5 386.81 PTS
-
5 371.00
-0.24 %
SBF 120 PTS
4 296.55
-
DAX PTS
13 003.14
+0.09 %
Dowjones PTS
23 273.96
-0.23 %
6 067.83
-0.67 %
Nikkei PTS
21 671.77
-0.11 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Au Pérou, une vallée remplace la drogue par du cacao et du café

| AFP | 132 | 3 par 1 internautes
Tomas Bardales et sa fille, indigènes Ashaninka de la communauté Quempiri, récoltent des fèves de cacao, dans une plantation près du village de Quempiri, dans la vallée des fleuves Apurimac, Ene et Mantaro (Vraem, centre) au Pérou, le 30 juin 2017
Tomas Bardales et sa fille, indigènes Ashaninka de la communauté Quempiri, récoltent des fèves de cacao, dans une plantation près du village de Quempiri, dans la vallée des fleuves Apurimac, Ene et Mantaro (Vraem, centre) au Pérou, le 30 juin 2017 ( CRIS BOURONCLE / AFP )

Pendant des décennies, cette vallée du Pérou n'a connu que la culture de la feuille de coca, ingrédient de base de la cocaïne, et la violence de la guérilla du Sentier lumineux. Désormais, elle mise sur le cacao et le café pour tourner la page.

Les autorités le reconnaissent: dans cette vallée des fleuves Apurimac, Ene et Mantaro (Vraem, centre), une région montagneuse et boisée, presque toute la production de feuilles de coca - traditionnellement mastiquées et infusées dans les Andes pour lutter notamment contre la fatigue - est destinée au narcotrafic.

Pour revenir dans la légalité, les agriculteurs ont décidé de miser sur d'autres cultures.

"Nous cherchons à promouvoir la route du cacao indigène biologique", explique ainsi Ivan Cisneros, maire de la petite ville de Rio Tambo, à laquelle on n'arrive qu'après avoir navigué cinq heures en barque sur le fleuve Ene.

Tomas Bardales, indigène Ashaninka de la communauté Quempiri et producteur de cacao biologique, dans sa plantation près du village de Quempiri, dans la vallée des fleuves Apurimac, Ene et Mantaro (Vraem, centre) au Pérou, le 30 juin 2017
Tomas Bardales, indigène Ashaninka de la communauté Quempiri et producteur de cacao biologique, dans sa plantation près du village de Quempiri, dans la vallée des fleuves Apurimac, Ene et Mantaro (Vraem, centre) au Pérou, le 30 juin 2017 ( CRIS BOURONCLE / AFP )

Il raconte que ce cacao part ensuite en Angleterre, via une coopérative formée par des indiens Ashaninkas d'Amazonie, et à des prix avantageux, 9,5 soles (3 dollars) par kilo, le double du tarif habituel.

La production "va aussi aux Pays-Bas, en Suisse, pour une clientèle très exigeante sur la qualité", selon M. Cisneros.

A l'inverse, le prix de la feuille de coca produite dans le Vraem a chuté à mesure que s'intensifiait la lutte contre le narcotrafic. De 50 dollars l'arrobe (11,5 kilos) en 2015, il est tombé à 25 dollars en 2016, soit 2,1 dollars le kilo.

En tournant le dos à cette culture, les agriculteurs font aussi un choix plus sûr.

"La feuille de coca a provoqué de nombreux problèmes, nous avons même été menacés", raconte Tomas Bardales, indigène Ashaninka de la communauté Quempiri. "Donc, pour éviter les problèmes, il est préférable de planter du cacao".

A Rio Tambo, Javier Sedano a lui opté pour le café biologique, qu'il exporte aux Etats-Unis, en Allemagne et en Chine. "Nous voulons vivre une vie tranquille, nous ne voulons pas avoir de problèmes avec l'Etat, et nous voulons cultiver un produit autorisé, un produit légal, et que ce ne soit pas la feuille de coca".

- Narcotrafic et guérilla -

Le choix de ces deux alternatives n'est pas anodin: si le Pérou est le deuxième producteur mondial de feuilles de coca, après la Colombie, il est aussi l'un des principaux exportateurs de café et de cacao.

"La feuille de coca, ce n'est pas une activité légale, c'est le marché noir. Le narcotrafic a financé le terrorisme. Nous avons choisi de l'éradiquer", explique l'agriculteur Manuel Aguilar, 50 ans, président de la Coopérative agro-écologique de la Valle du fleuve Ene.

Esteban Gabriel, producteur de cacao biologique, dans sa plantation près de Los Angeles de Primavera (Spring Angels), au Pérou, le 30 juin 2017
Esteban Gabriel, producteur de cacao biologique, dans sa plantation près de Los Angeles de Primavera (Spring Angels), au Pérou, le 30 juin 2017 ( CRIS BOURONCLE / AFP )

Manuel précise que sa conversion au cacao, qu'il exporte en Suisse, est aussi due à l'impulsion de la Commission nationale pour le développement et la vie sans drogues (Devida).

L'objectif du gouvernement, dans le Vraem, est de réduire de moitié les surfaces de culture de la coca d'ici cinq ans. Selon Devida, le Pérou compte actuellement au moins 55.000 hectares consacrés à cette culture, dont 90% alimente le narcotrafic.

La vallée souffre aussi de la violence des derniers membres actifs de la guérilla maoïste du Sentier lumineux. Selon la présidente exécutive de Devida, Carmen Masias, ils agissent comme tueurs à gages pour le compte des narcotrafiquants.

En misant sur le café et le cacao, "la population dans cette zone entrevoit la possibilité de vivre dans un climat de paix et de développement", souligne à l'AFP le directeur de promotion et surveillance de Devida, José Chuquipul.

Javier Sedano, producteur de cacao biologique, dans sa plantation près de Satipo, dans la vallée des fleuves Apurimac, Ene et Mantaro (Vraem), au Pérou, le 30 juin 2017
Javier Sedano, producteur de cacao biologique, dans sa plantation près de Satipo, dans la vallée des fleuves Apurimac, Ene et Mantaro (Vraem), au Pérou, le 30 juin 2017 ( CRIS BOURONCLE / AFP )

Car "les régions sans présence de l'Etat mais où l'on trouve la culture de la coca et le narcotrafic sont des régions de violence et de problèmes sociaux", ajoute-t-il.

Entre 2012 et 2016, Devida est parvenu à implanter 2.071 hectares de cacao dans le département de Satipo, au sein du Vraem, permettant une production totale de 800 tonnes par an. Il a aussi permis l'installation de 870 hectares de café.

"Nos grands-parents avaient la coca pour la mastiquer. Mais ensuite les problèmes sont arrivés, les drogues, le narcotrafic (...) Maintenant nous travaillons le cacao, de manière légale et tranquille", se réjouit Tomas Bardales.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/10/2017

Le nombre d'actions de la société s'élève à 180.744.625 au 18 octobre 2017...

Publié le 23/10/2017

La performance est liée à la progression de 5,9 ME de la contribution des pôles métiers Capital Investissement, Foncière et Immobilier...

Publié le 23/10/2017

Maisons du Monde met à jour des objectifs pour 2017...

Publié le 23/10/2017

"Ces bonnes performances commerciales démontrent le bon positionnement de l'offre Spineway"...

Publié le 23/10/2017

Remboursement anticipé de la dette obligataire de WhiteWave pour 500 M$...

CONTENUS SPONSORISÉS