En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 919.02 PTS
+0.59 %
5 934.5
+0.86 %
SBF 120 PTS
4 655.99
+0.57 %
DAX PTS
13 282.72
+0.46 %
Dow Jones PTS
28 135.38
+0.01 %
8 487.71
+0.25 %
1.113
+0.09 %

Au Turkmenistan, un chien élevé au rang de symbole national

| AFP | 1655 | 4 par 2 internautes
(Photo archives) Dans cette photo du 1 octobre 2017, le président du Turkmenistan Gourbangouly Berdymoukhamedov offre un chiot de berger alabaï à son homologue russe lors d'une rencontre à Sochi.
Au Turkménistan, Etat reclus et autoritaire, un animal autre que le cheval a gagné les faveurs du président, qui a placé le chien de berger alabaï au coeur de l'identité nationale de l'ex-république soviétique d'Asie centrale.
(Photo archives) Dans cette photo du 1 octobre 2017, le président du Turkmenistan Gourbangouly Berdymoukhamedov offre un chiot de berger alabaï à son homologue russe lors d'une rencontre à Sochi. Au Turkménistan, Etat reclus et autoritaire, un animal autre que le cheval a gagné les faveurs du président, qui a placé le chien de berger alabaï au coeur de l'identité nationale de l'ex-république soviétique d'Asie centrale. ( MAXIM SHEMETOV / POOL/AFP/Archives )

Au Turkménistan, Etat reclus et autoritaire, un animal autre que le cheval a gagné les faveurs du président, qui a placé le chien de berger alabaï au coeur de l'identité nationale de l'ex-république soviétique d'Asie centrale.

Depuis au moins 4.000 ans, proclame le chef de l'Etat Gourbangouly Berdymoukhamedov, cette race de chien au poitrail bombé et à la gueule puissante est le compagnon des nomades et de leurs troupeaux arpentant les terres désertiques de ce qu'est aujourd'hui le Turkménistan.

Les premiers turkmènes "voyaient dans le cheval leur rêve, et dans l'alabaï leur bonheur", a même écrit dans un récit publié cette année le tout puissant dirigeant, qui est lui-même au centre d'un important culte de la personnalité.

En septembre, ce dernier a aussi présenté aux membres de son cabinet un poème sur le chien, "symbole de réussite et de victoire", qui a depuis été converti en chanson.

Il a peu après dévoilé les plans d'une statue du chien, qui pourrait mesurer jusqu'à 15 mètres et sera bientôt érigée dans la capitale Achkhabad, un honneur qui n'était auparavant accordé qu'au cheval Akhal-Teke, animal national par excellence célébré par le président turkmène dans plusieurs ouvrages.

Si ailleurs, l'alabaï est considéré comme une sous-branche du Berger d'Asie centrale, au Turkménistan il est une race éminente, un patrimoine national.

Consolider l'identité

Pour les observateurs avisés de ce pays isolé au régime autoritaire, les fréquentes apparitions de M. Berdymukhamedov avec un alabaï sont plus qu'une simple bizarrerie locale.

L'animal fait partie des efforts pour démontrer l'existence séculaire d'une nation turkmène, alors que l'Asie centrale a plutôt été des siècles durant une zone sans réelles frontières où circulaient des tribus nomades.

Celles-ci ont été pour l'essentiel sédentarisées par l'URSS, qui a tracé les frontières des Etats de la région, à l'instar de celles du Turkménistan.

Comme le cheval Akhal-Teke, race nationale célébrée pour sa grâce et sa beauté, l'alabaï "aide l'État à consolider l'idée que le territoire du Turkménistan est fermement turkmène", explique Victoria Clement, historienne et auteure du livre "Apprendre à devenir turkmène".

Choyé par les autorités, et dans la logique d'un pays vivant en quasi-autarcie depuis des décennies, l'alabaï est interdit d'exportation. La tentative d'un ambassadeur kazakh, en 2005, avait provoqué un scandale diplomatique.

Un garçon caresse un chiot de berger alabaï le 7 novembre 2019 à Achkhabad. Au Turkménistan, Etat reclus et autoritaire, un animal autre que le cheval a gagné les faveurs du président, qui a placé le chien de berger alabaï au coeur de l'identité nationale de l'ex-république soviétique d'Asie centrale.
Un garçon caresse un chiot de berger alabaï le 7 novembre 2019 à Achkhabad. Au Turkménistan, Etat reclus et autoritaire, un animal autre que le cheval a gagné les faveurs du président, qui a placé le chien de berger alabaï au coeur de l'identité nationale de l'ex-république soviétique d'Asie centrale. ( Igor SASIN / AFP )

Quelques rares dignitaires étrangers ont reçu un de ces chiens en cadeau. Vladimir Poutine semblait sous le charme quand Gourbangouly Berdymoukhamedov lui en a offert un pour ses 65 ans en 2017.

Autre moment de gloire, l'alabaï a été choisi comme mascotte des Jeux asiatiques d'arts martiaux en 2017, un des rares évènements internationaux que le Turkménistan a organisés.

Au-delà de la propagande, ce chien a une réelle place dans le coeur des Turkmènes, en particulier dans le monde rural.

"Je ne mangerai pas"

Achir-aga Ichanov, 73 ans, se souvient ainsi d'une nuit de son enfance, en campement avec son grand-père berger. Encerclés par une meute de loups hurlants, ils furent le témoin des qualités combatives de l'alabaï.

"Mon grand-père et moi avons sauté hors de la yourte et avons vu un loup saisir un mouton," se souvient Ichanov, qui réside aujourd'hui à Achkhabad. Son alabaï, se souvient-il, s'est alors jeté au cou de la bête sauvage, faisant battre en retraite le reste de la meute.

"J'ai été bouleversé par le courage de notre chien", poursuit-il, la voix encore marquée par l'émotion.

Au Turkménistan, Etat reclus et autoritaire, un animal autre que le cheval a gagné les faveurs du président, qui a placé le chien de berger alabaï au coeur de l'identité nationale de l'ex-république soviétique d'Asie centrale.
Au Turkménistan, Etat reclus et autoritaire, un animal autre que le cheval a gagné les faveurs du président, qui a placé le chien de berger alabaï au coeur de l'identité nationale de l'ex-république soviétique d'Asie centrale. ( Igor SASIN / AFP )

Certains alabaï sont aussi entraînés pour participer à des combats canins, un divertissement populaire dans le pays. Mais contrairement aux chiens errants, les représentants de la race nationale ne sont pas contraints de combattre jusqu'à souffrir de blessures graves, ni abattus.

Les combats sont arrêtés "quand l'un des chiens montre qu'il a peur", explique Dovlet Kourikov, qui fut pendant plus d'une décennie à la tête de la principale association d'alabaï du pays.

Montrant un chien de 100 kg appelé "Gaplan", ou "Tigre", vainqueur du championnat de Turkménistan en 2018, l'expert explique : "Si mon enfant est malade, je demande à ma femme d'appeler un médecin. Si mon chien est malade, je vais m'asseoir avec lui jour et nuit et je ne mangerai pas jusqu'à ce qu'il commence à manger".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2019

Deux des principaux actionnaires de PSA Groupe, la famille Peugeot et la banque publique BPI, auraient demandé des assurances sur la gouvernance du nouvel ensemble en cas de départ de Carlos…

Publié le 13/12/2019

Deux des principaux actionnaires de PSA Groupe, la famille Peugeot et la banque publique BPI, auraient demandé des assurances sur la gouvernance du nouvel ensemble en cas de départ de Carlos…

Publié le 13/12/2019

Au cours du 1er semestre de l'exercice 2019/2020, les discussions engagées avec les créanciers du Groupe afin de restructurer les dettes se sont poursuivies, avec différentes avancées positives...

Publié le 13/12/2019

L'action Digigram est sur un dernier cours de 0,61 euro...

Publié le 13/12/2019

Depuis le début de l'année, le trafic de Paris Aéroport est en progression de +2,8% avec un total de 99,9 millions de passagers...