En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 090.96 PTS
-0.10 %
5 086.00
-0.17 %
SBF 120 PTS
4 067.76
-0.24 %
DAX PTS
11 558.17
+0.30 %
Dowjones PTS
25 339.99
+1.15 %
7 157.21
+0.00 %
1.159
+0.24 %

Hariri en France "dans les prochains jours" à l'invitation de Macron, selon l'Elysée

| AFP | 399 | 5 par 1 internautes
Le président français Emmanuel Macron (D) et Saad Hariri lors de la visite du Premier ministre libanais à Paris, le 1er septembre 2017
Le président français Emmanuel Macron (D) et Saad Hariri lors de la visite du Premier ministre libanais à Paris, le 1er septembre 2017 ( ludovic MARIN / AFP/Archives )

Le Premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri devrait selon l'Elysée arriver en France "dans les prochains jours" à l'invitation d'Emmanuel Macron, qui a dépêché mercredi son ministre des Affaires étrangères en Arabie saoudite.

M. Hariri se trouve dans la capitale saoudienne depuis qu'il y a annoncé le 4 novembre sa démission surprise, un an après être parvenu à former un gouvernement avec le Hezbollah pro-iranien dans un pays aux fragiles équilibres.

Son annonce a pris de court la classe politique libanaise et l'ensemble de la communauté internationale, faisant craindre une escalade des tensions entre Ryad et Téhéran. Sa liberté de mouvement fait l'objet d'intenses spéculations, même si M. Hariri a assuré être "libre" et prêt à rentrer.

Ces dernières heures, le président libanais Michel Aoun a durci le ton contre Ryad, l'accusant de "détenir" le dirigeant démissionnaire, tandis que la France a accentué la pression en faveur de son retour au Liban.

Le président français, très actif dans ce dossier depuis dix jours, avait redemandé mercredi matin que M. Hariri puisse rentrer au Liban pour y "confirmer" sa volonté de démissionner.

En choisissant finalement de le faire venir provisoirement en France, après négociation avec l'Arabie Saoudite, Paris se place en médiateur et offre une issue pour régler une situation problématique, faute d'avoir pu obtenir son retour immédiat au Liban.

"Je me suis entretenu avec (le prince héritier saoudien) Mohammed ben Salmane et Saad Hariri et nous sommes convenus que je l'invitais pour quelques jours en France avec sa famille", a déclaré Emmanuel Macron dans la soirée devant quelques journalistes, au cours d'une visite du pavillon français de la Conférence des Nations unies sur le Climat (COP 23).

Il a précisé qu'il ne s'agissait "pas du tout" d'un exil.

Dans le même temps, le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian, arrivé mercredi soir à Ryad, a rencontré le prince héritier saoudien.

L'entretien a duré un peu plus d'une heure, a constaté une journaliste de l'AFP. M. Le Drian n'a fait aucune déclaration à l'issue de la rencontre. Il doit en principe s'entretenir jeudi avec M. Hariri.

- 'Otage', 'agression' -

Face aux spéculations sur ce séjour qui se prolonge, le chef de l'Etat libanais Michel Aoun a haussé le ton contre Ryad.

"Rien ne justifie que M. Hariri ne revienne pas après 12 jours. Nous le considérons donc comme en captivité et détenu, ce qui est contraire à la convention de Vienne" régissant les rapports diplomatiques entre pays, a rapporté un tweet de la présidence libanaise, citant M. Aoun.

Des portraits à Beyrouth le 10 novembre 2017 du Premier ministre libanais Saad Hariri qui a annoncé sa démission surprise depuis l'Arabie saoudite il y a une semaine et n'est pas rentré dans son pays depuis
Des portraits à Beyrouth le 10 novembre 2017 du Premier ministre libanais Saad Hariri qui a annoncé sa démission surprise depuis l'Arabie saoudite il y a une semaine et n'est pas rentré dans son pays depuis ( JOSEPH EID / AFP )

"Il ne s'agit pas d'une démission mais d'une agression contre le Liban, son indépendance et sa dignité" a-t-il renchéri, estimant que "le Premier ministre bénéficie d'une immunité diplomatique" conformément à cette convention.

"Nous n'accepterons pas qu'il reste otage et que nous ne sachions pas les raisons de sa détention", a ajouté Michel Aoun, qui a assuré n'avoir pu contacter M. Hariri "par aucun moyen de communication".

Le président libanais avait été élu en 2016 grâce au soutien massif du puissant Hezbollah, allié de l'Iran, grand rival régional de l'Arabie saoudite.

M. Hariri, un protégé de Ryad, avait formé deux mois plus tard son gouvernement avec le Hezbollah à la suite d'un compromis, dans un pays aux fragiles équilibres.

Saad Hariri a justifié sa démission, annoncée sur une chaîne saoudienne, par la "mainmise" sur son pays de l'Iran et du Hezbollah.

Face à l'émotion croissante dans son pays, il a affirmé dans une interview dimanche qu'il était "libre".

"Je veux répéter et assurer que je vais très très bien", a encore tweeté mercredi M. Hariri, dans une réponse apparente aux déclarations de M. Aoun. "Je vais revenir si Dieu veut à mon cher Liban comme je vous ai promis. Vous verrez", a-t-il encore ajouté.

Le portrait du Premier ministre libanais Saad Hariri à Beyrouth le 4 novembre 2017. Le président libanais estime qu'il est
Le portrait du Premier ministre libanais Saad Hariri à Beyrouth le 4 novembre 2017. Le président libanais estime qu'il est "détenu" en Arabie saoudite ( JOSEPH EID / AFP )

- Bras de fer régional -

M. Aoun a de son côté répété sa position concernant l'acte de démission du Premier ministre: "Nous ne pouvons pas prendre de décision concernant une démission qui a été présentée à l'étranger"

"Qu'il revienne au Liban soit pour présenter sa démission, soit pour revenir sur sa décision, soit pour discuter de ses motivations", a clamé le président libanais.

La démission de M. Hariri avait très rapidement été perçue comme un nouveau bras de fer entre l'Arabie saoudite et l'Iran, les deux poids lourds de la région.

Le chef du gouvernement a plusieurs fois dénoncé les ingérences de l'Iran et du Hezbollah dans les conflits qui ravagent le Moyen-Orient, notamment en Syrie, voisine du Liban, et au Yémen.

Mais sa démission à partir du royaume saoudien, voire le fait qu'elle ait coïncidé avec la purge visant princes et hommes d'affaires saoudiens, a alimenté les spéculations.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/10/2018

Les marchés européens évoluent en ordre dispersé. Les tensions commerciales sino-américaines, ainsi que le niveau élevé des rendements obligataires inquiètent toujours les investisseurs. Les…

Publié le 15/10/2018

Lundi 15 octobre14h30 aux Etats-UnisIndice manufacturier "Empire State" d'octobreVentes au détail de septembre16h00 aux Etats-UnisStocks des entreprises d'aoûtMardi 16 octobre11h00 en…

Publié le 15/10/2018

Lundi 15 octobre 2018Aucune publication d'entreprise n'est attendue.Mardi 16 octobre 2018HAULOTTELe spécialiste des matériels d'élévation de personnes et de charges publiera (après Bourse) son…

Publié le 15/10/2018

Total vient d'inaugurer sa nouvelle usine de dernière génération pour la production de lubrifiants, localisée dans la Région de Kaluga en Russie...

Publié le 15/10/2018

D'un point de vue graphique, le titre rebondit sur le support majeur des 30.94 euros, soit la borne haute du trou de cotation haussier du 13 septembre. En outre, les cours ont également dépassé une…