En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.95 PTS
-
4 832.00
-
SBF 120 PTS
3 852.26
-
DAX PTS
12 557.64
-
Dow Jones PTS
28 210.82
-0.35 %
11 665.37
-0.11 %
1.184
-0.14 %

Bahreïn et Israël formalisent la normalisation de leurs relations

| AFP | 538 | 4.90 par 21 internautes
Le responsable du conseil de sécurité israélien Meir Ben-Shabbat lors d'un discours à son arrivée à l'aéroport international de Bahrein, le 18 octobre 2020
Le responsable du conseil de sécurité israélien Meir Ben-Shabbat lors d'un discours à son arrivée à l'aéroport international de Bahrein, le 18 octobre 2020 ( RONEN ZVULUN / POOL/AFP )

Israël et Bahreïn ont scellé dimanche un accord formalisant l'établissement de relations entre les deux pays et signé sept mémorandums d'entente, ouvrant encore davantage la région du Golfe à l'Etat hébreu.

Une délégation officielle d'Israël était dimanche à Bahreïn pour signer un document établissant des relations diplomatiques entre eux, un mois après la signature à la Maison Blanche d'un accord normalisant leurs liens.

Le document a été signé en présence de représentants d'autres pays et de la presse, mais le roi Hamad, le prince héritier et le Premier ministre étaient absents de la cérémonie, selon un correspondant de l'AFP.

Les deux pays ont également signé sept mémorandums d'entente et convenu de coopérer notamment dans les domaines de l'économie, de l'aviation, de la finance, des communications et de l'agriculture, selon le chef de la diplomatie israélienne.

Le ministre bahreïni des Affaires étrangères, Abdellatif al-Zayani, a salué "le début de relations entre les deux pays menant à une coopération constructive dans différents domaines".

L'accord de normalisation "représente une avancée historique importante pour réaliser la sécurité, la paix et la prospérité", avait-il déclaré à l'aéroport international de Manama.

"Ce grand jour fera de la paix une réalité. Ces relations vont bénéficier aux deux parties dans divers domaines", assurait à ses côtés le conseiller à la sécurité nationale israélienne, Meir Ben-Shabbat, s'exprimant en arabe.

Monarchie arabe du Golfe où siège la Ve flotte américaine, le petit royaume de Bahreïn est devenu le quatrième pays arabe à normaliser ses relations avec Israël.

Bahreïn et les Emirats arabes unis, une autre monarchie arabe du Golfe, ont signé séparément avec Israël le 15 septembre des accords officialisant la normalisation lors d'une cérémonie à la Maison Blanche.

Avant ces deux pays, Israël a signé des traités de paix avec l'Egypte en 1979 et la Jordanie en 1994, mettant fin à l'état de guerre avec ces Etats arabes voisins.

Coopération économique

Les accords de normalisation avec Bahreïn et les Emirats ont été dénoncés par les Palestiniens comme une "trahison", alors que la résolution du conflit israélo-palestinien était jusque-là considérée comme une condition sine qua non pour une normalisation entre Israël et les Etats arabes.

La délégation israélienne et le secrétaire américain au Trésor Steve Mnuchin (d) arrivent à l'aéroport international de  Bahrein le 18 octobre 2020
La délégation israélienne et le secrétaire américain au Trésor Steve Mnuchin (d) arrivent à l'aéroport international de Bahrein le 18 octobre 2020 ( RONEN ZVULUN / POOL/AFP )

M. Zayani a cependant appelé dimanche à des négociations directes entre Palestiniens et Israéliens pour un règlement du conflit et une solution à deux Etats.

Avant son départ de Tel-Aviv, M. Ben-Shabbat a déclaré que les rencontres à Bahreïn avaient "pour objectif de traduire par des programmes concrets les accords signés à la Maison Blanche", notamment dans les domaines économique, du tourisme, de l'aviation et des technologies.

Venu à Manama avec la délégation israélienne, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a mis l'accent sur l'"opportunité" que représentent selon lui ces accords pour les économies des pays concernés, notamment dans le domaine des technologies.

Les Emirats et Bahreïn n'ont jamais été en conflit avec l'Etat hébreu. Mais ils partagent avec Israël une animosité envers l'Iran, ennemi numéro un des Etats-Unis dans la région.

L'ouverture d'une ambassade d'Israël est prévue dans les mois à venir, a déclaré un conseiller de Donald Trump, Avi Berkowitz, également à Manama pour la signature.

Gouverné par une monarchie sunnite, Bahreïn accuse l'Iran chiite d'être à l'origine de troubles sporadiques dans le royaume depuis 2011, date à laquelle les autorités ont réprimé des manifestations de sa communauté chiite exigeant des réformes.

La normalisation avec Israël a provoqué des manifestations dans des villages chiites du royaume.

Face à l'Iran

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a salué dimanche en Conseil des ministres "un accord de paix historique" avec Bahreïn.

Il espère que d'autres pays arabes établissent des relations officielles avec Israël, privilégiant désormais l'aspect économique plutôt que la résolution du conflit israélo-palestinien qui dure depuis plus de 50 ans.

Le secrétaire d'Etat Mike Pompeo a récemment dit espérer que l'Arabie saoudite, chef de file des monarchies arabes du Golfe et rival de l'Iran dans la région, "envisagerait de normaliser ses relations" avec Israël.

Selon lui, les accords avec les Emirats et Bahreïn "reflètent les changements dans la dynamique de la région". "Ces pays reconnaissent à juste titre le besoin de coopération régionale pour contrer l'influence iranienne et favoriser la prospérité."

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
21 avis
Note moyenne : 4.90
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/10/2020

Rassemblant des millions de joueurs, Ubisoft Connect est l'interface universelle pour se connecter avec des amis ou participer à des événements et des activités liés aux jeux...

Publié le 21/10/2020

Les premiers résultats de cette étude d'Onxeo sont attendus début 2021...

Publié le 21/10/2020

Les produits Cast fournissent des données inédites sur l'état structure000

Publié le 21/10/2020

Les concours bancaires utilisés par Courtois dans les comptes consolidés s'élèvent au 30 septembre à 5,38 ME...

Publié le 21/10/2020

Grâce à sa solidité financière, Lisi maintient également intactes ses ambitions stratégiques de croissance à moyen et long terme...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne