En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 071.46 PTS
-0.60 %
5 073.50
-0.55 %
SBF 120 PTS
4 059.55
-0.47 %
DAX PTS
11 424.14
-0.42 %
Dowjones PTS
25 229.90
-0.22 %
6 795.34
-0.52 %
1.131
+0.21 %

Le meurtrier présumé de Razia à Besançon arrêté à l'aéroport d'Athènes

| AFP | 195 | Aucun vote sur cette news
Le meurtrier présumé et mari de Razia, Afghane de 34 ans poignardée à mort en pleine rue à Besançon, a été arrêté vendredi à l'aéroport d'Athènes
Le meurtrier présumé et mari de Razia, Afghane de 34 ans poignardée à mort en pleine rue à Besançon, a été arrêté vendredi à l'aéroport d'Athènes ( Thomas SAMSON / AFP/Archives )

Le meurtrier présumé et mari de Razia, Afghane de 34 ans poignardée à mort en pleine rue à Besançon, a été arrêté vendredi à l'aéroport d'Athènes, trois jours après le drame qui a suscité une vive émotion.

Rafid A., 38 ans, considéré comme le suspect numéro 1 de ce meurtre, a été arrêté en milieu d’après-midi par les policiers grecs à l'aéroport d’Athènes après la diffusion d’un mandat d’arrêt international, a indiqué une source policière à l'AFP confirmant une information du site de RTL/M6.

Il a été placé en garde à vue et devrait être incarcéré dans l’attente de son extradition vers la France, toujours selon le site.

Le parquet de Besançon avait lancé mercredi un appel à témoins pour retrouver cet Afghan de 38 ans après son identification sur les images de caméras de vidéosurveillance.

"L'exploitation d'une caméra de la ville de Besançon a permis de mettre en évidence la présence d'un individu qui suivait la victime (...). L'exploitation plus fine de l'ensemble des moyens de vidéoprotection a confirmé qu'il s'agissait de son mari", a expliqué Etienne Manteaux, procureur de la République de Besançon, mercredi lors d'une conférence de presse.

Son arrestation est survenue alors que quelque 400 personnes s'étaient rassemblées vendredi en début de soirée à Besançon pour un hommage à la victime, à l'initiative de l'association Solidarité Femme.

Sur le pavé de la place, quelqu'un a déposé la silhouette blanche d'un corps, entourée de bougies, avec un petit bouquet d'oeillets rouges et cette épitaphe: Razia, 34 ans, 3 enfants, assassinée le 30 octobre 2018.

Logée depuis un an dans un appartement de cette association, qui accompagne les femmes victimes de violences conjugales, Razia a été tuée de plusieurs coups de couteau au torse et au cou en revenant de ses courses.

"C'est un rassemblement pour les gens qui souhaitent manifester leur amitié à Razia ainsi que leur soutien aux femmes victimes de violences et à celles et ceux qui s'en occupent", a déclaré à l'AFP Christine Perrot, présidente de Solidarité Femme.

- 'Plus jamais ça' -

"Pourquoi Razia n'a-t-elle pas été entendue ?", "Violences conjugales, ce n'est pas un crime passionnel", ont écrit les manifestants sur des pancartes.

"Plus jamais ça", ont-ils aussi scandé dans la nuit, la voix étranglée, certains en larmes avant qu'hommes et femmes entonnent l'Hymne du Mouvement de libération des femmes (MLF).

Les coups portés à Razia ont entraîné sa mort par rupture de l’aorte, selon une source judiciaire.

Elle laisse trois enfants de 9, 12 et 16 ans, les deux plus jeunes faisant désormais l'objet d’un placement provisoire décidé par la justice.

Razia avait déposé sept plaintes contre son mari, trois à Marseille puis quatre à Besançon pour violences volontaires sur conjoint, violences aggravées et menaces de mort réitérées, selon l'association.

Après avoir demandé le divorce, elle avait obtenu en juillet une ordonnance de protection délivrée par un juge des affaires familiales, interdisant à son mari de l'approcher. Mais celui-ci est donc parvenu à retrouver sa trace et à la rejoindre.

"Les enfants l'ont aperçu lors d'un trajet en bus et ils l'ont signalé à Razia. Ils étaient terrorisés et ne sont pas allés à l'école pendant 3 mois, de peur d'un rapt", selon Christine Perrot.

"Le passage de Razia dans notre association nous aura marqué à jamais par sa force, sa détermination, son courage, son sourire, son enthousiasme, sa volonté farouche de sauver sa vie et celle de ses enfants", a-t-elle souligné vendredi soir lors du rassemblement.

En 2016, 123 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-compagnon en France, soit environ une tous les trois jours.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 14/11/2018

Theresa May quitte le 10 Downing Street à Londres, le 14 novembre 2018 ( Ben STANSALL / AFP )Le gouvernement britannique s'est réuni mercredi après-midi autour de la Première ministre Theresa…

Publié le 14/11/2018

Jaman est Indonésien et travaille au Japon dans une usine de fabrication de pièces en cuivre, le 16 octobre 2018 à Oizumi ( Kazuhiro NOGI / AFP )Jaman est indonésien mais c'est au Japon qu'il…

Publié le 14/11/2018

Les forces pro-gouvernementales stationnent devant une usne, dan sle port yéménite d'Hodeida, le 13 novembre 2018 ( STRINGER / AFP )Le gouvernement des Emirats arabes unis, pilier avec l'Arabie…

Publié le 14/11/2018

L'ex-Première Dame des États-Unis, Michelle Obama, lors du lancement de son livre "Devenir", à Chicago, le 13 novembre 2018. ( JIM YOUNG / AFP )Les quelque 4.000 places prévues pour assister…

Publié le 14/11/2018

Vladimir Poutine s'exprime devant le forum économique de Davos le 28 janvier 2009 ( ERIC PIERMONT / AFP )Davos sans vodka ni caviar? Si la Russie menace de boycott le grand raout de l'économie…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/11/2018

Dans le sillage du baril de pétrole, CGG met fin à une série baissière de six séances au cours desquelles le groupe parapétrolier aura perdu près de...

Publié le 14/11/2018

  Information mensuelle relative au nombre total d'actions et de droits de vote de Neopost SA   Etabli en application de l'article 223.11 du Règlement Général de…

Publié le 14/11/2018

Le Model 3 de Tesla débarque en France ! Dans un message électronique adressé aux clients français ayant commandé la nouvelle berline électrique du...

Publié le 14/11/2018

Les travaux doivent débuter en avril 2019

Publié le 14/11/2018

Par courrier reçu le 14 novembre 2018 par l'AMF, le groupe familial Deconinck a déclaré à l'Autorité des marchés financiers avoir franchi en hausse,...