En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 451.59 PTS
-
5 457.0
-
SBF 120 PTS
4 365.94
-
DAX PTS
12 326.48
-
Dowjones PTS
26 656.98
+0.95 %
7 569.03
+1.05 %
1.178
+0.05 %

Au procès Méric, le skinhead et "l'injustice"

| AFP | 239 | Aucun vote sur cette news
Samuel Dufour (C), un des trois skinheads impliqués dans la mort de Clément Méric, arrive au tribunal, le 4 septembre 2018 à Paris
Samuel Dufour (C), un des trois skinheads impliqués dans la mort de Clément Méric, arrive au tribunal, le 4 septembre 2018 à Paris ( Thomas SAMSON / AFP )

L'ex-skinhead Samuel Dufour, jugé à Paris pour des coups mortels contre Clément Méric, a fait part mercredi de son sentiment d'injustice après un an de détention provisoire et alors qu'il affirme n'avoir "jamais frappé" le militant antifasciste.

Colère rentrée et posture défensive, le jeune homme de 25 ans assume son "nationalisme" - "C'est pour ça que j'ai une croix celtique" -, la fréquentation du bar de Serge Ayoub, l'ex-chef des skinheads parisiens d'extrême droite, le port d'un couteau - "en cas d'agression" - ou l'achat d'un poing américain - "plus pour se défendre".

Mais il ne comprend pas ce qu'il fait là. Accusé avec Esteban Morillo de coups mortels avec arme et en réunion, il encourt jusqu'à 20 ans de réclusion criminelle.

Interpellé le lendemain de la mort de Clément Méric, 18 ans, tombé sur le pavé parisien lors d'une rixe entre "skins" et "antifas" le 5 juin 2013, Morillo avait reconnu deux coups portés au jeune homme. Dufour, lui, s'était "rendu à la police" pour donner sa version des faits. Et avait été incarcéré pour sa participation aux violences.

"La détention, j'ai vécu ça comme une injustice. Moi j'ai jamais frappé Méric", a-t-il déclaré.

En prison, "ça ne se passe pas bien": ostracisé par les autres détenus, il est exclu de la salle de sports. "Les autres ne voulaient pas de moi. Ils l'ont dit au surveillant. Ca a finit en bagarre. J'ai passé 10 mois à l'isolement".

Sans jamais entrer dans les détails, il assume, plus que les autres, son appartenance à la mouvance d'extrême droite. "Dans la famille, on est patriote", a-t-il dit. Ce que vient confirmer son père à l'audience: "J'ai élevé mes enfants à droite", "le plus droit possible".

Ses blagues sur "les nègres" ou "les PD" lui ont parfois valu des ennuis dans son travail d'apprenti boulanger. Un humour que "vous ne pouvez pas comprendre" a-t-il dit à la présidente.

Désormais boulanger à Rouen, il invoque une "ambiance particulière" propre à ce métier: "C'est spécial la boulangerie. Avec mon collègue, on aime bien se pincer les tétons".

S'il ne voit plus les copains du Local, le bar de Serge Ayoub, c'est qu'il vit désormais en Normandie, et qu'il "a interdiction de les voir". Mais a-t-il pris du recul depuis cette époque? "J'ai vécu ça comme une injustice. J'étais surtout en colère", a-t-il éludé.

Depuis, il a refait sa vie, mais n'a pas assez d'argent pour faire enlever ses tatouages, "comme a fait Morillo".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/09/2018

Le résultat opérationnel du premier semestre 2018 de Soft Computing s'élève à 1...

Publié le 20/09/2018

Comme publié précédemment, Mauna Kea a enregistré une baisse de son chiffre d'affaires de 18% à 2,707 ME, principalement imputable au T1, mais avec...

Publié le 20/09/2018

Kerlink, spécialiste et leader mondial des réseaux et solutions dédiés à l'Internet des Objets (IoT), annonce aujourd'hui que la société a été choisie...

Publié le 20/09/2018

Au 1er semestre 2018, Alpha MOS a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 1,6 ME en baisse de (0,5) ME par rapport à la même période de l'année...

Publié le 20/09/2018

Balyo annonce le recrutement d'un Directeur Industriel et le déploiement d'un plan de recrutement ambitieux pour accompagner sa croissance...