En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 422.54 PTS
-
5 436.00
-
SBF 120 PTS
4 340.58
-
DAX PTS
12 661.54
-
Dowjones PTS
25 119.89
+0.22 %
7 403.89
+0.00 %
Nikkei PTS
22 898.64
+0.89 %

Au Yémen, la ville de Hodeida aux mains des rebelles se prépare à la guerre

| AFP | 128 | Aucun vote sur cette news
Un combattant des forces progouvernementales yéménites soutenues par une coalition emmenée par Ryad se tient sur une route dans le secteur de l'aéroport de Hodeida, dans l'ouest du Yémen, le 18 juin 2018
Un combattant des forces progouvernementales yéménites soutenues par une coalition emmenée par Ryad se tient sur une route dans le secteur de l'aéroport de Hodeida, dans l'ouest du Yémen, le 18 juin 2018 ( NABIL HASSAN / AFP )

Monticules de sable, va-et-vient de véhicules militaires, habitants vivant dans l'angoisse: la ville portuaire de Hodeida tenue par les rebelles, dans l'ouest du Yémen, attend dans la fébrilité un assaut des forces progouvernementales.

Ahmed vit dans le sud de Hodeida, dans un quartier voisin de l'aéroport où ont pénétré mardi les forces progouvernementales sur fond d'intenses combats avec les rebelles Houthis.

Jusque-là, le jeune Yéménite avait résisté à l'idée de fuir, il croyait qu'une solution politique pouvait encore être trouvée pour épargner sa ville. Mais ses espoirs ont été douchés mardi avec l'intensification des affrontements dans le secteur de l'aéroport.

"L'écho des violents combats résonne depuis ce matin. Des familles qui voulaient fuir n'ont pas été en mesure de partir à cause de ça", a-t-il raconté à l'AFP par téléphone.

Ahmed a passé les derniers jours derrière sa fenêtre à guetter l'avancée des combats. Lorsque les oiseaux perchés sur son toit s'envolaient soudainement, il savait qu'un obus était tombé pas très loin.

A la faveur d'une offensive lancée le 13 juin, les forces progouvernementales yéménites, soutenues par une coalition emmenée par l'Arabie saoudite qui les appuie depuis 2015, tentent de déloger les rebelles de Hodeida, une ville aux mains des insurgés depuis 2014.

Depuis, les forces loyalistes ont rapidement progressé le long de la côte vers l'aéroport, situé à la limite sud de Hodeida, même si les rebelles opposent une farouche résistance.

Après plusieurs jours de combats sporadiques, les affrontements ont gagné en intensité mardi quand les forces loyalistes ont lancé l'assaut sur l'aéroport.

Il s'agit des combats les plus violents depuis le début de l'offensive, assure Ahmed.

- "Très tendue" -

Hodeida, située sur la mer Rouge, est la principale porte d'entrée pour les importations et l'aide humanitaire destinée à une population éprouvée par plus de trois années de guerre.

Des Yéménites ayant fui la ville de Hodeida, dans l'ouest du Yémen, construisent un abri dans un camp de déplacés dans la province de Hajjah, dans le nord du pays, le 19 juin 2018
Des Yéménites ayant fui la ville de Hodeida, dans l'ouest du Yémen, construisent un abri dans un camp de déplacés dans la province de Hajjah, dans le nord du pays, le 19 juin 2018 ( ESSA AHMED / AFP )

Alors que la ville compte quelque 600.000 habitants, l'offensive des forces progouvernementales fait craindre une interruption de la livraison des aides, alors que l'ONU estime déjà que le pays connaît "la pire crise humanitaire du monde".

Comme Ahmed, d'autres habitants de Hodeida avaient l'espoir qu'un règlement politique serait trouvé in extremis à l'occasion de la visite ce week-end de l'émissaire des Nations unies, Martin Griffiths, dans la capitale Sanaa, également tenue par la rébellion.

Mais le responsable onusien est reparti mardi, sans faire de déclarations, se heurtant visiblement à l'intransigeance des belligérants.

Le Premier ministre de l'administration rebelle, Abdel Aziz ben Habtour, avait insisté dimanche devant M. Griffiths sur le fait qu'il n'était pas question d'accepter une trêve dans les conditions actuelles.

Les Emirats, autre membre important de la coalition, ont exigé lundi de leur côté un retrait "sans condition" des insurgés de Hodeida pour mettre un terme à l'offensive contre la ville.

Signe que les combats sont attendus très prochainement dans la ville, les rebelles ont commencé lundi à couper les principaux axes de la ville avec des monticules de sables, a indiqué à l'AFP un habitant ayant requis l'anonymat

La circulation était paralysée mardi, selon lui.

"La situation est très tendue", a renchéri un autre habitant. Les rebelles "interdisent à quiconque de prendre des photos avec un téléphone portable dans la rue".

La perspective de combats à Hodeida fait craindre un nouveau déplacement de population.

Environ 32.000 personnes ont quitté leur foyer dans toute la province depuis le 1er juin, dont environ 3.000 dans la ville même d'Hodeida, selon l'ONU.

Le flux de déplacés fuyant à bord de voitures et de bus est continu, raconte Mohamed, un habitant du centre de Hodeida.

"Ce sont les pires jours depuis le début de la guerre", confie Abir Mohamed. "Les avions volent jour et nuit au dessus de nos têtes".

"Pour l'instant, la ville est assez sûre mais nous ne savons pas combien de temps cela va durer", s'inquiète cette habitante.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/07/2018

Le premier domaine d'application de ce partenariat concernera le raffinage...

Publié le 17/07/2018

Le Groupe anticipe une légère dégradation de son chiffre d'affaires sur l'exercice 2018-2019...

Publié le 17/07/2018

Le plan national égyptien vise à développer plus de 13 GW de capacité renouvelable...

Publié le 17/07/2018

Les OCA ne portent pas de bons de souscription d'actions (BSA), et portent sur 8 ME maximum de nominal...

Publié le 17/07/2018

Les ampoules seront commercialisées sous la marque AwoX avec le co-branding Deutsche Telekom Magenta SmartHome...