En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 837.25 PTS
-0.59 %
5 827.5
-0.74 %
SBF 120 PTS
4 598.60
-0.53 %
DAX PTS
13 105.61
-0.46 %
Dow Jones PTS
27 928.14
-0.31 %
8 372.21
-0.3 %
1.106
+0.02 %

Bangladesh: 7 islamistes condamnés à mort pour le meurtre d'étrangers en 2016

| AFP | 201 | 5 par 1 internautes
Un islamiste radical accusé d'avoir participé au massacre de 22 personnes, dont 18 étrangers, à Dacca en 2016, dans un fourgon de police après son procès le 27 novembre 2019
Un islamiste radical accusé d'avoir participé au massacre de 22 personnes, dont 18 étrangers, à Dacca en 2016, dans un fourgon de police après son procès le 27 novembre 2019 ( Munir UZ ZAMAN / AFP )

Sept islamistes extrémistes ont été condamnés mercredi à la mort par pendaison pour l'attaque d'un café de Dacca en 2016, dans laquelle 22 personnes dont 18 étrangers avaient été tuées.

De jeunes hommes armés de fusils d'assaut et de machettes avaient attaqué en juillet 2016 ce café fréquenté par des étrangers, dans un quartier huppé de la capitale du Bangladesh.

Après une opération de dix heures, les forces de l'ordre avaient libéré une vingtaine d'otages.

Neuf Italiens et sept Japonais figuraient parmi les 18 étrangers tués. Deux policiers étaient également décédés.

Des policiers escortent des détenus lors du procès le 27 novembre 2019 d'islamistes radicaux accusés pour l'attaque d'un café de Dacca, dans lequelle 22 personnes dont 18 étrangers avaient perdu la vie.
Des policiers escortent des détenus lors du procès le 27 novembre 2019 d'islamistes radicaux accusés pour l'attaque d'un café de Dacca, dans lequelle 22 personnes dont 18 étrangers avaient perdu la vie. ( Munir UZ ZAMAN / AFP )

Le juge Mojibur Rahman du tribunal spécial antiterroriste de Dacca, qui a rendu son verdict dans une salle d'audience bondée, a affirmé que cette sanglante attaque avait pour objectif d'"attirer l'attention" du groupe Etat islamique (EI).

"Ils seront exécutés par pendaison", a déclaré le magistrat, expliquant qu'ils ont voulu "porter atteinte à la sécurité publique, créer l'anarchie".

Avant de monter dans un fourgon de police, plusieurs condamnés ont crié "Allahu Akbar" (Dieu est grand) et qu'ils transformeraient le Bangladesh en un "califat islamique". Deux d'entre eux portaient des bonnets de prière avec l'insigne de l'EI.

Sur les huit hommes qui étaient jugés, l'un a été acquitté.

Cinq assaillants avaient été tués au cours de l'attaque qui avait été revendiquée par l'EI.

Huit autres, dont le cerveau Tamim Ahmed Chowdhury, un Canadien d'origine bangladaise, l'ont été plus tard pendant des raids à Dacca et ses environs.

Parmi eux, figuraient les commandants d'une nouvelle faction du groupe extrémiste bangladais Jamayetul Mujahideen Bangladesh (JMB), auquel la police a attribué cette attaque.

Le parquet et quelques familles de victimes se sont déclarés satisfaits de ce verdict.

Appel des condamnations

Le porte-parole du gouvernement japonais, Yoshihide Suga n'a pas commenté ce jugement mais a remercié Dacca pour ce procès qui s'est "rapidement" tenu.

L'avocat de la défense Dalwar Hossain a déclaré avoir l'intention de faire appel de ces condamnations, affirmant que les aveux ont été obtenus sous la torture.

Cette prise d'otages avait été le point de départ d'une série d'attaques et d'assassinats de militants des droits de l'Homme, d'homosexuels, d'étrangers et de minorités religieuses revendiqués par l'EI et Al-Qaïda, portant un sérieux coup à l'image de ce pays connu pour son islam modéré.

Selon la police, cet attentat avait pour objectif de déstabiliser ce pays de 168 millions d'habitants.

Après l'attaque de ce café, le Bangladesh s'était engagé dans un campagne de répression au cours de laquelle plus de 100 extrémistes islamistes présumés ont été tués et près d'un millier arrêtés.

Le gouvernement bangladais a cependant toujours nié que les réseaux jihadistes internationaux aient des relais dans le pays.

Le groupe EI avait revendiqué l'attentat en postant des photos du carnage mais les autorités bangladaises avaient affirmé que le JMB était responsable de cette attaque.

Ce verdict intervient après l'arrestation d'une vingtaine de personnes soupçonnées d'être des islamistes intégristes.

Lundi, trois d'entre eux ont été condamnés à mort pour le meurtre en 2012 d'un de leurs chefs présumés.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 09/12/2019

Visiativ présentera le 8 janvier 2020 son 3e plan stratégique, baptisé Catalyst 2023, après avoir achevé avec succès ses deux précédents plans stratégiques avec un an d'avance...

Publié le 09/12/2019

Le projet de recherche partenarial Deinodrop, associant Deinove et l'ESPCI Paris, a été retenu par l'ANR dans le cadre de l'appel à projets PRCE "Technologies pour la santé". D'une durée de deux…

Publié le 09/12/2019

Smac s'était engagée à proposer aux actionnaires minoritaires de Securinfor d'acquérir la totalité de leurs actions au prix de 62 euros par action...

Publié le 09/12/2019

Ce laboratoire accompagnera les prochaines étapes de développement du firibastat

Publié le 09/12/2019

Alors que l’exercice 2019 devrait conclure, avec un an d’avance, les objectifs du plan Next100, Visiativ présentera ses nouvelles ambitions et son plan stratégique Catalyst 2023, le 8 janvier…