5 087.59 PTS
-0.52 %
5 082.50
-0.58 %
SBF 120 PTS
4 068.53
-0.49 %
DAX PTS
12 065.99
-0.82 %
Dowjones PTS
21 676.09
+0.01 %
5 785.61
-0.09 %
Nikkei PTS
19 393.13
-0.40 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Au bassin de la Villette à Paris, des cours de français en plein air pour migrants

| AFP | 141 | Aucun vote sur cette news
Une volontaire membre de l'ONG Bureau d'Accueil et d'Accompagnement des Migrants) le 27 juillet 2017 à Paris
Une volontaire membre de l'ONG Bureau d'Accueil et d'Accompagnement des Migrants) le 27 juillet 2017 à Paris ( JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives )

"Ce matin je me suis levé, j'avais mal aux dents": cahiers sur les genoux, assis sur des marches place Stalingrad à Paris, plusieurs dizaines de migrants répètent en choeur les phrases prononcées par leur professeur de français.

Le temps est agréable, mais qu'il fasse "-5 degrés" comme cet hiver ou en période de canicule, ils sont une petite centaine, tous les soirs, à suivre une heure de cours de français en plein air, sur des pentes d'herbe longeant la place, devant le bassin de la Villette.

"J'ai mal au dos", mime devant son tableau en criant Pierre Piacentini, pour se faire entendre de tous ses élèves du "niveau 2" serrés sur les marches et, faute de place, debout en haut de l'escalier. Le bruit de la fontaine, la musique du bar voisin et la circulation compliquent parfois un peu sa tâche.

"J'ai mal au dos", reprennent en choeur une cinquantaine d'hommes, âgés de 18 à 30 ans, pour la majorité originaires du Darfour ou d'Afghanistan, tout en prenant des notes.

La scène, un peu incongrue, interpelle les passants qui sont nombreux à s'arrêter.

Omar, un demandeur d'asile soudanais de 28 ans, explique qu'il suit les cours depuis neuf mois. Avant il ne connaissait "rien" au français. "Maintenant je parle bien", dit-il tout sourire.

Hissan, un Egyptien de 27 ans qui prend des cours depuis un mois, a lui du mal à définir son niveau : "Je comprends mais je ne sais pas parler", explique-t-il en anglais.

Il est en Europe depuis dix ans. "Grèce, Italie, France, Royaume-Uni, Belgique, Calais" énumère celui qui dit avoir renoncé à se rendre en Angleterre et veut rester en France. Il n'a pas de papiers, mais "une maison, un métier" de maçon, dit-il.

- 'Pallier un manque de l'Etat' -

Les cours, organisés par l'association BAAM (Bureau d'accueil et d'accompagnement des migrants), ont débuté il y a plus d'un an et demi dans une dizaine de lieux de la région parisienne, dont Stalingrad, où un gigantesque campement de rue a été démantelé en novembre. Alors que l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii) ne dispense des cours de français qu'aux réfugiés statutaires, l'association veut "pallier un manque de l'Etat" en proposant des cours à tous les migrants, quel que soit leur statut.

"Le problème, c'est que le temps de la demande d'asile est tellement long, les gens veulent apprendre le français et ils ne peuvent pas", estime aussi Julian Mez, l'un des fondateurs de l'association. "C'est du temps perdu" qui retarde leur intégration et la faculté à trouver un emploi, débuter des études ou sociabiliser, ajoute-t-il.

Comme Pierre Piacentini et Louise, sa collègue de 22 ans qui s'époumone quelques mètres plus loin sous l'escalier "débutant" pour faire répéter l'alphabet à ses élèves, tous les professeurs ici sont bénévoles, et ont d'autres occupations professionnelles.

Pierre Piacentini, infirmier retraité, donne des cours "tous les jours" depuis neuf mois. "c'est devenu une drogue", dit-il en riant.

Il raconte les partages, les différences culturelles et les petites bourdes, comme la fois où pendant un cours sur la famille il s'était étonné que tous les Soudanais ne mentionnent que leurs frères. "Mais vous n'avez pas de soeurs?" avait-il interrogé. Plus tard, l'un d'entre eux l'avait pris à part pour lui expliquer que ça ne faisait pas de poser des questions sur les femmes de la famille.

L'absence de femmes est ici notable: il n'y en a pas une seule. "Jamais", confirme M. Piacentini, précisant que la majorité des migrants qui assistent au cours sont des hommes qui ont entrepris seuls le voyage depuis leur pays.

Outre l'apprentissage du Français, les bénévoles sont aussi là pour aider les migrants dans leur vie quotidienne: expliquer les démarches administratives, traduire des formulaires... "C'est un acte politique" résume M. Piacentini, alors qu'il examine le dossier de demande d'asile d'un de ses élèves après la classe.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS*

en Chèques-Cadeaux !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 31 août 2017

CODE OFFRE : ETE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, joignez le coupon ou saisissiez le code offre : ETE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/08/2017

DÉCLARATION DE TRANSACTIONS SUR ACTIONS PROPRES RÉALISÉES LE 18 AOUT 2017     Présentation agrégée par jour et par marché     Nom de…

Publié le 21/08/2017

Arthur Sadoun, Président du Directoire de Publicis, a annoncé la nomination d'Emmanuel André au poste nouvellement créé de 'Chief Talent Officer'...

Publié le 21/08/2017

Copyright GlobeNewswire Les annexes de ce communiqué sont disponibles à partir de ce lien : http://hugin.info/152918/R/2128320/812832.pdf Information réglementaire Ce…

Publié le 21/08/2017

Le client pourrait décider de nouvelles commandes une fois ses capacités de production renforcées

Publié le 21/08/2017

Riber, un leader mondial d'équipement pour l'industrie des semi-conducteurs, a reçu une commande supérieure à un million d'euros d'un nouveau client pour la fourniture d'évaporateurs destinés à…

CONTENUS SPONSORISÉS