Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
7 143.00 PTS
-0.81 %
7 142.00
-0.38 %
SBF 120 PTS
5 536.68
-0.84 %
DAX PTS
15 883.24
-0.93 %
Dow Jones PTS
35 911.81
-0.56 %
15 611.59
+0.75 %
1.141
-0.01 %

Biden désarmé après une semaine de désillusions en cascade

| AFP | 2223 | 2.77 par 13 internautes
Le président américain Joe Biden au Capitole, le 13 janvier 2022 à Washington
Le président américain Joe Biden au Capitole, le 13 janvier 2022 à Washington ( SAUL LOEB / AFP )

Confronté aux provocations de la Corée du Nord et de la Russie, au dérapage de l’inflation et au naufrage parlementaire d’une grande réforme électorale, Joe Biden a tenu vendredi à vanter l'une des rares réussites jusqu'ici de sa présidence, à savoir un grand plan d'infrastructures.

"On parle beaucoup de la déception face aux choses que nous n'avons pas réussi à faire, et j'ajouterais que nous allons réussir à en mener beaucoup à bien. Mais cela, nous l'avons fait", a dit Joe Biden à la Maison Blanche, tandis que derrière lui défilaient des images de ponts plus ou moins décatis.

Ce que le démocrate a fait, c'est de faire voter à l'automne 1.200 milliards de dollars d'investissements dans les routes, les ponts, l'internet, un montant historique qui a même bénéficié du soutien de quelques parlementaires républicains.

Mais le rappel de cette indéniable réussite a presque quelque chose de cruel.

Lors de la ratification en grande pompe du texte le 15 novembre dernier, Joe Biden avait invité une sénatrice de l’Arizona, Kyrsten Sinema, à prendre la parole pour vanter le texte.

Jeudi, la même Kyrsten Sinema a enterré en quelques mots, à la tribune du Sénat, une grande loi électorale avec laquelle Joe Biden promettait de protéger l'accès aux urnes des Afro-Américains contre des restrictions imposées par certains Etats conservateurs du Sud.

Virage

La sénatrice américaine Kyrsten Sinema, le 15 novembre 2021, lors de la ratification d'une grande loi sur les infrastructures à la Maison Blanche
La sénatrice américaine Kyrsten Sinema, le 15 novembre 2021, lors de la ratification d'une grande loi sur les infrastructures à la Maison Blanche ( MANDEL NGAN / AFP )

Ce texte est emblématique d'un virage que cherche à prendre Joe Biden: dans deux récents discours, le président a émis des mises en garde d'une gravité inédite sur la démocratie américaine. Et lancé des attaques d'une virulence jamais vue contre son prédécesseur Donald Trump, et contre l'opposition en général.

Aucun espoir donc, pour ce projet de réforme électorale, de rallier des parlementaires républicains pour atteindre la "supermajorité" de 60 voix requise au Sénat.

L'état-major démocrate a par conséquent imaginé une procédure permettant de passer en force à la majorité simple - avec les 51 voix qu'ils contrôlent contre 50 à l'opposition. Mais Kyrsten Sinema a refusé cette manoeuvre, tout comme un autre sénateur démocrate modéré, condamnant de fait la réforme elle-même.

Jeudi également, la Cour suprême a annulé une obligation vaccinale que le président voulait imposer aux grandes entreprises. Et la Maison Blanche a reconnu qu'au terme d'un intense ballet diplomatique avec la Russie, la menace d'un nouveau conflit en Ukraine n'était en rien levée.

Une journée noire dans une semaine calamiteuse qui a rappelé crûment que Joe Biden, investi il y a un peu moins d'un an, a fait de grandes promesses avec peu de marge de manoeuvre.

Son contrôle du Congrès ne tient qu'à un fil, et il doit composer avec une Cour suprême que Donald Trump a rendue très conservatrice.

Petits lapins

Rayons vides dans un supermarché de Floride, le 13 janvier 2021
Rayons vides dans un supermarché de Floride, le 13 janvier 2021 ( CHANDAN KHANNA / AFP )

Sur le front de l'économie, l'inflation a atteint son plus haut niveau depuis 1982.

Et les Etats-Unis ont battu le record du nombre de personnes hospitalisées atteintes du Covid-19, une nouvelle vague qui vide les rayons des supermarchés, confrontés à des problèmes de pénurie récurrents depuis le début de la pandémie.

Vendredi, la Corée du Nord a procédé à son troisième essai de missiles de l'année, une provocation de plus alors que Etats-Unis viennent d'imposer de nouvelles sanctions financières.

Et que dire des sondages qui, l'un après l'autre, confirment la forte impopularité du président? La plupart des enquêtes d'opinion donnent une cote de confiance tournant autour de 42%.

"Un programme ne se boucle pas en un an. Nous allons continuer à nous battre pour chaque composante", a promis vendredi la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki, énumérant à la fois l'économie, la lutte contre la pandémie et le changement climatique, et le combat pour les droits civiques.

Mais si Joe Biden a peu d'armes pour se battre, il a aussi de moins en moins de temps. A l'automne, il affrontera des élections législatives de mi-mandat historiquement difficiles pour le pouvoir en place, et pourrait perdre le contrôle à la fois du Sénat et de la Chambre des représentants.

 ■

Copyright © 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
13 avis
Note moyenne : 2.77
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

Plus que quelques jours pour bénéficier de notre offre Assurance vie

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 janvier 2021 inclus.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/01/2022

Au premier trimestre de l’exercice 2021-2022 (clos fin décembre), l’activité du Groupe Manutan a affiché une croissance de 6,4% par rapport au même trimestre de l’exercice précédent,…

Publié le 14/01/2022

Ces projets structurels viendraient renforcer les marges de manoeuvre financières du Groupe

Publié le 14/01/2022

La mise au point du très attendu casque de réalité virtuelle se heurterait à des problèmes techniques, selon Bloomberg.

Publié le 14/01/2022

Actia Group a annoncé l’étude de projets structurels de cession d’activités non stratégiques contribuant au renforcement de sa structure financière. Conforté par la croissance continue de…

Publié le 14/01/2022

Lors de sa réunion en date du 12 janvier 2022, le Conseil d'administration d'Ipsos SA a coopté Monsieur Pierre Barnabé en qualité d'Administrateur...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne