En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 173.05 PTS
-
5 178.50
-
SBF 120 PTS
4 141.15
-
DAX PTS
11 776.55
+1.40 %
Dowjones PTS
25 798.42
+2.17 %
7 276.43
+2.94 %
1.158
+0.06 %

Au Cambodge, des élèves collectent les déchets pour pouvoir étudier

| AFP | 178 | Aucun vote sur cette news
L'école Coconut School à Kirirom édifiée à partir de déchets, le 1er octobre 2018 au Cambodge
L'école Coconut School à Kirirom édifiée à partir de déchets, le 1er octobre 2018 au Cambodge ( TANG CHHIN Sothy / AFP )

Des déchets plastiques en guise de frais d'inscription: au sommet d'une montagne dans un luxuriant parc national, une petite école a été édifiée à partir de pneus, de bouteilles et d'emballages que les élèves collectent pour pouvoir étudier.

Roeun Bunthon, ancien enfant des rues, est l'un d'eux. "J'ai arrêté de mendier. C'est comme si on m'avait donné une seconde chance", raconte l'adolescent de 12 ans, tout en prenant des notes pendant un cours d'anglais.

Sun Sreydow, 10 ans, espère, elle, que cet apprentissage lui permettra d'accomplir son rêve: devenir médecin.

Située à une centaine de kilomètres de Phnom Penh, au coeur de la chaîne des Cardamomes, l'école Coconut School est presque entièrement construite à partir de déchets. Les murs ont été érigés avec des pneus peints, les toits avec des bouteilles en plastique et des centaines de capsules colorées dessinent le drapeau national à l'entrée de l'établissement.

Les écoliers de la Coconut School écoutent Ouk Vanday, le 1er octobre 2018 à Kirirom, au Cambodge
Les écoliers de la Coconut School écoutent Ouk Vanday, le 1er octobre 2018 à Kirirom, au Cambodge ( TANG CHHIN Sothy / AFP )

Ouverte en 2017, elle ne remplace pas l'école publique à laquelle les enfants sont toujours tenus d'aller, mais complète l'enseignement dans plusieurs matières – l'anglais, les mathématiques, le khmer, l'informatique – tout en apprenant aux élèves à recycler.

Le but de Ouk Vanday, un ancien directeur d'hôtel à l'origine de cette initiative, est double.

Il s'agit d'abord d'offrir une éducation complémentaire aux enfants les plus défavorisés dans un pays où ces derniers sont souvent envoyés mendier pour contribuer à subvenir aux besoins de leur famille.

Soutenue par des enseignants bénévoles et des dons, Coconut School, qui accueille une soixantaine d'élèves, "ne demande pas d'argent, même si elle n'est pas gratuite pour autant", souligne Ouk Vanday.

Les écoliers de la Coconut School collectent des déchets pour leur école, le 1er octobre 2018 à Kirirom, au Cambodge
Les écoliers de la Coconut School collectent des déchets pour leur école, le 1er octobre 2018 à Kirirom, au Cambodge ( TANG CHHIN Sothy / AFP )

Pour s'acquitter du droit d'entrée et payer les frais mensuels, les élèves apportent des emballages plastiques qui serviront notamment à agrandir l'établissement.

"Je dis toujours aux enfants: donnez-moi des ordures et je vous donnerai une instruction", souligne Ouk Vanday, 34 ans, qui a lancé une première école de ce type sur une île près de Phnom Penh en 2013.

- 3,6 mégatonnes de déchets -

L'objectif est aussi de lutter contre la prolifération des déchets alors que le petit pays d'Asie du Sud-Est en a produit 3,6 millions de tonnes en 2017, d'après les statistiques du ministère de l'Environnement.

Des décorations faites à partir de bouteilles en plastique recyclées sur un mur de la Coconut School, le 1er octobre 2018 à Kirirom, au Cambodge
Des décorations faites à partir de bouteilles en plastique recyclées sur un mur de la Coconut School, le 1er octobre 2018 à Kirirom, au Cambodge ( TANG CHHIN Sothy / AFP )

Seules 11% des ordures sont recyclées dans le royaume, 48% sont brûlées ou jetées dans des rivières, le reste étant acheminé vers des sites d'enfouissement ou des dépotoirs en constante expansion, ce qui comporte de grands risques sanitaires et écologiques.

Ouk Vanday estime qu'il faudra peut-être "10 à 15 ans" aux Cambodgiens pour prendre conscience de ces enjeux, mais espère que ses élèves vont aider au changement.

"Ces jeunes deviendront de nouveaux militants (environnementaux) au Cambodge, qui auront compris comment utiliser, gérer et recycler les déchets", relève-t-il.

En attendant, il a plusieurs projets en tête.

Il souhaite construire à partir de déchets recyclés, notamment de pneus usagés, une réplique du célèbre temple Angkor Vat et ouvrir "un musée des ordures".

Il prévoit aussi en 2022 une école flottante à partir des déchets jetés dans le lac Tonlé Sap près de Siem Reap (centre), le plus grand lac d'eau douce d'Asie du Sud-Est.

Quant à Coconut School, une classe maternelle va ouvrir l'année prochaine et l'établissement espère pouvoir accueillir prochainement quelque 200 enfants.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/10/2018

L'opération de Thales devrait être réalisée peu de temps après l'obtention de toutes les Autorisations Règlementaires, ce qui est envisagé au 1er trimestre 2019.

Publié le 16/10/2018

La box Noviacare by Pharmagest est associée à des capteurs dont l'objectif est d'accompagner le senior dans son quotidien et de détecter les situations à risque éventuelles...

Publié le 16/10/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 16/10/2018

Le tronçon complet de la L2 Nord sera mis en circulation le 25 octobre...

Publié le 16/10/2018

Stanislas de Gramont a réalisé l'essentiel de sa carrière chez Danone où il a exercé différentes fonctions de direction générale...