En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 686.30 PTS
+0.48 %
5 675.50
+0.44 %
SBF 120 PTS
4 482.05
+0.39 %
DAX PTS
12 467.91
+0.08 %
Dowjones PTS
27 157.24
+0.23 %
7 901.40
-0.00 %
1.101
-0.27 %

Au Yémen, le torchon brûle entre le pouvoir et les Emirats

| AFP | 313 | 5 par 2 internautes
Des membres des forces séparatistes sudistes au Yémen font le V de la victoire à bord d'un char sur la périphérie de la province d'Abyane, voisine de celle d'Aden, le 29 août 2019
Des membres des forces séparatistes sudistes au Yémen font le V de la victoire à bord d'un char sur la périphérie de la province d'Abyane, voisine de celle d'Aden, le 29 août 2019 ( Saleh Al-OBEIDI / AFP )

Les Emirats arabes unis et le pouvoir au Yémen ont échangé des accusations au sujet des combats entre séparatistes sudistes et armée à Aden, fragilisant davantage leur alliance contre les rebelles Houthis dans le pays en guerre.

Les Emirats sont l'un des piliers d'une coalition militaire commandée par l'Arabie saoudite soutenant militairement depuis 2015 le président et le gouvernement du Yémen face aux Houthis qui se sont emparés de vastes régions du nord du pays, y compris la capitale Sanaa.

Mais depuis début août, un nouveau front s'est ouvert dans la guerre: des combats ont opposé les forces gouvernementales et les séparatistes voulant l'indépendance du sud du Yémen qui ont pris le contrôle d'Aden (sud), le pouvoir accusant ouvertement les Emirats d'aider militairement ces séparatistes notamment avec des raids aériens contre ses troupes.

Aden est devenue la "capitale provisoire" du pouvoir après que les Houthis ont pris Sanaa.

Les séparatistes ont dit jeudi avoir repris Aden aux loyalistes qui la contrôlaient mercredi. La ville avait été conquise une première fois le 10 août par les séparatistes.

Vendredi, les Emirats ont confirmé avoir mené cette semaine des raids aériens contre des cibles à Aden, mais ont dit avoir visé des "milices terroristes" et agi en "légitime défense".

Attentats suicide

La ville a connu vendredi deux attentats dont l'un a coûté la vie à trois combattants séparatistes. Le deuxième a fait cinq blessés parmi les gardes d'un chef militaire des séparatistes qui en a réchappé.

Les forces séparatistes ont procédé à plusieurs arrestations à Aden après ces attentats, ont indiqué des sources de sécurité, affirmant vouloir démanteler des "cellules dormantes" de jihadistes.

Des habitants ont fait état d'arrestations de militaires loyales au gouvernement.

"La lutte contre le terrorisme" a été l'une des causes invoquées par les séparatistes pour prendre le contrôle d'Aden. Ils avaient accusé auparavant le gouvernement de complicité dans deux attentats ayant fait 49 morts le 1er août dans leurs rangs.

Dans la narration des récents évènements, Abou Dhabi et le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi ont fourni deux versions diamétralement opposées.

Les Affaires étrangères émiraties ont indiqué que les forces gouvernementales qui avaient tenté de prendre Aden aux séparatistes comprenaient des "terroristes". Les raids ont visé des "éléments appartenant à des groupes terroristes qui ont attaqué les forces de la coalition dans l'aéroport d'Aden".

Les Emirats, qui ont une tolérance zéro envers les islamistes, considèrent qu'une partie de l'armée du gouvernement de M. Hadi est formée de militants d'al-Islah, un parti yéménite considéré comme proche des Frères musulmans.

Planifier, financer et coordonner

Aidarous al-Zoubaidi, le chef du Conseil de transition du sud (STC), qui réclame l'indépendance du sud du Yémen, s'exprime lors d'une conférence de presse à Aden, dans le sud du Yémen, le 29 août 2019
Aidarous al-Zoubaidi, le chef du Conseil de transition du sud (STC), qui réclame l'indépendance du sud du Yémen, s'exprime lors d'une conférence de presse à Aden, dans le sud du Yémen, le 29 août 2019 ( Nabil HASAN / AFP )

Le vice-président yéménite, Ali Mohsen al-Ahmar, est considéré lui même comme proche de la mouvance islamiste.

La version des faits des Emirats a été confortée par leur allié yéménite, le chef du Conseil de transition du sud (STC - séparatiste), Aidarous al-Zoubaïdi.

Lors d'une conférence de presse dans la nuit de jeudi à vendredi à Aden, il a affirmé que ses hommes avaient capturé parmi les "assaillants" qui ont attaqué la ville des "terroristes recherchés par la justice internationale", sans autre précision.

En face, le gouvernement de M. Hadi a accusé les Emirats d'avoir planifié, financé et coordonné l'action des séparatistes.

"Les milices (séparatistes) rebelles ont attaqué toutes les institutions de l'Etat et ses positions militaires à Aden avec le soutien, le financement et la planification des Emirats", a dit M. Hadi dans un communiqué publié tard jeudi.

Il faisait référence à la première conquête d'Aden par les séparatistes le 10 août.

Silence de Ryad

M. Hadi a ensuite défendu la contre-attaque du pouvoir à Aden mercredi, y voyant une opération destinée à rétablir l'autorité de l'Etat, avant de déplorer l'intervention de l'aviation des Emirats.

Dans ce contexte, le président yéménite, exilé dans la capitale de l'Arabie saoudite voisine, a appelé le gouvernement saoudien à "intervenir pour arrêter les ingérences flagrantes des Emirats, leur soutien aux milices (séparatistes) et leurs raids aériens contre les forces armées yéménites".

L'Arabie saoudite, puissance régionale intervenue au Yémen pour faire face à une influence accrue de son rival iranien, perçu comme un allié des Houthis, observe pour le moment un silence embarrassé sur les affrontements à Aden.

Elle assiste à une dispute sans précédent parmi les membres de la coalition qu'elle conduit: le gouvernement de M. Hadi et les Emirats, un pays considéré comme un proche allié des Saoudiens.

Les autorités saoudiennes ont proposé au début des violences entre séparatistes et gouvernement un dialogue entre les deux camps dans la ville saoudienne de Jeddah. Si le STC s'y est dit favorable, le gouvernement Hadi a exigé pour y participer un retrait des séparatistes des positions conquises à Aden et ailleurs dans le sud du Yémen.

Le ministre d'Etat émirati aux Affaires étrangères Anwar Gargash a défendu vendredi dans un tweet, un tel dialogue. "C'est une porte de sortie de la crise".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 23 septembre 2019

CODE OFFRE : RENTREE19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/09/2019

Toujours en recherche d'opportunités

Publié le 20/09/2019

A l’occasion des Journées européennes du patrimoine les 21 et 22 Septembre, Ubisoft offre pour la première fois au public sur le site de l’UNESCO une visite en réalité virtuelle de la…

Publié le 20/09/2019

American Express Global Business Travel (GBT) annonce la nomination de Paul Abott au poste de Président Directeur Général. Il prendra ses fonctions au 1er octobre 2019, succédant ainsi à Doug…

Publié le 20/09/2019

CNP Assurances a achevé les discussions avec le brésilien Caixa Seguridade et a conclu un avenant au protocole d’accord du 29 août 2018. L'assureur bénéficiera de l'allongement de la durée de…

Publié le 20/09/2019

L'adoption du Nutri-Score s'inscrit dans une démarche forte et globale en faveur de la qualité alimentaire...