En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 095.07 PTS
-0.02 %
5 104.00
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 078.98
+0.03 %
DAX PTS
11 622.05
+0.85 %
Dowjones PTS
25 439.92
+0.39 %
7 139.86
-0.24 %
1.159
+0.27 %

Au Nicaragua, les forces pro-Ortega asseoient leur contrôle sur Masaya la rebelle

| AFP | 201 | Aucun vote sur cette news
Les forces paramilitaires loyales au président Ortega patrouillent dans les rues de Masaya au Nicaragua, reprise la veille aux rebelles, le 18 juillet 2018
Les forces paramilitaires loyales au président Ortega patrouillent dans les rues de Masaya au Nicaragua, reprise la veille aux rebelles, le 18 juillet 2018 ( MARVIN RECINOS / AFP )

Les forces fidèles au président nicaraguayen Daniel Ortega asseyaient mercredi leur contrôle sur Masaya, bastion de l'opposition violemment repris la veille, s'attirant les condamnations de la communauté internationale.

T-shirt bleu, cagoule et fusil en main, des dizaines de paramilitaires patrouillaient à bord de pick-up dans les rues du quartier rebelle de Monimbo, jusqu'à la veille hérissées de barricades, a constaté l'AFP.

D'autres, adossés à des murs recouverts de graffitis anti-Ortega mangeaient ou se reposaient. Des véhicules de la police étaient également visibles, tandis que des habitants reprenaient leurs occupations et que des magasins relevaient leur rideau de fer.

Le quartier rebelle de Monimbo à Masaya, au Nicaragua, a été repris par les forces loyales au président Daniel Ortega, le 18 juillet 2018
Le quartier rebelle de Monimbo à Masaya, au Nicaragua, a été repris par les forces loyales au président Daniel Ortega, le 18 juillet 2018 ( Marvin RECINOS / AFP )

Selon une ONG, quelque 200 habitants de Masaya ont dû fuir mercredi cette ville, poursuivis par les forces progouvernementales.

"En ce moment, ces personnes qui s'étaient réfugiées (dans les environs de Masaya) sont en train d'être pourchassées par la police et les paramilitaires qui utilisent des chiens pour les traquer", a déclaré le dirigeant de l'Association nicaraguayenne des droits de l'homme (ANPDH) Alvaro Leiva.

Agitant le drapeau rouge et noir du Front sandiniste de libération nationale (FSLN, gauche) au pouvoir, faisant le V de la victoire ou levant le poing, ces hommes célébraient la "victoire" de mardi.

Le FSLN est l'unique guérilla latino-américaine ayant remporté une victoire militaire, contre le dictature des Somoza en 1979, avant de perdre le pouvoir la décennie suivante à l'issue d'un violent conflit contre-révolutionnaire armé par les Etats-Unis, puis de le reprendre à nouveau, mais par les urnes.

Le parti au pouvoir applique désormais scrupuleusement les recommandations du Fonds monétaire international (FMI), dont le projet de réforme des retraites a été le détonateur de la colère populaire en avril.

Durant plusieurs heures mardi les habitants du quartier indigène de Monimbo on tenté de résister derrière leurs abris avec des pierres et des mortiers artisanaux.

- Situation "alarmante" -

Un membre des forces paramilitaires loyales à Daniel Ortega balaie le sol à Masaya, au Nicaragua, le 18 juillet 2018
Un membre des forces paramilitaires loyales à Daniel Ortega balaie le sol à Masaya, au Nicaragua, le 18 juillet 2018 ( MARVIN RECINOS / AFP )

Le bilan des affrontements dans cette ville de 100.000 habitants à une trentaine de kilomètre de la capitale Managua était loin d'être clair. Le Centre nicaraguayen des droits de l'homme (Cenidh) faisait était de deux morts, tandis que le gouvernement ne parlait que d'un policier tué. Une habitante a assuré à l'AFP qu'il s'agissait d'un "massacre", alors que, selon un paramilitaire, personne n'a été tué.

"Hier (mardi), ce fut une bataille de presque six heures, l'idée était de déloger (les rebelles) pour libérer la ville des barricades", a déclaré à l'AFP Francisco, un paramilitaire de 45 ans qui a participé aux combats.

Selon lui, "la population apprécie et nous remercie". Giovania Valitan fait partie de ceux-là.

"Grâce à Dieu, tout est rentré dans l'ordre et la paix est revenue. Ces mauvaises personnes doivent chercher à réparer les dommages qu'ils ont causés (...) on souhaite la prospérité et travailler, rien de plus, et que les touristes reviennent, qu'ils n'aient pas peur", déclare à l'AFP cette femme de 34 ans.

D'autres, comme Livia Castillo, femme au foyer de 38 ans, estime qu'"on ne sait pas (ce qui va arriver), j'ai très peur, ça n'était jamais arrivé. J'ai un garçon de 16 ans et j'ai peur qu'ils l'emmènent de force. On est très inquiets".

L'incursion à Masaya, qui intervient deux jours avant le 39e anniversaire de la révolution sandiniste, est un pied de nez à la communauté internationale, qui a intensifié ces derniers jours les appels à la fin de la répression.

La situation au Nicaragua "est alarmante et empire de jour en jour", a averti mercredi le secrétaire de la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) dans un entretien à l'AFP.

La crise politique au Nicaragua
La crise politique au Nicaragua ( Anella RETA / AFP )

"Le comportement adopté par le gouvernement ces derniers jours semble fermer la porte aux espaces de dialogue", a estimé Paulo Abrao à propos du petit pays d'Amérique centrale où plus de 280 personnes ont perdu la vie en trois mois.

Un mouvement de protestation, dont les étudiants sont le fer de lance, a été lancé le 18 avril contre le gouvernement de Daniel Ortega, un ex-guérillero de 72 ans, à la tête du Nicaragua depuis 2007 après l'avoir déjà dirigé de 1979 à 1990.

Il est accusé d'avoir mis en place avec son épouse Rosario Murillo, une "dictature" marquée par la corruption et le népotisme. Ses adversaires demandent des élections anticipées ou son départ.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/10/2018

Peu d'évolution sur Groupe ADP (-0,1% à 178,5 euros) qui oscille autour de l'équilibre après les chiffres du trafic de septembre...

Publié le 15/10/2018

Atos accueille la Ministre anglaise des industries créatives et digitales pour le lancement de son laboratoire ouvert d'Intelligence Artificielle. Celui-ci contribue à affirmer le…

Publié le 15/10/2018

Lysogene et Sarepta annoncent un accord de licence exclusif pour LYS-SAF302, thérapie génique innovante prête à entrer en phase pivot contre la MPS...

Publié le 15/10/2018

Airbus annonce que Kuwait Airways, la compagnie nationale de l'Etat du Koweït, a signé un contrat d'achat portant sur huit A330-800. Les livraisons de ces nouveaux appareils Airbus débuteront en…

Publié le 15/10/2018

Article 223-16 du Règlement Général de l'Autorité des marchés financiers     Date Nombre total d'actions composant le capital social Nombre total de…