En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 875.93 PTS
+1.70 %
4 872.00
+1.68 %
SBF 120 PTS
3 888.85
+1.75 %
DAX PTS
11 205.54
+2.63 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.98 %
1.136
+0.00 %

Au Yémen, des habitants inquiets face à la fragilité du processus de paix

| AFP | 559 | Aucun vote sur cette news
Des Yéménites achètent des fruits dans un marché à Hodeida, ville portuaire au bord de la mer Rouge, le 14 décembre 2018
Des Yéménites achètent des fruits dans un marché à Hodeida, ville portuaire au bord de la mer Rouge, le 14 décembre 2018 ( ABDO HYDER / AFP )

Quasi inespéré, l'accord inter-yéménite conclu en Suède offre une lumière d'espoir pour une population exsangue. Mais, après des années de guerre, nombre d'habitants n'osent entrevoir le bout du tunnel, face à la fragilité du processus et à la méfiance persistante entre belligérants.

Au lendemain même du cessez-le-feu conclu jeudi entre les rebelles Houthis et les forces loyales au président Abd Rabbo Mansour Hadi, Hodeida, port stratégique aux mains des rebelles et principal front du conflit, de combats sporadiques ont été signalés en soirée dans les quartiers est et sud de la ville.

Et de nouveau samedi soir, un habitant joint au téléphone par l'AFP a fait état d'échanges de tirs dans l'est de cette ville par laquelle transite l'essentiel des importations du pays.

"J'étais tellement heureuse qu'ils aient réussi à trouver une solution pour Hodeida, mais notre joie a été de courte durée", commente Nouha Ahmed, 28 ans, une résidente de Hodeida.

Omar Hassan, 40 ans, souligne que les habitants attendaient "désespérément le retour au calme et à la sécurité". "A présent, nous avons peur que les affrontements reprennent et se poursuivent", dit-il.

Aux termes de l'accord conclu en Suède, un cessez-le-feu "immédiat" devait entrer en vigueur à Hodeida. Le retrait des combattants devrait lui intervenir dans les "prochains jours".

Un échange de prisonniers impliquant quelque 15.000 combattants est également prévu ainsi que des accords pour faciliter l'acheminement de l'aide humanitaire à Taëz, ville du sud-ouest aux mains des loyalistes mais assiégée par les rebelles.

Les pourparlers interyéménites doivent reprendre fin janvier pour tenter de définir un cadre de négociation en vue d'un règlement global.

Pour les dirigeants rebelles, les consultations en Suède ont été une "réussite" et leurs résultats illustrent le "souci" de la direction politique des Houthis "d'alléger les souffrances du peuple yéménite".

"Un ennemi perfide"

L'accord est sans doute le plus important depuis le début de la guerre, en 2014-15, mais son application risque de se heurter à plusieurs difficultés et nécessitera de fortes pressions internationales, estiment des experts.

Les propos de Mohammed Abdo, un soldat rebelle patrouillant dans les rues de Hodeida, expriment le niveau de défiance entre les parties.

"Nous ne nous attendons pas à ce que l'ennemi respecte l'accord car l'ennemi est perfide et non pacifique", dit-il.

Entouré d'autres combattants, il affirme que "la paix s'obtient par les armes".

Des pêcheurs vendent leur poisson dans un marché de la ville portuaire de Hodeida, aux mains des rebelles Houthis, dans l'ouest du Yémen, le 14 décembre 2018
Des pêcheurs vendent leur poisson dans un marché de la ville portuaire de Hodeida, aux mains des rebelles Houthis, dans l'ouest du Yémen, le 14 décembre 2018 ( ABDO HYDER / AFP )

Dans le centre-ville et dans le nord de Hodeida, les gens vaquent samedi matin à leurs occupations quotidiennes et font les magasins, mais restent eux aussi prudents.

"Les trêves sont toujours rompues et l'accord actuel peut s'effondrer à tout moment", confie un habitant sous le couvert de l'anonymat.

Depuis juin, Hodeida est sous le feu d'une offensive de la coalition menée par l'Arabie saoudite, qui intervient depuis 2015 en soutien aux forces gouvernementales.

"Les pourparlers en Suède étaient un pas positif pour les difficultés humanitaires du Yémen et de Hodeida en particulier", estime Marwan Halissi, propriétaire d'un magasin.

Il dit espérer "que l'ONU joue un rôle plus important et fasse pression sur les pays de la coalition" pour une solution sur le long terme.

"Prêts à toutes les options"

Dans d'autres villes de ce pays, le plus pauvre de la péninsule arabique, l'inquiétude est la même.

Dans la capitale Sanaa, aux mains des rebelles depuis 2014, l'impression est ainsi mitigé.

Vendredi, jour de prière, les imams ont appelé les citoyens à rejoindre les rangs des combattants Houthis, ont rapporté des médias pro-rebelles.

"Nous sommes prêts à toutes les options et à répliquer à toute violation (de la trêve) par l'ennemi", a également indiqué le commandement militaire des Houthis dans un communiqué.

Sur un marché de Sanaa, Ismaïl al-Ghobeiri veut, lui, être positif: "Nous espérons que toutes les parties respectent l'accord, et si cela se fait, le prochain round de négociations aura une chance de réussir".

Dans le sud du pays, à Aden, aux mains des loyalistes, les habitants ont accueilli l'accord avec joie, tout en priant pour qu'il tienne.

"Nous espérons que les belligérants penseront aux gens qui sont au bord du désespoir", affirme Hassan ben Attaf.

"Nous prions pour que tous se calment --les politiques, les chefs militaires et les forces de la coalition-- afin que le cessez-le-feu tienne", ajoute-t-il.

Depuis 2014, la guerre au Yémen a fait au moins 10.000 morts et menace jusqu'à des millions de personnes de famine, dans ce pays où sévit "la pire crise humanitaire du monde" selon l'ONU.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

SOITECLe groupe dévoilera son chiffre d'affaires au troisième trimestre.source : AOF

Publié le 18/01/2019

A la suite du communiqué du 7 décembre 2018, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Éric Saiz, Dominique Roche, HIFIC ainsi que Financière Arbevel ont annoncé…

Publié le 18/01/2019

En 2018, Biosynex a réalisé un chiffre d'affaires de 31,2 millions d'euros, en hausse de 2,3%. La tendance est similaire à celle constatée au premier semestre avec notamment une forte dynamique de…

Publié le 18/01/2019

Iliad annonce la mise en oeuvre d'un partenariat stratégique avec la société Jaguar Network, fournisseur de service à destination des entreprises et des marchés publics, à travers une prise de…

Publié le 18/01/2019

                                Paris, le 18 janvier 2019    Alliance stratégique entre Iliad et Jaguar Network       Le Groupe Iliad annonce la mise en…