En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 875.93 PTS
-
4 872.00
+1.68 %
SBF 120 PTS
3 888.85
-
DAX PTS
11 205.54
+2.63 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.98 %
1.137
+0.09 %

Après un arrêt en Irak, Mike Pompeo arrive en Egypte

| AFP | 452 | Aucun vote sur cette news
Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo (C) et sa femme (D) sont accueillis par l'ambassadeur américain en Irak Douglas Silliman (2e-G) à leur arrivée à l'aéroport de Bagdad le 9 janvier 2019
Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo (C) et sa femme (D) sont accueillis par l'ambassadeur américain en Irak Douglas Silliman (2e-G) à leur arrivée à l'aéroport de Bagdad le 9 janvier 2019 ( Andrew CABALLERO-REYNOLDS / POOL/AFP )

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo est arrivé mercredi soir au Caire après un arrêt en Irak pour rassurer les responsables locaux sur le soutien de Washington et sur le sort des milices kurdes après le retrait américain de Syrie.

Plus tôt dans la journée, il avait atterri à Bagdad pour une visite surprise, avant de se rendre à Erbil, au Kurdistan irakien.

Depuis que le président Donald Trump a annoncé, à la surprise générale, le retrait de quelque 2.000 soldats américains de Syrie, les interrogations se multiplient sur le sort des Unités de protection du peuple (YPG), principale milice kurde syrienne et fer de lance du combat contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

Ankara, qui considère les YPG comme une organisation "terroriste", menace de les attaquer.

Il est "important de faire tout ce que nous pouvons pour nous assurer que ces gens qui ont combattu avec nous soient en sécurité", a déclaré M. Pompéo.

S'exprimant depuis Erbil, il a encore assuré que le président turc Recep Tayyip "Erdogan a pris des engagements, il comprend (...) que nous voulons en être sûrs".

"Nous allons faire de vrais progrès dans les jours à venir", a-t-il ajouté, alors que mardi Ankara a catégoriquement démenti s'être engagé auprès de Donald Trump à garantir la sécurité des YPG.

Il y a deux semaines, M. Trump avait suscité les critiques en Irak en rendant visite à des soldats américains stationnés dans le pays, sans rencontrer aucun dirigeant irakien.

M. Pompeo, lui, a été reçu par les dirigeants kurdes à Erbil et des autorités fédérales à Bagdad.

Soutien américain

Il leur a promis "le soutien des Etats-Unis (...) pour assurer la stabilité et la sécurité".

Et il a plaidé pour "la poursuite de la coopération" entre armées "pour s'assurer que la défaite du groupe Etat islamique soit durable".

"L'EI est défait militairement mais la mission n'est pas accomplie", a renchéri le président irakien Barham Saleh, estimant avoir "besoin du soutien américain".

Le conseiller américain à la sécurité nationale John Bolton, en visite mardi en Turquie, avait affirmé que les Etats-Unis allaient s'assurer que l'EI avait vraiment été vaincu avant un départ de Syrie.

Mike Pompeo s'est refusé à évoquer un calendrier, alors que l'administration américaine s'emploie à rassurer ses partenaires régionaux et occidentaux, déjà ébranlés par la stratégie parfois illisible du président américain au Moyen-Orient.

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo rencontre le président irakien Barham Saleh à Bagdad le 9 janvier 2019
Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo rencontre le président irakien Barham Saleh à Bagdad le 9 janvier 2019 ( Andrew CABALLERO-REYNOLDS / POOL/AFP )

La question de la présence de l'EI en Syrie, qui partage avec l'Irak plus de 600 km de frontières, désertiques et propices à l'installation de cellules jihadistes clandestines, est majeure pour Bagdad.

Même s'il a annoncé en décembre 2017 la fin de trois années de guerre contre l'EI, des jihadistes continuent de mener des attaques. Mardi, deux personnes ont ainsi été tuées par une voiture piégée au nord de Bagdad.

Fin décembre, M. Trump avait bien assuré que, s'il retirait les troupes américaines de Syrie, il ne prévoyait "pas du tout" de retirer celles d'Irak, qui pourrait servir de "base" pour éventuellement "intervenir en Syrie".

Mais cette présence même fait débat dans le pays, pris en étau entre ses deux grands alliés eux-mêmes ennemis, l'Iran et les Etats-Unis.

Ainsi, le bloc pro-Iran qui gagne en puissance militaire et surtout politique en Irak avait de nouveau poussé pour un calendrier de retrait des forces américaines au lendemain de la visite de M. Trump.

"Pression sur l'Iran"

L'Irak occupe une place centrale dans un Moyen-Orient en recomposition, où, selon les experts, l'Iran commence à voir se réaliser un scénario souvent évoqué: un corridor terrestre qui lui permettrait d'atteindre la Méditerranée à travers l'Irak, la Syrie et le Liban.

Au coeur de cet axe qui pourrait servir au transit de biens et de personnes, l'Irak joue désormais les intercesseurs auprès de Damas.

Selon un haut responsable irakien, Bagdad --en plus de se ménager le terrain pour investir dans la reconstruction de la Syrie-- joue les médiateurs pour le rétablissement des liens entre Damas et le Qatar, où MM. Saleh et Hakim se sont rendus en soirée.

Le secrétaire d'Etat Mike Pompeo (G) rencontre le chef de la diplomatie jordanienne Aymane Safadi à Amman, le 8 janvier 2019
Le secrétaire d'Etat Mike Pompeo (G) rencontre le chef de la diplomatie jordanienne Aymane Safadi à Amman, le 8 janvier 2019 ( Andrew CABALLERO-REYNOLDS / AFP )

Mais alors que la priorité numéro un de Washington dans la région est de contrecarrer l'influence de l'Iran que les Américains jugent "déstabilisatrice", Bagdad cherche à défendre ses bonnes relations avec son voisin iranien.

L'Irak a déjà obtenu des exemptions face aux nouvelles sanctions américaines en s'engageant à réduire sa dépendance énergétique à l'Iran.

Bagdad entend obtenir leur prolongation même si M. Pompeo a promis mardi de "redoubler" "les efforts diplomatiques et commerciaux pour mettre vraiment la pression sur l'Iran".

A Bagdad, il a répété "l'importance d'avancer vers l'indépendance énergétique de l'Irak".

Après l'Egypte, M. Pompeo doit se rendre à Bahreïn, aux Emirats arabes unis, au Qatar, en Arabie saoudite, à Oman et au Koweït.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

SOITECLe groupe dévoilera son chiffre d'affaires au troisième trimestre.source : AOF

Publié le 18/01/2019

A la suite du communiqué du 7 décembre 2018, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Éric Saiz, Dominique Roche, HIFIC ainsi que Financière Arbevel ont annoncé…

Publié le 18/01/2019

En 2018, Biosynex a réalisé un chiffre d'affaires de 31,2 millions d'euros, en hausse de 2,3%. La tendance est similaire à celle constatée au premier semestre avec notamment une forte dynamique de…

Publié le 18/01/2019

Iliad annonce la mise en oeuvre d'un partenariat stratégique avec la société Jaguar Network, fournisseur de service à destination des entreprises et des marchés publics, à travers une prise de…

Publié le 18/01/2019

                                Paris, le 18 janvier 2019    Alliance stratégique entre Iliad et Jaguar Network       Le Groupe Iliad annonce la mise en…