En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 429.62 PTS
+0.01 %
5 429.00
+0.00 %
SBF 120 PTS
4 350.31
+0.08 %
DAX PTS
12 556.90
+0.13 %
Dowjones PTS
25 019.41
+0.38 %
7 375.82
+0.00 %
Nikkei PTS
22 597.35
+1.85 %

Bachelot condamnée pour diffamation pour avoir accusé Nadal de dopage

| AFP | 478 | 3 par 1 internautes
L'ancienne ministre de la Santé et des Sports Roselyne Bachelot (d) a été condamnée jeudi à Paris à 500 euros d'amende avec sursis pour avoir accusé le tennisman espagnol Rafael Nadal (g) de dopage, dans une émission télévisée l'an dernier.
L'ancienne ministre de la Santé et des Sports Roselyne Bachelot (d) a été condamnée jeudi à Paris à 500 euros d'amende avec sursis pour avoir accusé le tennisman espagnol Rafael Nadal (g) de dopage, dans une émission télévisée l'an dernier. ( DAVID GANNON, MATTHEW STOCKMAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

L'ex-ministre de la Santé et des Sports Roselyne Bachelot a été condamnée jeudi à Paris à 500 euros d'amende avec sursis et 10.000 euros de dommages et intérêts pour avoir accusé le tennisman espagnol Rafael Nadal de dopage, dans une émission télévisée l'an dernier.

Le tribunal correctionnel a jugé Mme Bachelot coupable de diffamation et l'a condamnée à verser ces dommages et intérêts au numéro 1 mondial du tennis en réparation de son "préjudice moral évident", "une telle allégation étant une des plus graves qui puisse être portée à l'encontre d'un sportif professionnel".

Le Majorquin demandait 100.000 euros mais les magistrats ont ramené ce préjudice à de "plus justes proportions", expliquent-ils dans leur jugement, Rafael Nadal "ne démontrant pas avoir subi un préjudice quelconque (...) dans son activité de joueur ou dans ses rapports avec ses sponsors".

Roselyne Bachelot devra en outre lui verser 2.000 euros au titre des frais de justice.

- Bachelot 'ne regrette absolument pas' -

L'ancienne ministre, qui "ne regrette absolument pas ses propos", "constate avec satisfaction que les juges ont estimé disproportionnées les demandes de Rafael Nadal", a déclaré son avocat, Me Olivier Chappuis. Elle "ne fera pas appel".

L'avocat du joueur, Me Patrick Maisonneuve, s'est quant à lui déclaré "tout à fait satisfait du principe de la condamnation de Mme Bachelot".

En mars 2016, interrogée sur la chaîne D8 au sujet de l'affaire du contrôle positif de l'ancienne numéro 1 mondiale russe Maria Sharapova, Roselyne Bachelot, reconvertie chroniqueuse, avait accusé Nadal, longuement absent en 2012, d'avoir feint une blessure pour dissimuler un contrôle antidopage positif.

"On sait à peu près que la fameuse blessure de Rafael Nadal, qui a entraîné sept mois d'arrêt de compétition, est très certainement due à un contrôle positif", avait notamment lancé l'ex-ministre de la Santé et des Sports (2007-2010).

Ces accusations "commencent à me fatiguer", avait déclaré Nadal à l'époque. L'Espagnol, qui a remporté dix fois Roland-Garros, avait attaqué l'ex-ministre en diffamation et demandé dans la foulée à la Fédération internationale de tennis de publier ses contrôles antidopage. Celle-ci avait répondu qu'il pouvait les publier lui-même, tout en répétant qu'il n'avait jamais été contrôlé positif.

Ni le joueur, ni l'ancienne ministre n'étaient présents au procès, le 13 octobre.

La parole de Mme Bachelot "pèse énormément du fait de ses anciennes fonctions", avait plaidé l'avocat du joueur, estimant que ces propos auraient pu avoir "des conséquences importantes" notamment s'agissant des "sponsors" de Rafael Nadal.

L'avocat avait communiqué au tribunal le dossier médical de Nadal, qui souhaitait "tordre le cou une fois pour toutes à ce que dit Mme Bachelot". Il fait état selon lui d'un problème très sérieux au tendon du genou gauche.

En face, la défense de Roselyne Bachelot s'était employée à faire le procès de la Fédération internationale, expliquant longuement que son programme antidopage "a toujours été d'un laxisme ahurissant" sur fond de "culture de dissimulation des contrôles positifs".

"Il y a un fossé énorme entre les succès qu'il collectionne et la faiblesse des contrôles antidopage pratiqués", avait-il estimé.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

LES SUMMER DAYS

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 16 juillet 2018

CODE OFFRE : SUMMER18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : SUMMER18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/07/2018

Belle commande de gros porteur...

Publié le 16/07/2018

Safran annonce aujourd’hui la nomination de Didier Nicoud (55 ans) au poste de Directeur Technique de Safran Helicopter Engines. Il remplace Eric Massé, appelé à une autre fonction au sein de…

Publié le 16/07/2018

Les commandes de Boeing et Airbus s'accumulent pour la première journée du salon aéronautique de Farnborough...

Publié le 16/07/2018

L'Autorité française de la concurrence annonce à l'instant avoir ouvert des enquêtes sur les rapprochements récemment annoncés par les distributeurs Auchan/Casino/Metro/Shiever d'une part, et…

Publié le 16/07/2018

Des commandes fictives en cause