En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Bachar al-Assad nie que Moscou tire les ficelles en Syrie

| AFP | 252 | Aucun vote sur cette news
Photo transmise par l'agence officielle syrienne Sana du président Bachar al-Assad lors d'une interview, le 10 juin 2018 à Damas
Photo transmise par l'agence officielle syrienne Sana du président Bachar al-Assad lors d'une interview, le 10 juin 2018 à Damas ( Handout / SANA/AFP )

Le président syrien Bachar al-Assad a nié que Moscou tire les ficelles dans son pays déchiré par la guerre, affirmant au contraire dans une interview publiée dimanche que son régime agit indépendamment de ses alliés russe et iranien.

"Nous avons de bonnes relations avec la Russie depuis plus de six décennies maintenant, presque sept. Ils n'ont jamais, au cours de notre relation, essayé de nous dicter quoi faire même s'il existe des différences" de vue, a déclaré le président syrien dans un entretien accordé au journal britannique "Mail on Sunday".

La guerre en Syrie, qui a fait plus de 350.000 morts, a éclaté en mars 2011 après la répression par le régime syrien de manifestations demandant des réformes démocratiques.

Alors qu'il avait perdu de nombreux territoires face aux rebelles, le pouvoir de Bachar al-Assad a renversé la situation grâce à l'intervention de Moscou en 2015. Les frappes de l'aviation russe et l'intervention de conseillers militaires envoyés par Vladimir Poutine ont permis aux forces loyales à Bachar al-Assad de contrôler désormais plus de 50% du territoire.

Ces forces ont aussi reçu le soutien de l'Iran, notamment via des conseillers militaires.

Le président syrien reconnaît avoir eu des divergences avec Moscou et l'Iran. "C'est très naturel, mais au final les seules décisions sur ce qui doit se passer en Syrie sont des décisions syriennes", a-t-il souligné.

Le président syrien Bachar al-Assad serre la main de son homologue russe Vladimir Poutine, le 17 mai 2018 à Sotchi en Russie
Le président syrien Bachar al-Assad serre la main de son homologue russe Vladimir Poutine, le 17 mai 2018 à Sotchi en Russie ( Mikhail KLIMENTYEV / SPUTNIK/AFP/Archives )

Il a nié par ailleurs que Moscou ait été informé préalablement des frappes israéliennes ayant visé des forces prorégime y compris iraniennes en Syrie.

S'il a loué le rôle de Moscou, le président syrien a en revanche dénoncé l'intervention "coloniale" de puissances occidentales en Syrie, notamment des Etats-Unis qui sont à la tête d'une coalition internationale luttant contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

Il a précisé que la Syrie avait cessé de partager des renseignements avec les pays européens.

"Ils veulent échanger des informations alors que leurs gouvernements agissent politiquement contre le nôtre. Nous avons donc dit: +Quand vous changerez votre position, nous serons prêts+" à reprendre la coopération dans ce domaine, a-t-il ajouté.

"Pour l'instant, il n'y a aucune coopération avec des agences de renseignements européennes", a-t-il martelé. Le transcript complet de cette interview a été publié sur l'agence de presse officielle syrienne Sana.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…