En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 806.20 PTS
+1.35 %
4 819.5
+1.80 %
SBF 120 PTS
3 820.27
+1.34 %
DAX PTS
10 780.51
+1.49 %
Dowjones PTS
24 517.95
+0.39 %
6 739.58
+0.85 %
1.132
-0.26 %

Au Venezuela, Nicolas Maduro sans opposition à la présidentielle

| AFP | 327 | Aucun vote sur cette news
Angel Oropeza, le coordinateur du principal parti de l'opposition vénézuélienne, la MUD, lors d'une conférence de presse, le 21 février 2018 à Caracas
Angel Oropeza, le coordinateur du principal parti de l'opposition vénézuélienne, la MUD, lors d'une conférence de presse, le 21 février 2018 à Caracas ( FEDERICO PARRA / AFP )

L'opposition vénézuélienne a exclu de participer au scrutin présidentiel du 22 avril en dénonçant un "simulacre d'élection", laissant la voie libre à une réélection du chef de l'Etat socialiste Nicolas Maduro, à la tête d'un pays au bord de l'implosion.

"Ne comptez pas sur l'Unité démocratique ni sur le peuple pour valider ce qui, jusqu'à présent, n'est qu'un simulacre frauduleux et illégitime d'élection présidentielle", a annoncé dans un communiqué la MUD, la principale coalition opposition.

Le scrutin du 22 avril "n'est qu'un show du gouvernement pour simuler une légitimité dont il ne dispose pas, tandis que les Vénézuéliens souffrent et agonisent", a ajouté Angel Oropeza, le coordinateur de la MUD au cours d'une conférence de presse.

Parmi les principales exigences des adversaires du gouvernement figurent la présence d'observateurs internationaux "indépendants", la tenue du scrutin au "deuxième semestre 2018", la désignation d'un Conseil national électoral "équilibré ", le vote des Vénézuéliens de l'extérieur et un égal accès aux médias, selon le texte.

La MUD laisse la porte ouverte à une participation si ces conditions venaient à être acceptées par le camp présidentiel.

Nicolas Maduro, le 20 février 2018 à Caracas
Nicolas Maduro, le 20 février 2018 à Caracas ( FEDERICO PARRA / AFP )

Nicolas Maduro, élu en 2013, fait face à un taux d'impopularité de 75%, en raison notamment de l'effondrement économique du Venezuela, un pays pétrolier frappé par de graves pénuries de médicaments et d'aliments.

Mais en avançant la date de l'élection présidentielle, qui s'était tenue jusqu'ici en fin d'année, le chef de l'Etat a réussi à déstabiliser l'opposition, déjà affaiblie et divisée. Désormais sans adversaire de poids, il semble assuré de décrocher un second mandat, jusqu'en 2025, selon les analystes.

Sous son air bonhomme et son imposante moustache brune, cet ancien chauffeur d'autobus de 55 ans, moqué et critiqué à ses débuts, tient fermement depuis 2013 les rênes de ce qui fut un riche pays pétrolier.

- 'Coup de grâce' -

Javier Bertucci, le 21 février 2018 à Caracas
Javier Bertucci, le 21 février 2018 à Caracas ( FEDERICO PARRA / AFP )

L'héritier politique du défunt Hugo Chavez a réaffirmé mercredi qu'il cherchera la réélection avec ou sans opposition. Pour l'heure, il n'a face à lui que deux "petits" candidats déclarés: le pasteur évangélique Javier Bertucci et l'opposant Claudio Fermin, qui ne fait pas partie de la MUD.

"Maduro se trouve sans doute au moment où il est le plus faible, mais il puise sa force dans l'affaiblissement, les erreurs et le manque de cohésion et de cohérence de l’opposition. C'est ce qui lui donne de l'oxygène", déclare à l'AFP Félix Seijas, directeur de l'institut de sondage Delphos.

La décision de la coalition d'opposition de boycotter l'élection présidentielle intervient après deux semaines de débats et de consultations entre la vingtaine de partis qui la composent.

Une partie de la communauté internationale, notamment l'Union européenne et la Colombie, a prévenu qu'elle ne reconnaîtrait pas les résultats de cette élection, que Washington juge "ni libre, ni juste".

Mais l'unité qui avait fait la force de la MUD aux législatives de fin 2015, lui permettant de remporter une victoire historique qui avait mis fin à une hégémonie chaviste de près de vingt ans, n'est plus.

Certaines figures de l'opposition, comme l'ex-président du Parlement Henry Ramos Allup, ne cachent pas leurs ambitions présidentielles, tandis qu'un dissident du chavisme, Henri Falcon, semble décidé à participer au scrutin. Aucun des deux n'était présent mercredi à la conférence de presse.

"Si la MUD n'a pas de plan, si dans les deux prochains mois elle échoue à mobiliser la société civile, je pense qu'elle va disparaître", tranche M. Seijas.

Ls grandes dates de Nicolas Maduro
Ls grandes dates de Nicolas Maduro ( Gillian HANDYSIDE / AFP )

Le camp présidentiel pourrait porter le "coup de grâce" à l'opposition, selon l'expression de Félix Seijas. Le chef de l'Etat a en effet appelé mercredi à avancer les législatives de 2020 au 22 avril prochain, alors que le Parlement est le seul organe de pouvoir contrôlé par l'opposition dans ce pays en crise.

Ce nouveau bouleversement du calendrier électoral devrait être proposé prochainement à l'Assemblée constituante, institution dotée de pouvoirs élargis et uniquement composée de fidèles du président.

Depuis l'arrivée de l'opposition aux manettes de l'Assemblée nationale, en janvier 2016, les chocs avec les autres pouvoirs - de l'exécutif au judiciaire en passant par l'autorité électorale - ce sont multipliés, accentuant la crise politico-économique dans ce pays au bord du gouffre. Une vague de manifestations quasi-quotidiennes entre avril et juillet s'est soldée par plus de 125 morts.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2018

Conformément à la réglementation applicable, DERICHEBOURG déclare avoir effectué les opérations d'achat d'actions suivantes dans les conditions de l'article 5 §2 du…

Publié le 11/12/2018

DÉCLARATION DE TRANSACTIONS SUR ACTIONS PROPRES RÉALISÉES LES 4 ET 5 DECEMBRE 2018   Présentation agrégée par jour et par marché   Nom…

Publié le 11/12/2018

Cette technologie de localisation terrestre, à faible consommation d'énergie, peut être facilement utilisée pour des équipements déjà connectés...

Publié le 11/12/2018

    Communiqué de presse Villepinte, le 11 décembre2018       DECLARATION RELATIVE AU NOMBRE DE DROITS DE VOTE ET D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL DE LA…

Publié le 11/12/2018

Les ambitions du plan de transformation et de croissance durable du Groupe Bel, engagé depuis 2015, et visant à soutenir la croissance de ses marques à l'international et son développement sur le…