En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 945.80 PTS
-0.60 %
4 931.0
-0.58 %
SBF 120 PTS
3 942.86
-0.55 %
DAX PTS
11 176.68
-0.60 %
6 575.66
+0.00 %
1.142
+0.30 %
12 010.73
-0.19 %

Bébés nés sans bras: le gouvernement lance une nouvelle enquête

| AFP | 207 | Aucun vote sur cette news
La ministre de la Santé Agnès Buzyn durant les questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, le 16 octobre 2018
La ministre de la Santé Agnès Buzyn durant les questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, le 16 octobre 2018 ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP )

Le gouvernement a décidé de lancer une nouvelle enquête sur les bébés sans bras nés dans plusieurs départements, a déclaré dimanche la ministre de la Santé Agnès Buzyn en jugeant "insupportable" que ces cas groupés restent sans explication.

Avec le ministre de la Transition écologique François de Rugy, "nous avons décidé de relancer une enquête" avec l'Anses et Santé Publique France pour avoir des "regards croisés" de médecins et d'experts de l'environnement, a-t-elle déclaré lors du "Grand jury" RTL-Le Figaro-LCI.

"On ne peut pas se satisfaire de dire qu'on n'a pas trouvé de causes, c'est insupportable", a ajouté Mme Buzyn.

"Bébés nés sans bras : s’en remettre à la fatalité n’est pas acceptable !", a pour sa part tweeté François de Rugy, au sujet de cette "nouvelle enquête" pour "faire toute la lumière sur l’origine de ces malformations".

Ces cas groupés ont été observés dans l'Ain (7 naissances entre 2009 et 2014), en Loire Atlantique (3 naissances entre 2007 et 2008) et en Bretagne (4 naissances entre 2011 et 2013), à chaque fois dans un périmètre restreint. Ils ont suscité des inquiétudes dans les zones concernées.

Après une première enquête, l'agence sanitaire Santé publique France a conclu début octobre que le nombre de cas de l'Ain n'était pas statistiquement supérieur à la moyenne nationale. A l'inverse, il y a bien, selon elle, un excès de cas en Loire-Atlantique et en Bretagne, mais qui restent sans explications.

Selon Mme Buzyn, il y a "entre 80 et 100 naissance par an avec des malformations de membres" en France.

Les causes peuvent être génétiques, liées à des contraintes physiques ou dues à des substances toxiques (alimentation, environnement, voire médicaments dans le cas du thalidomide, anti-nauséeux qui avait fait naître des milliers d'enfants sans bras entre 1957 et 1962). Plusieurs facteurs entrent sans doute en ligne de compte.

La ministre a par ailleurs assuré qu'il était "hors de question d'arrêter la subvention des registres" y compris du Remera dirigé par Emmanuelle Amar, le plus ancien des six registres des malformations congénitales de France basée à Lyon qui est au centre d'une polémique scientifique après avoir révélé les cas de l'Ain.

"Quand il y a un registre qui cumule des cas pendant 20 ans 30 ans, si à un moment vous l'arrêtez, on ne peut plus le démarrer, vous perdez l'information. Quand on a un registre qui fonctionne, il ne faut surtout pas l'arrêter", a souligné la ministre.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2018

CODE OFFRE : CYBER18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : CYBER18 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/11/2018

En hausse de 1,92% à 106,10 euros, Rémy Cointreau signe l'une des plus fortes hausses du SBF 120 et permet à Pernod Ricard (-0,07%) de limiter son repli. Le groupe de vins et spiritueux a dévoilé…

Publié le 22/11/2018

Le français PSA et l’indien Avtec (groupe CK Birla) ont inauguré leur nouvelle usine de Hosur, dans l’État indien de Tamil Nadu. Cet événement marque le démarrage officiel des opérations…

Publié le 22/11/2018

Altice Europe (-10,40% à 1,81 euros) a recruté des clients, mais au prix fort. La maison-mère de SFR a vu ses résultats trimestriels reculés. Et pour cause, l’opérateur s’est lancé dans une…

Publié le 22/11/2018

D'un point de vue graphique, le titre vient de stopper sa correction à l'approche de sa bande de Bollinger inférieure sur le niveau de support des 368.2 euros. Du côté des indicateurs techniques,…

Publié le 22/11/2018

Par courrier reçu le 22 novembre 2018 par l'AMF, la société en commandite simple DNCA Finance, agissant pour le compte de fonds dont elle assure la...