En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 476.17 PTS
-0.33 %
5 462.00
-0.37 %
SBF 120 PTS
4 384.35
-0.29 %
DAX PTS
12 350.82
-0.64 %
Dowjones PTS
26 562.05
-0.68 %
7 548.75
+0.23 %
1.175
+0.02 %

Aveyron: les éleveurs de brebis exaspérés par le loup

| AFP | 368 | 3 par 1 internautes
L'éleveur Michel Pons sur le plateau du Larzac le 6 octobre 2017
L'éleveur Michel Pons sur le plateau du Larzac le 6 octobre 2017 ( REMY GABALDA / AFP )

"Quand un jour tu découvres le cadavre d'une de tes brebis, égorgée par un loup, c'est horrible, c'est un traumatisme pour l'éleveur", confie Nicolas Fabre: en Aveyron, les attaques de loup se multiplient, exaspérant des éleveurs qui se sentent "impuissants" face au prédateur.

Rencontré avant une manifestation devant réunir 2.000 éleveurs, lundi à Lyon, Nicolas Fabre semble désemparé en regardant ses bêtes brouter en liberté sur le plateau du Larzac, dans le sud-est de l'Aveyron.

"Début mai, j'ai perdu deux brebis", raconte cet éleveur de 38 ans installé à Cornus et dont le troupeau de plus de 500 bêtes a été attaqué à deux reprises ces derniers mois.

Quand il les a découvertes, "l'une était morte, et l'autre, blessée, la cage thoracique ouverte et éviscérée. C'est moi qui l'ai euthanasiée", dit-il. La deuxième attaque s'est produite mi-juillet et là encore il a dû euthanasier l'animal dont "il manquait un morceau de gigot".

Quelques kilomètres plus loin, Michel Pons a connu les mêmes déboires, en avril et en septembre. Bilan: cinq bêtes blessées et quatre tuées.

Des brebis sur le plateau du Larzac le 6 octobre 2017
Des brebis sur le plateau du Larzac le 6 octobre 2017 ( REMY GABALDA / AFP )

Partout, dans l'Aveyron, les témoignages s'accumulent. Selon la Direction départementale des territoires, 50 attaques présumées de loups ont déjà été répertoriées en 2017, contre 16 en 2016. Le nombre d'animaux tués ou blessés cette année s'élève à 163, contre 91 en 2016.

"L'Aveyron, c'est 800.000 brebis", dit François Giacobbi, éleveur et chargé de ce dossier pour la Chambre d'agriculture du département. "C'est un vrai garde-manger pour le loup", espèce protégée en Europe et dont la présence en France est ardemment défendue par des organisations de protection de l'environnement.

"Mais là où il y a de l'élevage traditionnel, ce n'est pas possible", affirme Michel Pons, en se rendant sur un des "parcours", ces pâturages où les brebis, pour l'instant en pleine période de reproduction, passent la majeure partie de l'année.

C'est une nécessité pour respecter le cahier des charges du fromage Roquefort AC, "fabriqué avec du lait de brebis qui doivent pâturer à l'extérieur", et celui du "label rouge pour les agneaux sous mère", rappelle François Giacobbi. "Et c'est aussi une demande des consommateurs", souligne Nicolas Fabre.

Cet agropastoralisme a d'ailleurs conduit l'Unesco à inscrire ce secteur des Causses et des Cévennes sur la liste du patrimoine mondial.

- 'Objectif zéro attaque' -

Mais Michel Pons doute que ce type d'élevage "dure encore bien longtemps". "Si ça devient un enfer, je ferai autre chose", affirme Nicolas Fabre. Les deux hommes craignent "la constitution de meutes" si rien n'est fait. Pour l'instant, les loups seraient cinq ou six dans le secteur, assurent-ils.

Nicolas Fabre, un éleveur du Larzac, avec son chien, le 6 octobre 2017
Nicolas Fabre, un éleveur du Larzac, avec son chien, le 6 octobre 2017 ( REMY GABALDA / AFP )

Et rien ne protège de leurs attaques, ni les clôtures, ni les filets, ni les chiens de protection, selon eux. Impossible aussi de surveiller des troupeaux de plusieurs centaines de bêtes pâturant sur des dizaines d'hectares accidentés du Larzac et couverts de chênes, de buis et de genévriers.

Pour la Fédération nationale ovine comme pour la FDSEA de l'Aveyron, la solution passe par un objectif "zéro attaque". Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, l'avait lui-même avancé lors d'un déplacement dans l'Aveyron, le mois dernier, sans préciser comment l'atteindre.

La Fédération ovine estime, elle, qu'"il faut pouvoir tirer sur le loup quand il attaque le troupeau", dit sa présidente, Michèle Boudoin. Et cela en dehors de tout quota d'abattages fixé à 40 jusqu'à fin juin 2018.

"Il faut que le loup ait peur de l'homme", argue Mme Boudoin, pour qui les attaques mettent "en danger la ruralité dans plus de 33 départements". "Il faut qu'il apprenne que lorsqu'il s'approche d'un troupeau, il est en danger de mort", renchérit François Giaccobi.

Et Michèle Boudoin de souhaiter un nouveau plan national du loup qui "remette en son coeur l'élevage et les éleveurs".

La précédente version du plan présentée en septembre avait conduit les associations d'éleveurs à claquer la porte de la réunion.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices et Matières 1ères avec les CFD
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/09/2018

Suresnes, le 24 septembre 2018 : Recylex S.A. (Euronext Paris : FR0000120388 - RX) annonce ce jour que le Groupe a obtenu l'accord de l'ensemble des partenaires financiers…

Publié le 24/09/2018

ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 478 836 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY 393 376 801 R.C.S.…

Publié le 24/09/2018

      Communiqué de mise à disposition de documents   Neuilly-sur-Seine, le 24 septembre 2018       Mise à disposition du rapport financier semestriel au 30 juin…

Publié le 24/09/2018

  RESULTATS SEMESTRIELS 2018                Paris, le 21 septembre 2018     Patrimoine 144,2 Millions d'euros   Résultat net…

Publié le 24/09/2018

 Groupe BIC - Communiqué de presse Clichy - 24 Septembre 2018   Déclaration des Transactions sur Actions Propres du 17 au 21 Septembre 2018   Conformément à la…