En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 837.25 PTS
-0.59 %
5 830.0
-0.7 %
SBF 120 PTS
4 598.60
-0.53 %
DAX PTS
13 105.61
-0.46 %
Dow Jones PTS
27 945.46
-0.25 %
8 377.49
-0.24 %
1.106
+0.04 %

Bolivie: après la mort de neuf paysans, l'"humiliation" cède à la colère

| AFP | 323 | Aucun vote sur cette news
Un garçon tient le drapeau Wiphala, la bannière multicolore des peuples indigènes andins, sur un barrage routier installé par des partisans de l'ex-président bolivien Evo Morales à Sacaba, près de Cochabamba, le 18 novembre 2019
Un garçon tient le drapeau Wiphala, la bannière multicolore des peuples indigènes andins, sur un barrage routier installé par des partisans de l'ex-président bolivien Evo Morales à Sacaba, près de Cochabamba, le 18 novembre 2019 ( RONALDO SCHEMIDT / AFP )

Neuf croix placées sur le bord de la route de Cochabamba, en Bolivie, rappellent que vendredi neuf partisans de l'ex-président Evo Morales ont été tués pendant une manifestation. Après l'"humiliation", les habitants ressentent de la colère envers le nouveau gouvernement.

Trois jours après leur mort, leurs collègues et amis "cocaleros" - paysans cultivateurs de coca - continuent à se rassembler au même endroit où, disent-ils, les soldats ont ouvert le feu.

Ce jour-là à Sacaba, les manifestants voulaient aller jusqu'à Cochabamba, à quelques kilomètres, et exprimer leur rejet de la présidente par intérim de droite Jeanine Añez qui a pris les rênes du pays la semaine dernière, 48 heures après la démission d'Evo Morales.

"Humiliés" par la mort de leurs camarades, les paysans de Sacaba sont prêts, si nécessaire, à porter leurs doléances et réclamer justice jusqu'à La Paz, à 380 km de là.

Et, s'il le faut, faire encore gonfler le macabre décompte des habitants tombés à Sacaba, près de Cochabamba, fief d'Evo Morales, lui-même ancien patron de la confédération syndicale des "cocaleros".

"S'il y a des morts, nous les veillons, mais nous continuons" la lutte, explique Jaime Marcas, 26 ans, depuis le péage qu'occupent les manifestants sur la route de Cochabamba.

Sur les façades des maisons des alentours les impacts de balles sont encore visibles.

"Nous qui portons la pollera (ample jupe des Amérindiennes, ndlr), nous avons été discriminées. Nos drapeaux, notre wiphala (bannière multicolore des indigènes andins, ndlr) ont été piétinés", raconte Leonor Gonzalez à l'AFP.

"En plus, on ne nous laisse pas entrer dans la ville (Cochabamba, ndlr). On nous fouille comme si on était à un poste-frontière", se lamente-t-elle.

"Pacifier" la Bolivie

Un barrage routier érigé par des partisans du président bolivien déchu Evo Morales, à Sacaba, près de Cochabamba, le 18 novembre 2019
Un barrage routier érigé par des partisans du président bolivien déchu Evo Morales, à Sacaba, près de Cochabamba, le 18 novembre 2019 ( RONALDO SCHEMIDT / AFP )

Le visage rouge de colère, Leonor, 45 ans, affirme qu'au barrage qu'elles avaient érigé, les forces de l'ordre ont menti aux manifestants qui voulaient se diriger vers Cochabamba. Selon elle, les soldats et policiers ont dit aux femmes de passer en premier.

"Ils nous ont aspergé de gaz (lacrymogène, ndlr), et les hommes, qui attendaient derrière que nous soyons passées, ont reçu des balles", explique-t-elle.

La version du gouvernement par intérim est tout autre. Le ministre de l'Intérieur Arturo Murillo a laissé entendre ce week-end que les manifestants s'étaient tiré dessus entre eux.

Sur la route de Cochabamba, des chapeaux, des lambeaux de chemises, des chaussures s'accumulent sur un pneu brûlé.

"Ca appartient à ceux qui ont pu s'enfuir en courant", raconte un paysan qui monte la garde.

Un peu plus loin ont été placées les croix en hommage aux neuf morts de vendredi.

Des proches de manifestants partisans de l'ex-président bolivien Evo Morales, tués dans des affrontements avec la police, se recueillent sur leurs cercueils, à Sacaba, près de Cochabamba, le 16 novembre 2019
Des proches de manifestants partisans de l'ex-président bolivien Evo Morales, tués dans des affrontements avec la police, se recueillent sur leurs cercueils, à Sacaba, près de Cochabamba, le 16 novembre 2019 ( STR / AFP/Archives )

Emilio, Omar, César, Juan, Roberto, Lucas, Placido, Marcos: huit prénoms ont été inscrits en lettres blanches. Un neuvième, Armando, est surmonté de la photo d'un garçon qui n'avait pas plus de 20 ans.

Vendredi, eux et leurs camarades "cocaleros" et paysans entendaient manifester leur soutien à Evo Morales et leur rejet de Jeanine Añez.

Le premier président indigène de Bolivie a affirmé avoir remporté un quatrième mandat dès le premier tour de la présidentielle du 20 octobre. Mais l'opposition a crié à la "fraude" et a appelé à manifester. Acculé, lâché par l'armée, Evo Morales a démissionné le 10 novembre et est parti en exil au Mexique.

Depuis, il dit avoir été victime d'un "coup d'Etat" et sa successeure a promis de "pacifier" la Bolivie en organisant de nouvelles élections présidentielle et législatives.

Mais à Sacaba, personne ne veut entendre parler d'un nouveau scrutin tant que Jeanine Añez sera en poste.

La répression des manifestations a accentué la colère des pro-Morales, d'autant que la présidente par intérim a, par décret, exonéré les forces de l'ordre de toute poursuite pénale dans l'exercice de leurs fonctions.

"Avant, tout cela n'existait pas. Il y avait des manifestations mais on ne nous tirait pas dessus à balles réelles", explique Jaime Marcas. "Maintenant, n'importe qui peut venir, nous tirer dessus et s'en sortir sans procès", souffle-t-il.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 09/12/2019

Le groupe Avenir Telecom a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 15,2 millions d'euros au 1er semestre 2019-2020, quasiment stable par rapport à...

Publié le 09/12/2019

Prochaines rendez-vous à San Francisco...

Publié le 09/12/2019

Visiativ présentera le 8 janvier 2020 son 3e plan stratégique, baptisé Catalyst 2023, après avoir achevé avec succès ses deux précédents plans stratégiques avec un an d'avance...

Publié le 09/12/2019

Le projet de recherche partenarial Deinodrop, associant Deinove et l'ESPCI Paris, a été retenu par l'ANR dans le cadre de l'appel à projets PRCE "Technologies pour la santé". D'une durée de deux…

Publié le 09/12/2019

Smac s'était engagée à proposer aux actionnaires minoritaires de Securinfor d'acquérir la totalité de leurs actions au prix de 62 euros par action...