5 349.30 PTS
-0.15 %
5 355.0
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 267.01
-0.16 %
DAX PTS
13 103.56
+0.27 %
Dowjones PTS
24 651.74
+0.58 %
6 466.32
+1.20 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

A Bailleul, le soulagement temporaire des familles migrantes

| AFP | 195 | Aucun vote sur cette news
Des migrants irakiens dans le nouveau Centre d'accueil et d'examen des situations (CAES) de Bailleul (Nord), le 8 août 2017
Des migrants irakiens dans le nouveau Centre d'accueil et d'examen des situations (CAES) de Bailleul (Nord), le 8 août 2017 ( PHILIPPE HUGUEN / AFP )

Un lit, des douches, de la nourriture: plusieurs familles migrantes amenées de la côte goûtaient mardi au relatif confort du nouveau Centre d'accueil et d'examen des situations (CAES) de Bailleul (Nord), un soulagement temporaire en attendant de savoir si elles pourront rester en France.

"C'est beaucoup mieux que rien", sourit Baiham, Irakien de 36 ans, malgré le cadre tout sauf enchanteur du centre, un ancien hôtel Formule 1 cerné par l'autoroute menant à Dunkerque et une zone industrielle.

Les jours précédents, il survivait à Calais avec sa femme et son fils de 13 ans, encore décidé à passer en Angleterre. Pendant plusieurs semaines, "on a essayé de passer, par bateau, via les camions, mais ça nous a coûté trop d'argent", raconte Baiham, les yeux cernés.

Mais lundi, sa petite famille et 37 autres migrants de Calais et Grande-Synthe ont accepté d'être mis à l'abri à Bailleul par l'Etat, en vue d'une demande d'asile. Ils y ont ainsi passé leur première nuit paisible depuis bien longtemps.

Aram, Irakien de 33 ans, sa femme et ses deux enfants savourent le confort minimal procuré par leurs deux modestes chambres, les douches et la télévision. "Hier, on vivait dans les bois de Calais. On dormait sous un arbre, parfois réveillés par la police. Alors qu'ici on a du respect", confie cet ancien journaliste, spécialisé en philosophie.

- 'On est inquiets' -

Dans le petit hall du bâtiment d'un étage, un lieu de convivialité est improvisé. Baiham, Aram et d'autres familles kurdes discutent en cuisinant sur de petites plaques de cuisson électriques.

Une famille dans l'entrée du nouveau Centre d'accueil et d'examen des situations (CAES) de Bailleul (Nord), le 8 août 2017
Une famille dans l'entrée du nouveau Centre d'accueil et d'examen des situations (CAES) de Bailleul (Nord), le 8 août 2017 ( PHILIPPE HUGUEN / AFP )

Ari, 30 ans, y raconte son histoire éprouvante: "Ma femme et moi avons quitté l'Irak pour l'Allemagne il y a deux ans et demi. Après deux ans d'attente, on nous a refusé l'asile car on n'a pas cru qu'on courait un danger dans notre pays. Du coup, on est venus à Calais et Dunkerque, et essayé de passer en Angleterre. On a même passé trois jours en prison. Mais hier, l'Ofii (Office français de l'immigration et de l'intégration, ndlr) nous a proposé cet endroit".

Marion Mestdag, directrice adjointe de l'établissement géré par Adoma, raconte: "Hier, ils sont tous arrivés très fatigués par les nuits blanches passées à veiller leurs enfants". Pour la responsable, la relative proximité du centre avec la côte (45 km) peut participer à son "succès".

Bien que rassérénés par leur mise à l'abri, les migrants se projettent déjà sur la suite, non sans appréhension.

En effet, le centre n'a vocation à accueillir que quelques jours. Les services de l'Etat doivent venir prochainement pour les premières étapes de la demande d'asile, avant d'éventuellement orienter les migrants en Centre d'accueil de demandeur d'asile (CADA).

"On est un peu inquiets", lâche Baiham. "Ce centre, c'est bien temporairement, mais il n'y a pas de services, et on nous donne juste quatre euros par jour et par personne pour nous acheter à manger. On partira dans les prochains jours", assure-t-il, visiblement peu au courant de la visite prochaine des services d'immigration.

Mardi matin à Troisvaux (Pas-de-Calais), un autre CAES a accueilli 45 migrants érythréens, soudanais et afghans. Marion Mestdag promet que les 200 places disponibles en CAES seront bientôt portées à 300.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Le conseil d'administration de SoLocal Group a pris acte de la démission de Monica Menghini et a décidé, sur proposition du comité des nominations, de coopter Marie-Christine Levet en qualité…

Publié le 15/12/2017

En prévision de son départ de Wendel le 31 décembre prochain, Frédéric Lemoine a présenté sa démission du conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 31 décembre 2017. En…

Publié le 15/12/2017

André François-Poncet remplace Frédéric Lemoine au Conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 1er janvier 2018   Neuilly-sur-Seine, le 15 décembre…

Publié le 15/12/2017

L'objectif d'Immobilière Dassault est de lancer un projet de restructuration de ce bâtiment

Publié le 15/12/2017

Immobilière Dassault a finalisé l'achat d'un immeuble situé au 16 rue de la Paix, Paris 2ème, dont elle avait annoncé avoir signé une promesse le 23 octobre dernier. Il est rappelé que cet…

CONTENUS SPONSORISÉS