En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 938.52 PTS
+0.28 %
4 920.0
+0.21 %
SBF 120 PTS
3 934.19
+0.26 %
DAX PTS
11 129.47
+0.57 %
Dowjones PTS
24 465.64
-2.21 %
6 526.96
+0.00 %
1.139
+0.24 %

Au Brésil, bras de fer entre pro et anti-chasse à la baleine

| AFP | 324 | Aucun vote sur cette news
Une baleine à bosse fait un saut hors de l'eau dans le parc naturel national de Uramba Bahia Malaga en Colombie, le 12 août 2018
Une baleine à bosse fait un saut hors de l'eau dans le parc naturel national de Uramba Bahia Malaga en Colombie, le 12 août 2018 ( Miguel MEDINA / AFP/Archives )

Les pays chasseurs et protecteurs des baleines ont entamé lundi au Brésil un intense bras de fer lors de la réunion annuelle de la Commission baleinière internationale (CBI), le Japon espérant réexaminer le moratoire sur la chasse aux cétacés, qui date de 1986.

Le ministre brésilien de l'Environnement Edson Duarte a déclaré à l'ouverture que "l'heure était venue d'avancer, pas de reculer", avant de rappeler à ses délégués leur "devoir de donner une impulsion décisive en direction de la préservation des cétacés".

Le nouveau président de la CBI, le Japonais Joji Morishita, estime que cette rencontre pourrait être déterminante pour l'avenir de cet organisme, composé de 89 pays membres, profondément divisé entre partisans (Japon, Norvège, Islande et leurs alliés) et opposants à la chasse aux cétacés.

M. Morishita a déclaré à l'AFP vouloir "changer de modèle, pour passer du rejet mutuel au respect mutuel".

"Notre défi lors de cette réunion est de savoir si nous pouvons concilier les deux différentes positions ou bien trouver une façon d'être en accord ou en désaccord tout en regardant vers l'avenir, plutôt que de passer notre temps à nous disputer", a-t-il déclaré avant l'ouverture de la session à Florianopolis, paradis des surfeurs situé dans le sud du Brésil.

Pourtant, comme à chaque session de la CBI, seul organe de gestion des grands cétacés, les dissensions s'annoncent très fortes entre les deux camps.

"Cette réunion s'annonce cruciale", a estimé Patrick Ramage, chargé des cétacés au Fonds international pour la protection des animaux (Ifaw en anglais).

Le Japon est signataire du moratoire de la CBI sur la chasse aux baleines, qui date de 1986, mais il affirme la pratiquer pour effectuer des recherches, près de ses côtes dans le Pacifique ainsi que dans l'Antarctique, même si une grande partie de la viande est ensuite écoulée sur le marché.

La Norvège et l'Islande sont les seuls pays au monde à pratiquer ouvertement la chasse commerciale. Tokyo, de son côté, tente de prouver que la population de baleines est assez importante pour supporter une reprise de la chasse commerciale.

Alors que les énormes nuages d'eau provenant du souffle des baleines sont visibles depuis les hôtels de délégués, dans la baie de Florianopolis, le pays hôte, le Brésil, et le Japon vont présenter deux textes diamétralement opposés.

- Pollution sonore -

Une baleine à bosse fait un saut hors de l'eau dans le parc naturel national de Uramba Bahia Malaga en Colombie, le 12 août 2018
Une baleine à bosse fait un saut hors de l'eau dans le parc naturel national de Uramba Bahia Malaga en Colombie, le 12 août 2018 ( Miguel MEDINA / AFP/Archives )

Le document porté par les Japonais propose de créer un "comité de la chasse à la baleine durable" pour les pays souhaitant s'adonner à cette activité dans un but commercial. Les nations protectrices des cétacés, tels l'Union européenne, l'Australie et la Nouvelle-Zélande sont déterminées à les en empêcher.

De son côté, le Brésil essaye de rassembler les anti-chasse derrière la "déclaration de Florianopolis" qui considère que cette activité ne se justifie plus économiquement, la consommation de chair de baleine ayant considérablement diminué. L'arrêt de la chasse permettrait en outre à la population des cétacés dans le monde de revenir à des niveaux équivalents à l'ère pré-industrielle.

Le pays hôte veut également étendre la zone de protection des baleines, actuellement limitée aux océans Indien et Austral, à tout l'Atlantique Sud.

"La proposition du Japon est hasardeuse d'un point de vue procédural et elle ramènerait la Commission baleinière internationale à une époque où elle présidait d’insupportables opérations de chasse", a déclaré Leigh Henry, du Fonds mondial pour la nature WWF.

La pollution sonore sous-marine, les chocs avec les navires, le changement climatique figurent parmi les autres sujets majeurs qui doivent être abordés durant cette semaine au Brésil.

La réunion de la CBI se tient jusqu'à vendredi. Les décisions y sont adoptées à la majorité des trois quarts mais le Japon milite pour un changement de règle, qui permettrait un vote à la majorité simple.

La consommation de baleine a une longue histoire dans l'archipel nippon, pays de pêcheurs où le cétacé a été chassé pendant des siècles. L'industrie baleinière a connu son essor après la Seconde guerre mondiale, pour apporter des protéines animales aux habitants du pays.

Lors de la dernière campagne de quatre mois en 2017/2018 en Antarctique, les pêcheurs japonais ont capturé 333 baleines, dont 122 se trouvaient en période de gestation, ce qui avait été dénoncé de manière très virulente par les ONG.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/11/2018

Les marchés actions européens rebondissent timidement à l'approche de la mi-séance. Les investisseurs sont rassurés par la bonne orientation du pétrole après sa chute de près de 7%…

Publié le 21/11/2018

Alors que la guerre des prix fait rage dans les télécoms, la possibilité d'une éventuelle consolidation du marché se pose. "On a atteint des pratiques de marchés sans équivalence en Europe",…

Publié le 21/11/2018

Lectra s'adjuge 2,4% à 18,8 euros alors que le groupe a livré au groupe autrichien iSi Automotive une machine FocusQuantum FT6K...

Publié le 21/11/2018

Mais la situation pourrait évoluer

Publié le 21/11/2018

Par courrier reçu le 20 novembre 2018 par l'AMF, la société Morgan Stanley & Co...