En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 420.17 PTS
-0.50 %
5 419.00
-0.52 %
SBF 120 PTS
4 336.81
-0.50 %
DAX PTS
12 723.36
-0.33 %
Dowjones PTS
25 199.29
+0.32 %
7 390.13
+0.00 %
Nikkei PTS
22 764.68
-0.13 %

L'exode des Rohingyas s'accélère et fait craindre une crise humanitaire

| AFP | 566 | Aucun vote sur cette news
Des Rohingyas, minorité musulmane de Birmanie, originaire de l'Etat de Rakhine marchent vers Ukhia, à la frontière entre la Birmanie et le Bangladesh, le 4 septembre 2017
Des Rohingyas, minorité musulmane de Birmanie, originaire de l'Etat de Rakhine marchent vers Ukhia, à la frontière entre la Birmanie et le Bangladesh, le 4 septembre 2017 ( K.M. ASAD / AFP )

En onze jours, près de 125.000 personnes, pour la plupart des musulmans rohingyas, ont fui les violences en Birmanie pour se réfugier au Bangladesh voisin, a annoncé mardi l'ONU, craignant une crise humanitaire dans des camps débordés.

Un pic a été atteint ces dernières 24 heures, avec quelque 37.000 réfugiés ayant passé la frontière en une journée.

Les violences ont commencé par l'attaque le 25 août de dizaines de postes de police par les rebelles de l'Arakan Rohingya Salvation Army (ARSA), qui dit vouloir défendre la minorité rohingya.

Depuis, l'armée birmane a déclenché une vaste opération dans cette région pauvre et reculée, l'Etat Rakhine, poussant des dizaines de milliers de personnes sur les routes. Bilan selon l'armée birmane : 400 morts dont 370 "terroristes" rohingyas.

"Les gens sont installés dans des camps de réfugiés, sur les routes, dans les cours d'école et même dehors. Ils défrichent pour créer de nouveaux refuges. L'eau et la nourriture vont manquer", a expliqué Nur Khan Liton, militant des droits de l'homme au Bangladesh.

Des Rohingyas, minorité musulmane de Birmanie, sont regroupés sous un abri de fortune à Ukhia, dans le no-man's land entre le Bangladesh et la Birmanie, le 4 septembre 2017
Des Rohingyas, minorité musulmane de Birmanie, sont regroupés sous un abri de fortune à Ukhia, dans le no-man's land entre le Bangladesh et la Birmanie, le 4 septembre 2017 ( K.M. ASAD / AFP )

Outre le manque de vivres et d'espace dans des camps surpeuplés - plus de 400.000 Rohingyas y étaient déjà hébergés après avoir fui des vagues de violences antérieures -, l'état de santé des nouveaux réfugiés inquiète les organisations en cette saison des pluies.

"Ces personnes ont faim, ont soif et sont malades. Elles méritent au moins un toit sur leurs têtes", estime Shubhash Wostey, le chef de bureau du Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR) à Cox Bazar, dans le sud-est du Bangladesh.

Les organisations pensent que des milliers d'autres sont toujours en chemin.

Certains arrivent blessés : ces deux derniers jours, trois personnes, dont deux enfants, ont été grièvement touchées dans l'explosion de mines côté birman.

"Les deux enfants ont marché sur une sorte d'explosif ce matin et l'un d'entre eux a perdu une jambe", a déclaré mardi à l'AFP Manzurul Hasan Khan, responsable des gardes-frontières bangladeshis.

- "Grand fardeau" -

Le Bangladesh a initialement repoussé des réfugiés vers la Birmanie mais semble avoir abandonné l'idée de bloquer leur afflux, qualifié de "grand fardeau" pour le pays par sa Première ministre Sheikh Hasina.

Des Rohingyas, minorité musulmane de Birmanie, manifestent à New Delhi, le 5 septembre 2017
Des Rohingyas, minorité musulmane de Birmanie, manifestent à New Delhi, le 5 septembre 2017 ( Prakash SINGH / AFP )

Malgré des décennies de restrictions de leurs droits et de persécutions en Birmanie, où cette minorité musulmane est marginalisée et considérée comme étrangère, les Rohingyas n'avaient jusqu'à présent presque jamais recouru à la lutte armée.

La donne a changé en octobre. Depuis, la région du nord de l'Etat Rakhine est bouclée par l'armée et aucun journaliste ne peut s'y rendre de façon indépendante. Toute la zone pâtit de cette nouvelle flambée de violences.

"Les musulmans sont affamés chez eux. Les marchés sont fermés et les gens ne peuvent pas sortir de leurs villages, sauf pour fuir. Les autorités recourent à l'intimidation, utilisant la nourriture et l'eau comme des armes", a expliqué un responsable humanitaire, cité par Amnesty International.

Cette ONG estime que toute la région "est au bord d'une catastrophe humanitaire".

"En bloquant l'accès des organisations, les autorités mettent la vie de dizaines de milliers de personnes en danger", juge Tirana Hassan, d'Amnesty International.

La situation est extrêmement tendue pour les équipes humanitaires dans cette zone depuis que le gouvernement birman d'Aung San Suu Kyi les a mises en cause, affirmant que des rations alimentaires avaient été retrouvées dans des camps rebelles.

Dans cette région, plus de 80.000 enfants souffrent de malnutrition et quelque 120.000 Rohingyas vivent dans des camps à Sittwe, la capitale de l'Etat Rakhine, depuis des violences interconfessionnelles en 2012. Ils n'ont pas accès au marché du travail et leurs déplacements sont limités, ce qui les rend dépendants de l'aide alimentaire.

Sur la scène internationale, les critiques s'intensifient à l'encontre d'Aung San Suu Kyi.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan lui a fait part mardi de sa "profonde préoccupation" dans un entretien téléphonique. Ankara a également reçu le feu vert de la Birmanie à l'envoi dès mercredi de 1.000 tonnes d'aide humanitaire, dont de la nourriture et des vêtements, à destination des Rohingyas.

"Cette crise humanitaire doit cesser", a de son côté lancé le ministre indonésien des Affaires étrangères Retno Marsudi, en visite mardi à Dacca.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/07/2018

n appareil qui affiche un prix catalogue de 110,6 millions de dollars.

Publié le 19/07/2018

A l’occasion du salon aéronautique de Farnborough, Airbus a fait part d’un nouvel accord hier en toute fin de séance. Ainsi, Uganda Airlines a signé un protocole d’accord avec le groupe…

Publié le 19/07/2018

Le groupe continue à écouler ses 737 MAX comme des petits pains

Publié le 19/07/2018

Boeing discute avec plusieurs groupes, dont Airbus, en vue d'une offre commune pour un contrat de 4 milliards d'euros d'hélicoptères lourds en Allemagne. C’est ce qu’a déclaré le responsable…

Publié le 19/07/2018

Paris, le 17 juillet  2018       Bilan semestriel du contrat de liquidité de la société CRCAM du Morbihan CCI       Au titre du contrat de liquidité confié par la société…