En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 029.95 PTS
-0.07 %
5 031.00
-0.05 %
SBF 120 PTS
4 019.37
-0.06 %
DAX PTS
11 371.22
+0.15 %
Dowjones PTS
25 289.27
+0.83 %
6 890.45
+0.00 %
1.133
+0.01 %

Au procès de Jawad Bendaoud, les avocats demandent la relaxe

| AFP | 416 | Aucun vote sur cette news
Un croquis d'audience représentant Jawad Bendaoud, au palais de  Justice de Paris, le 24 janvier 2018
Un croquis d'audience représentant Jawad Bendaoud, au palais de Justice de Paris, le 24 janvier 2018 ( Benoit PEYRUCQ / AFP/Archives )

Jawad Bendaoud peut-il être innocenté par le tribunal? Le prévenu "parie à 80%" qu'il sera condamné, mais ses avocats ont demandé mercredi sa relaxe, affirmant que leur client ignorait qu'il logeait des jihadistes du 13-Novembre.

"Peut-être que j'irai en enfer, mais pas pour avoir hébergé ces terroristes-là, parce que je ne savais pas que c'étaient des terroristes", a déclaré Jawad Bendaoud pour son ultime déclaration dans ce procès, le premier en lien avec les attentats du 13 novembre 2015 qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis. Le jugement sera rendu le 14 février.

"Je parie à 80% que je vais être condamné. Il y a l'opinion publique, les familles des victimes", a-t-il dit à la présidente Isabelle Prévost-Desprez. Mais ses avocats ont demandé la relaxe, attaquant point par point les arguments de leurs très nombreux confrères de la partie civile.

Jawad Bendaoud a été "la risée de tout un peuple. Moi-même, j'ai ri", a commencé à plaider Xavier Nogueras. "Il nous a permis de rire à un moment où nous pleurions (...). Il a été malgré lui une sorte de catharsis".

Immeuble à Saint-Denis, en proche banlieue parisienne, où l'organisateur présumé des attaques du 13 novembre à Paris, Abdelhamid Abaaoud, a été tué lors d'une opération policière le 18 novembre 2015
Immeuble à Saint-Denis, en proche banlieue parisienne, où l'organisateur présumé des attaques du 13 novembre à Paris, Abdelhamid Abaaoud, a été tué lors d'une opération policière le 18 novembre 2015 ( ERIC FEFERBERG / AFP )

Jawad Bendaoud a été interpellé le 18 novembre 2015, après l'assaut des policiers du Raid contre son squat où il logeait deux jihadistes du 13-Novembre en fuite, dont le cerveau présumé des attaques, Abdelhamid Abaaoud. Son interview, maladroite, devant les caméras de BFMTV juste avant son interpellation avait déclenché rires et parodies.

"La conviction qu'il était innocent, je l'ai eue parce que je l'ai rencontré", a confié son avocat. Jawad Bendaoud est jugé depuis le 24 janvier pour "recel de malfaiteurs terroristes". Le parquet a requis 4 ans de prison contre lui.

"Non, il n'a pas retardé l'arrestation" des jihadistes, a plaidé Me Nogueras. Le buisson où Abdelhamid Abaaoud et son complice s'étaient cachés avant de se rendre dans la planque de Jawad Bendaoud le 17 novembre était déjà surveillé par des policiers. "Les policiers ont fait un choix de précaution, (...) celui d'intervenir plus tard".

Et pour Marie-Pompéi Cullin, son autre avocate, M. Bendaoud n'a pas pu faire le lien avec Abdelhamid Abaaoud. "Personne ne pouvait envisager le 17 novembre qu'Abdelhamid Abaaoud était en France", a plaidé l'avocate. Nous étions "tous persuadés" qu'il se trouvait en Syrie.

- "Jawad tragedy club" -

Jawad Bendaoud ignorait aussi que les deux hommes qu'il logeait étaient en fuite, selon son avocate. Elle a mis en avant "l'indifférence" du logeur pour les deux hommes et Hasna Aït Boulahcen, qui les a amenés chez lui. Ils se perdent dans l'immeuble, mais cela ne l'émeut pas vraiment. "Il s'en fout complètement d'eux", a répété l'avocate.

Avec les écoutes téléphoniques, "on a la démonstration qu'il ne savait pas" qu'il hébergeait des terroristes, ajoute Me Nogueras. "Et puis il va se présenter devant les caméras et ça c'est magnifique. Si vous étiez mêlé à tout ça, est-ce que vous iriez demander aux journalistes des photos des terroristes?", interroge-t-il.

Le
Le "logeur" de jihadistes du 13 novembre, Jawad Bendaoud le 18 novembre 2015 à Saint-Denis, dans une capture vidéo de BFMTV ( - / BFMTV/AFP/Archives )

"Jusqu'à aujourd'hui je ne comprends pas ce qui m'est arrivé", a confié M. Bendaoud. "Je vais écrire un bouquin en sortant" de prison, a-t-il dit, tant il ne supporte plus de répondre aux mêmes questions: "+Comment, pourquoi, et ton pote, et la fille? T'es con ou quoi?+ Je vais devenir fou". "C'est pas le Jawad comedy club, mais plutôt le Jawad tragedy club".

Son voisin dans le box, Mohamed Soumah, également jugé pour "recel de malfaiteurs terroristes" a redit qu'il était "désolé" pour les victimes. "Même si je n'étais au courant de rien, c'est de ma faute tout ce bordel: c'est moi qui ai présenté Hasna (Aït Boulahcen) à Jawad".

Le troisième prévenu, Youssef Aït Boulahcen, jugé pour "non-dénonciation de crime", comparait libre mais risque gros: le parquet a requis cinq ans de prison avec mandat de dépôt contre lui. "Oui, Abdelhamid Abaaoud est mon cousin germain. Et je suis le frère d'Hasna Aït Boulahcen. Mais ce n'est pas de ma faute", a-t-il dit.

"Je ne suis pas lié à Daesh, cette idéologie de destruction", a tenté de convaincre le prévenu.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/11/2018

Le CAC40 avait repris de la hauteur ce matin avant de reperdre tous ses gains...

Publié le 16/11/2018

D'un point de vue graphique, le titre vient de s'extirper par le haut d'une figure de consolidation après son ouverture en trou de cotation haussier du 16 novembre. Du côté des indicateurs…

Publié le 16/11/2018

Spineway prend 2,7% à 0,265 euro dans un volume représentant 2,6% du capital, après la nomination du CEO de sa filiale US, qui fait suite à...

Publié le 16/11/2018

Le concert monte à plus de 90% du capital

Publié le 16/11/2018

Adthink lance Hello, une plateforme self-service de monétisation programmatique pour les éditeurs...