En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 876.34 PTS
+1.71 %
4 873.00
+1.70 %
SBF 120 PTS
3 887.15
+1.71 %
DAX PTS
11 154.08
+2.16 %
Dowjones PTS
24 543.27
+0.71 %
6 757.00
+0.57 %
1.136
-0.21 %

Belgique: le gouvernement Michel se déchire sur la migration, fin de la coalition

| AFP | 427 | Aucun vote sur cette news
Le Premier ministre belge Charles Michel lors d'une conférence de presse à Bruxelles le 9 décembre 2018
Le Premier ministre belge Charles Michel lors d'une conférence de presse à Bruxelles le 9 décembre 2018 ( DIRK WAEM / BELGA/AFP )

Le Premier ministre belge Charles Michel a pris dimanche la tête d'un gouvernement minoritaire, après la démission des ministres nationalistes flamands de la coalition gouvernementale, en raison d'une divergence profonde sur le Pacte de l'ONU sur les migrations.

Ces démissions ont été "acceptées" par le roi des Belges à l'issue d'une rencontre avec M. Michel, venu lui présenter le nom des ministres qui héritent des portefeuilles vacants (Intérieur, mais aussi Finances, Défense et Migration).

"Je regrette qu’on en soit arrivé là", a déclaré le Premier ministre sur la télévision RTL-TVI.

L'ex-ministre de l'Intérieur Jan Jambon, issu de l'Alliance néoflamande (N-VA, nationalistes flamands), avait confirmé dimanche matin sur la télévision publique RTBF que lui-même et les autres ministres de son parti allaient démissionner.

"C'est clair, c'est net", avait-il dit, mettant fin à plusieurs heures d'incertitude depuis samedi soir.

Avec le départ de la N-VA, poids lourd de la coalition belge, Charles Michel, un libéral, prend la tête d'un gouvernement de centre droit sans majorité au Parlement, à cinq mois des prochaines élections législatives prévues fin mai.

"C'est une coalition responsable (...) qui se met en place", a-t-il promis, appelant au "dialogue avec le parlement" car des élections anticipées "risqueraient bien de bloquer le pays pendant un an".

Il a fixé en conférence de presse ses trois priorités: le pouvoir d'achat, la sécurité et la politique climatique --sur laquelle il dit répondre à un "appel fort" des citoyens.

"C'est le chaos"

Le gouvernement a souvent tangué depuis quatre ans en raison des prises de positions jugées radicales de la N-VA sur la migration.

La ministre de la Santé Maggie De Block hérite du portefeuille de la Migration. Elle a dit le 9 décembre récupérer un ministère
La ministre de la Santé Maggie De Block hérite du portefeuille de la Migration. Elle a dit le 9 décembre récupérer un ministère "en crise" ( DIRK WAEM / BELGA/AFP )

L'actuelle ministre de la Santé, Maggie De Block, qui hérite de ce portefeuille jusqu'alors détenu par Theo Francken, a promis de défendre "une politique à nouveau stricte, mais juste".

"Je récupère aujourd'hui un département en crise. C'est le chaos", a-t-elle souligné dans un communiqué.

Le président de la N-VA, Bart De Wever, avait lancé samedi soir, après un conseil des ministres de la dernière chance, un ultimatum à M. Michel, laissant entendre que son parti s'en irait si ce dernier s'envolait pour Marrakech dimanche afin d'approuver le Pacte de l'ONU sur les migrations.

Le président du parti Bart De Wever a lancé le 8 décembre 2018 un ultimatum à Charles Michel, laissant entendre que la N-VA s'en irait si ce dernier s'envolait pour Marrakech dimanche afin d'approuver au nom de la Belgique le Pacte de l'ONU sur les migrations.
Le président du parti Bart De Wever a lancé le 8 décembre 2018 un ultimatum à Charles Michel, laissant entendre que la N-VA s'en irait si ce dernier s'envolait pour Marrakech dimanche afin d'approuver au nom de la Belgique le Pacte de l'ONU sur les migrations. ( THIERRY ROGE / POOL/AFP )

"Je prends (...) acte ce soir que la N-VA quitte la majorité", lui avait répondu M. Michel, répétant sa ferme intention de représenter la Belgique au Maroc comme "chef de gouvernement".

"Sur ce sujet, il y a une différence profonde", a encore insisté dimanche M. Michel. Selon lui, ce Pacte est "important" car "aucun pays ne peut résoudre cette question seul".

La N-VA était le seul des quatre partis de la coalition opposé à ce texte onusien, qui doit être approuvé lundi et mardi au Maroc par les pays de l'ONU, avant d'être ratifié lors d'un vote au siège des Nations Unies à New York le 19 décembre.

Le pacte avait initialement fait l'objet d'un consensus gouvernemental, avant que la N-VA ne change d'avis fin octobre.

"Pacte avec le diable"

La crise belge, latente depuis plusieurs semaines, a éclaté mardi soir, quand le Premier ministre a annoncé son intention de se tourner vers le Parlement, faute d'unanimité au sein de son gouvernement.

Une large majorité droite/gauche s'est dégagée deux jours plus tard en plénière à la Chambre en faveur du gouvernement, isolant la N-VA au côté du parti d'extrême droite Vlaams Belang.

Philip Claeys, du Vlaams Belang, Marine Le Pen, président du Rassemblement national (RN) français, Tom Van Grieken, chef du Vlaams Belang, et Steve Bannon, ancien conseiller de Donald Trump lors d'une réunion publique à Bruxelles le 8 décembre 2018
Philip Claeys, du Vlaams Belang, Marine Le Pen, président du Rassemblement national (RN) français, Tom Van Grieken, chef du Vlaams Belang, et Steve Bannon, ancien conseiller de Donald Trump lors d'une réunion publique à Bruxelles le 8 décembre 2018 ( NICOLAS MAETERLINCK / BELGA/AFP )

Ce parti anti-immigration a d'ailleurs tenu samedi un meeting à Bruxelles avec Marine Le Pen, cheffe de l'extrême droite française, et Steve Bannon, ex-conseiller de Donald Trump, pour dénoncer ce Pacte, brandi comme épouvantail par les populistes dans l'UE à l'approche des élections européennes en mai prochain.

"Le pays qui signera ce pacte (...) signera un pacte avec le diable", avait affirmé la dirigeante française.

Non contraignant, le Pacte de l'ONU recense des principes et une vingtaine de propositions pour aider les pays à faire face aux migrations.

L’Italie, l’Autriche, la Bulgarie, la Hongrie, la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie, l'Estonie, la Lettonie, la Suisse, l’Australie, Israël et la République dominicaine ont décidé de ne pas se rendre à Marrakech.

Les Etats-Unis s’étaient retirés de son élaboration en décembre dernier.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

Chargeurs gagne 2,57% à 19,19 euros, après avoir annoncé une nouvelle organisation pour son pôle Technical Substrates, et précisé ses ambitions pour 2021, où il anticipe notamment franchir 100…

Publié le 18/01/2019

Schlumberger a réalisé au quatrième trimestre 2018 un bénéfice net de 538 millions de dollars, ou 39 cents par action, contre une perte de 2,26 milliards, ou 1,63 dollar par action, un an plus…

Publié le 18/01/2019

GameStop, le premier distributeur mondial de jeux vidéo, a enregistré des ventes meilleures que prévu en fin d’année. Sur la période de 9 semaines s’étant achevée le 5 janvier, ses revenus…

Publié le 18/01/2019

IDI, groupe coté spécialiste du capital investissement, a pris une participation minoritaire dans Group Label pour un investissement en fonds propres de 12 millions d’euros. Group Label…

Publié le 18/01/2019

Neopost annonce la nomination de Martha Bejar (57 ans), experte américaine dans le domaine des logiciels, en qualité d’administratrice indépendante au Conseil d`administration et ce, à compter…