En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 810.74 PTS
+0.51 %
4 803.50
+0.37 %
SBF 120 PTS
3 832.83
+0.61 %
DAX PTS
10 931.24
+0.36 %
Dowjones PTS
24 196.15
+0.54 %
6 673.98
+0.07 %
1.140
-0.06 %

Bangladesh: accusée de truquer les élections, la Première ministre a la "conscience tranquille"

| AFP | 270 | Aucun vote sur cette news
Un homme lit les résultats des élections législatiques au Bangladesh dans une rue de Dacca le 31 décembre 2018
Un homme lit les résultats des élections législatiques au Bangladesh dans une rue de Dacca le 31 décembre 2018 ( Indranil MUKHERJEE / AFP )

La Première ministre du Bangladesh Sheikh Hasina a dit lundi avoir la "conscience tranquille" après la victoire écrasante remportée la veille par son parti aux législatives, dénoncées comme une "farce" par l'opposition qui réclame un nouveau scrutin.

Le parti au pouvoir de Sheikh Hasina, la Ligue Awami, a remporté une victoire écrasante avec 288 des 300 sièges du Parlement monocaméral. L'opposition du Parti nationaliste du Bangladesh (BNP) dénonce l'intimidation de ses partisans, des bourrages d'urnes massifs et l'emprisonnement de 15.000 militants depuis le 8 novembre. Des violences en marge du scrutin ont fait 21 morts, selon la police.

Sheikh Hasina, 71 ans, décroche son troisième mandat consécutif de cinq ans depuis 2008, et le quatrième depuis celui de 1996-2001, un record national. Elle a balayé les critiques de l'opposition.

"L'élection a été totalement libre et indépendante. Il n'y a aucun doute là-dessus", a-t-elle affirmé à des journalistes. "Je n'ai rien à cacher. Tout ce que je fais, je le fais pour mon pays, j'ai la conscience tranquille", a-t-elle ajouté.

Des scrutateurs dépouillent les bulletins de vote pour les législatives du 30 décembre 2018 au Bangladesh
Des scrutateurs dépouillent les bulletins de vote pour les législatives du 30 décembre 2018 au Bangladesh ( REHMAN ASAD / AFP )

Si les électeurs l'ont soutenue, c'est en raison de la croissance économique (plus de 6% en rythme annuel) que connaît le pays depuis qu'elle le dirige, explique la Première ministre qui soutient qu'elle ne désirait pas particulièrement "rester au pouvoir".

La principale formation d'opposition, le BNP, affirme de son côté avoir été la cible d'intimidations depuis de nombreux mois et a appelé à de nouvelles élections.

"Nous demandons que de nouvelles élections soient organisées par un gouvernement neutre dès que possible", a déclaré Kamal Hossain, le "père" de la Constitution bangladaise, qui est à 82 ans l'une des figures de proue de l'opposition. Il a également appelé la Commission électorale à annuler le scrutin de dimanche en raison des fraudes.

La Première ministre du Bangladesh Sheikh Hasina, reconduite, qui a remporté les législatives, a dit le 31 décembre 2018 avoir la
La Première ministre du Bangladesh Sheikh Hasina, reconduite, qui a remporté les législatives, a dit le 31 décembre 2018 avoir la "conscience tranquille" face aux accusations de fraude électorale ( Indranil MUKHERJEE / AFP )

Une requête balayée par le président de la Commission, K.M. Nurul Huda, pour qui les élections se sont déroulées "avec succès". La Commission dit n'avoir enregistré aucune plainte.

Mais selon le porte-parole du BNP, Syed Moazzem Hossain Alal, des "irrégularités" ont été recensées pour 221 des 300 sièges en jeu.

"On va voter pour toi"

Un électeur, Atiar Rahman, a ainsi dit avoir été passé à tabac par des militants de la Ligue Awami dans le district de Narayanganj, au sud de Dacca.

"Ils m'ont dit de ne pas m'inquiéter, 'on va voter pour toi'", a-t-il raconté à l'AFP.

Sheikh Hasina, Première ministre du Bangladesh
Sheikh Hasina, Première ministre du Bangladesh ( John SAEKI / AFP )

Selon l'opposition, les troubles dans le pays dans les semaines précédant le scrutin visaient à dissuader les électeurs d'aller voter. La Commission électorale évoque pour sa part une participation de 80% des 104 millions d'électeurs.

Environ 21.000 de ses militants ont été interpellés durant la campagne, empêchant l'opposition de mobiliser les électeurs, dénonce le BNP.

Trente-cinq de ses candidats ont été arrêtés pour des raisons fallacieuses et interdits de se présenter par des tribunaux, qui sont selon l'opposition contrôlés par Sheikh Hasina.

Le Premier ministre indien Narendra Modi a été le premier dirigeant étranger à la féliciter pour sa reconduction à la tête du pays, suivi par le président chinois Xi Jinping.

L'ONU et les États-Unis se sont pour leur part interrogés sur la crédibilité du processus électoral.

"Les Nations unies ont eu vent d'incidents violents et d'irrégularités lors des élections au Bangladesh", a réagi un porte-parole de l'ONU dans un communiqué.

"Nous appelons toutes les parties à faire preuve de retenue", a-t-il ajouté.

Pour Sakhawat Hussain, ancien membre de la Commission électorale, "ce résultat (des élections) risque d'entacher notre système démocratique et de nuire aux institutions".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2019

    Communiqué de Presse   Information relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social      Dijon, le 16 janvier 2019…

Publié le 16/01/2019

    Communiqué de Presse     Bilan semestriel du contrat de liquidité de Crossject au 31/12/2018      Dijon, le 16 janvier 2019     CROSSJECT (ISIN : FR0011716265 ;…

Publié le 16/01/2019

Au titre de son premier trimestre 2018/2019, Manutan a affiché un chiffre d'affaires de 192,6 millions d'euros, une croissance de 2,9% par rapport au même trimestre de l'exercice précédent. "La…

Publié le 16/01/2019

Elis annonce avoir finalisé l’acquisition de 100 % de Metropolitana en Colombie. Le groupe, qui a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires d’environ 4 millions d’euros, dispose de deux usines…

Publié le 16/01/2019

Ramsay Générale de Santé annonce le versement d’une prime exceptionnelle, dite "prime Macron", à l’ensemble de ses salariés français dont la rémunération est inférieure à 40 000 euros…