En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 794.37 PTS
-
4 812.00
-
SBF 120 PTS
3 821.84
-
DAX PTS
10 918.62
-0.12 %
Dowjones PTS
24 370.10
+0.67 %
6 718.45
+0.75 %
1.139
+0.08 %

Au marché de Togoville, le troc est roi, pas l'argent

| AFP | 221 | Aucun vote sur cette news
Echange de marchandises par le troc au marché de Togoville le 24 novembre 2018, au Togo
Echange de marchandises par le troc au marché de Togoville le 24 novembre 2018, au Togo ( Yanick Folly / AFP )

Debout au milieu du marché de Togoville, l'émissaire Alohou Papa souffle de toutes ses forces dans un sifflet: "Il est 9H. Le chef du village m'envoie vous annoncer que les échanges peuvent maintenant démarrer. Pas de disputes et pas de provocation!"

Tous les samedis sur les rives du lac Togo, à 65 km à l'est de Lomé, la bourgade accueille l'un des derniers marchés de troc en Afrique de l'Ouest, une tradition ancestrale.

Toute transaction monétaire est prohibée sur la petite place publique de ce haut lieu de la religion vaudoue, où se pressent commerçants, pêcheurs et cultivateurs des villages de la région.

A "Togossimè", qui signifie "marché du Togo" en langue locale Ewé, on échange toutes sortes de marchandises, mais les plus prisées sont les céréales, le poulet, le poisson et les fruits de mer.

"Togoville est un village conservateur. Autrefois, nos parents vivaient des produits de la terre et de la mer. Ils s'échangeaient ces produits et vivaient dans une parfaite ambiance", raconte Simon Tovor, conseiller spécial du roi Mlapa VI, également chef de canton.

"Pour ne pas perdre les traces de nos grands-parents, nous avons jugé bon de préserver cette pratique. Il faut montrer aux enfants la manière dont nos parents ont vécu", ajoute-t-il.

Togoville compte 10.000 habitants. Cette ancienne capitale ayant donné son nom au pays semble figée dans le temps et continue à vivre au rythme du lac et des saisons de la pêche, principale richesse locale.

Des femmes proposent des marchandises à troquer sur le marché de Togoville, le 24 novembre 2018
Des femmes proposent des marchandises à troquer sur le marché de Togoville, le 24 novembre 2018 ( Yanick Folly / AFP )

C'est là qu'en 1884 le roi Mlapa III de Togoville signa un traité de protectorat avec l'Allemagne, bien avant que le Togo ne devienne une colonie française.

Pour rejoindre Togoville depuis Lomé, l'actuelle capitale, il faut contourner le lac Togo en empruntant une vieille route parsemée de nids-de-poule, si bien qu'aujourd'hui encore, la bourgade reste plus facilement accessible en pirogue.

Cherté de la vie

A Togoville, le troc n'est pas qu'une affaire de respect des traditions: il perdure aussi par nécessité.

Près de la moitié des 8 millions de Togolais vivent sous le seuil de pauvreté et souffrent de l'inflation qui renchérit le coût de l'alimentation. Dans les villages reculés, tous n'ont pas assez d'argent pour acheter des produits de base.

Les commerçants "apportent les chaussures, les costumes, les boissons", raconte James Dotse, un chef local. En échange, "nous donnons les (produits des) cultures qui réussissent bien chez nous, c'est-à-dire le maïs et le haricot".

Parmi les clients qui sont aussi, de fait, vendeurs, une petite fille de 10 ans a "quitté la maison avec du maïs et du gari pour venir les échanger contre du poisson". "Je ne viens pas souvent au marché", confie Edola, seulement "quand j'ai un peu faim".

Une femme attend qu'on lui propose un échange de marchandises sur le marché du troc à Togoville, le 24 novembre 2018
Une femme attend qu'on lui propose un échange de marchandises sur le marché du troc à Togoville, le 24 novembre 2018 ( Yanick Folly / AFP )

Sur le marché, la plupart des affaires se concluent en plein air, sous une chaleur écrasante. Seuls deux petits hangars en piteux état servent d'abris à quelques femmes.

Les autres étalent leur marchandise sur la terre poussiéreuse. Les vendeuses ambulantes, enroulées dans des pagnes colorés, se frayent habilement un chemin à travers la foule, trouvant l'équilibre malgré les lourdes cargaisons qu'elles portent sur la tête.

Atsupi Fiodjio vient ici tous les samedis depuis plus de 25 ans. Assise sur une brique, cette commerçante originaire d'un village voisin propose des poissons fumés.

"Je viens chaque samedi avec deux ou trois grands paniers de gros poissons fumés et je rentre chez moi en fin de journée avec au moins trois sacs de maïs, de haricot et de voandzou (sortes de gros haricots jaunâtres)", explique-t-elle.

"Je les revends dans notre marché où ces céréales s'écoulent très rapidement car la population est en majorité constituée de pêcheurs. On ne cultive rien", explique Mme Fiodjio, entourée d’une dizaine de clients.

Quelques mètres plus loin, Jeannette Tengué, assise à même le sol devant son étal, vante les qualités de ses petits poissons fumés ou séchés: "Je n'accepte que les céréales, surtout le maïs et le riz, sans oublier la farine de manioc. Ainsi, je fais mes stocks pour toute la semaine pour ma famille".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2019

5 prix lors des European Contact Center & Customer Service Awards (ECCCSA) dans 4 pays européens...

Publié le 17/01/2019

Martha Bejar, experte américaine dans le domaine des logiciels, est nommée en tant qu'administratrice indépendante de Neopost Paris, le 17 janvier 2019 Neopost, leader…

Publié le 17/01/2019

Fee et Covage ont signé le 17 janvier 2019 un partenariat qui permettra à Free de proposer son offre de Fibre optique sur les Réseaux d’Initiative Publique (RIP) dans les territoires couverts par…

Publié le 17/01/2019

Fnac Darty annonce être en négociations exclusives avec le Groupe Lagardère, en vue de l’acquisition de Billetreduc.com par sa filiale France Billet, spécialiste de la billetterie culturelle et…

Publié le 17/01/2019

Compagnie des Alpes vient de réaliser son point d’activité au titre de son premier trimestre de l’exercice 2018-2019. Ainsi, l’exploitant de domaines skiables et de parcs à thèmes a publié…