présidente par intérim Jeanine Añez.

Dans le même temps, le gouvernement provisoire a ouvert un "dialogue" afin de tenter de pacifier la Bolivie, où 32 personnes ont trouvé la mort dans des violences depuis la présidentielle du 20 octobre.

L'ancien président Evo Morales s'était alors proclamé vainqueur, mais l'opposition avait crié à la "fraude". Après plusieurs semaines de manifestations et son lâchage par l'armée, le président en place depuis 2006 a annoncé sa démission le 10 novembre. Depuis, ses partisans manifestent quasi-quotidiennement à La Paz et d'autres villes pour exiger le départ de Jeanine Añez.

La présidente bolivienne par intérim Jeanine Añez lors d'une conférence de presse à La Paz, le 23 novembre 2019
La présidente bolivienne par intérim Jeanine Añez lors d'une conférence de presse à La Paz, le 23 novembre 2019 ( JORGE BERNAL / AFP )

Le texte approuvé par le Parlement prévoit notamment l'annulation du scrutin du 20 octobre. Dans le même temps, il interdit à toute personne ayant exercé deux mandats électifs de suite de se présenter à un troisième, fermant ainsi la porte à une nouvelle candidature d'Evo Morales qui a déjà exercé trois mandats.

Le propre parti d'Evo Morales, le MAS (Mouvement vers le socialisme), qui dispose de la majorité au Parlement, a voté en faveur du projet de loi, mettant ainsi en évidence ses divisions concernant l'ancien président.

Depuis son exil mexicain, ce dernier ne s'était pas exprimé samedi sur ce texte.

En prenant les rênes de la Bolivie le 12 novembre, Jeanine Añez, une ancienne sénatrice de droite, a promis l'organisation de nouvelles élections pour "pacifier" la Bolivie, qui vit sa pire crise en près de vingt ans.

"Amnistie"

Dans ce sens, le gouvernement a ouvert un "dialogue" avec les protestataires samedi soir à La Paz. L'objectif de cette réunion, a indiqué le ministre des Travaux publics Yerko Nuñez, est d'arriver à avoir "un pays 100% libre de blocages".

Les sénateurs boliviens réunis le 23 novembre 2019 à La Paz
Les sénateurs boliviens réunis le 23 novembre 2019 à La Paz ( JORGE BERNAL / AFP )

Car depuis un peu plus d'une semaine, des partisans d'Evo Morales réclamant le départ de Jeanine Añez bloquent les routes reliant La Paz aux régions agricoles du centre de la Bolivie.

La capitale administrative souffre de graves pénuries alimentaires et les habitants de Santa Cruz, le grenier de la Bolivie situé dans les plaines du centre, se pressent à l'aéroport pour envoyer des vivres à leurs proches de La Paz.

Les protestataires ont aussi bloqué l'accès à une raffinerie à El Alto, près de La Paz.

Le pays andin est fortement polarisé entre les partisans d'Evo Morales -- dont de nombreux Amérindiens -- et ses contempteurs, des citadins des classes sociales supérieures et des plaines orientales du pays.

L'ex-président bolivien Evo Morales lors d'une conférence de presse à Mexico, le 20 novembre 2019
L'ex-président bolivien Evo Morales lors d'une conférence de presse à Mexico, le 20 novembre 2019 ( PEDRO PARDO / AFP/Archives )

M. Morales est parti en exil après quasiment 14 années à la tête du pays andin. Lui et ses partisans estiment qu'il a été victime d'un "coup d'Etat".

De son côté, le gouvernement provisoire de Jeanine Añez accuse Evo Morales d'attiser le conflit depuis le Mexique. Le ministre de l'Intérieur Arturo Murillo a annoncé vendredi avoir déposé plainte contre lui pour "sédition et terrorisme", affirmant qu'il a appelé ses partisans à "encercler" les villes pour accentuer les blocages. Le parquet a ouvert une enquête.

En réponse, les sénateurs du MAS ont présenté samedi un projet de loi visant à exonérer Evo Morales de poursuites judiciaires, mais Jeanine Añez a aussitôt averti qu'elle refuserait de promulguer un texte qui accorde une "amnistie" à ceux qui ont "commis des crimes, se sont moqué de la loi et ont commis des abus".

Evo Morales, qui qualifie le gouvernement provisoire de "dictature", a rejeté les accusations de "sédition" et "terrorisme", évoquant de "fausses preuves".

Ses deux enfants, Evaliz Morales Alvarado et Alvaro Morales Peredo, sont arrivés dans l'après-midi à Buenos Aires, après que les autorités les ont autorisés à quitter la Bolivie.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2019

L'opération se conclut à 590 ME pour 50% de participation...

Publié le 13/12/2019

La société anglaise Clugston, associée au Groupe CNIM en tant que génie civiliste pour plusieurs contrats de réalisation d'usines de valorisation de...

Publié le 13/12/2019

Wendel et d'autres actionnaires existants d'Allied Universal ont finalisé la cession d'une part majoritaire de leur participation dans la société à...

Publié le 13/12/2019

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropCorp a essuyé une perte nette, part du groupe, de 22,7 millions d’euros contre une perte de 88,9 millions d’euros, un an plus tôt. Le premier…

Publié le 13/12/2019

En novembre 2019, le trafic de Paris Aéroport ressort en hausse de 0,9 % par rapport au mois de novembre 2018 avec 7,9 millions de passagers accueillis, dont 5,7 millions à Paris-Charles de Gaulle…