En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 170.63 PTS
+0.50 %
5 166.50
+0.44 %
SBF 120 PTS
4 142.31
+0.46 %
DAX PTS
11 760.93
+0.39 %
Dowjones PTS
25 706.68
-0.36 %
7 278.63
+0.00 %
1.151
+0.07 %

Au Bangladesh, les eaux avancent, les hommes reculent

| AFP | 135 | Aucun vote sur cette news
Des habitants de Rajshahi près de la rive érodée du fleuve Padma, le 5 septembre 2018 au Bangladesh
Des habitants de Rajshahi près de la rive érodée du fleuve Padma, le 5 septembre 2018 au Bangladesh ( Munir UZ ZAMAN / AFP )

"Le Padma a tout dévoré": jour après jour, Rukaiya Khatun voit les eaux sombres de l'un des grands fleuves du Bangladesh s'emparer de son foyer, une montée des eaux due au réchauffement climatique à laquelle doivent s'adapter des millions d'habitants du pays.

"Aujourd'hui, mon jardin a disparu. J'avais un abri pour les vaches là-bas (...) maintenant ce n'est plus que de l'eau", explique avec tristesse cette femme au foyer de 40 ans du village de Kalidaskhali, situé sur les berges de la rivière, en empaquetant ses dernières possessions avant d'abandonner sa maison.

Dans ce coin d'Asie du Sud, les mutations de la planète sont une réalité vécue au quotidien. En cinq ans, plus de 9.000 personnes ont ainsi dû être déplacées face à la progression du Padma, la continuation du Gange dans sa partie bangladaise, selon un responsable local.

Si l'érosion fluviale est un phénomène naturel, celle-ci s'est toutefois accélérée ces dernières années dans le delta du Gange en raison du changement climatique, explique Atiq Rahman, membre du groupe des experts climat de l'ONU lauréat du prix Nobel en 2007.

Des villageois transportent le toit d'une maison déplacée pour échapper à l'érosion des rives du fleuve Padma, le 5 septembre 2018 à Rajshahi, au Bangladesh
Des villageois transportent le toit d'une maison déplacée pour échapper à l'érosion des rives du fleuve Padma, le 5 septembre 2018 à Rajshahi, au Bangladesh ( Munir UZ ZAMAN / AFP )

Moussons de plus en plus impétueuses et fonte accrue des glaciers de l'Himalaya, où prennent source nombre de grands fleuves d'Asie, grossissent le flux des eaux.

Dans le même temps, la montée du niveau des mers pose une menace sérieuse au Bangladesh, nation de faible élévation et extrêmement vulnérable aux éléments climatiques. D'ici la fin du siècle, près de 20 millions de Bangladais pourraient devenir des "réfugiés climatiques", fait valoir l'ONU.

Décrit comme "sauvage et furieux" par un villageois, le Padma grignote petit à petit les berges de Kalidaskhali. À intervalles réguliers, des blocs s'effondrent et se dissolvent dans les eaux. En une seule journée, le sol peut céder au fleuve jusqu'à cinq mètres de terrain, indique à l'AFP Azizul Azam, un responsable local du gouvernement.

Des habitants de Rajshahi en bateau sur le fleuve Padma, le 4 septembre 2018 au Bangladesh
Des habitants de Rajshahi en bateau sur le fleuve Padma, le 4 septembre 2018 au Bangladesh ( Munir UZ ZAMAN / AFP )

Face à la progression des eaux, les habitants de Kalidaskhali ont dû démanteler leurs habitations à la hâte, emporter ce qu'ils pouvaient et abattre des arbres pour leur bois. Au milieu de l'agitation, Abul Hashem porte depuis la berge friable un regard vide sur la rivière qui a englouti le marché où il travaillait.

"Ma boutique est partie en seulement quelques heures. Je n'ai pas eu le temps de la déplacer. Tout le marché a disparu dans le fleuve en à peine quelques jours", raconte cet épicier désormais sans emploi, en montrant l'étendue d'eau large par endroits de quatre kilomètres.

- Nouvelle donne -

Des élèves de l'école flottante de Chalan Beel, le 4 septembre 2018 au Bangladesh
Des élèves de l'école flottante de Chalan Beel, le 4 septembre 2018 au Bangladesh ( Munir UZ ZAMAN / AFP )

Face à la puissance inexorable des forces de la nature, la vie doit s'adapter tant bien que mal. Dans le district de Chalan Beel, à quelques dizaines de kilomètres de là, une vingtaine d'écoles flottantes sillonne cette zone de lacs et rivières que viennent grossir les inondations et un climat toujours plus capricieux.

"Nous pouvons aller en classe même durant la saison des pluies lorsque nos maisons sont à peine au-dessus de l'eau", se réjouit Mosammat Rekha, une écolière de sept ans.

L'accès à l'école a longtemps été difficile dans cette région parmi les plus pauvres de ce pays surpeuplé. "Maintenant, (les enfants) ont accès à l'éducation toute l'année", explique Mohammad Rezwan, directeur de l'organisation Shidhulai Swanirvar Sangstha derrière ce projet pionnier.

Les plus petites écoles flottantes sont équipées de bureaux, de bibliothèques et de tableaux. D'autres barges plus élaborées comptent un étage et même un toboggan et des équipements de jeu pour la récréation. Les enfants peuvent utiliser des ordinateurs alimentés grâce aux panneaux solaires fixés sur les bateaux.

L'école flottante de Chalan Beel, le 4 septembre 2018 au Bangladesh
L'école flottante de Chalan Beel, le 4 septembre 2018 au Bangladesh ( Munir UZ ZAMAN / AFP )

La nuit, une fois l'école terminée, au tour des adultes de monter à bord pour y apprendre à planter des cultures résistantes aux inondations. Pour un agriculteur, la montée soudaine des eaux peut parfois anéantir le travail de toute une année.

Le Bangladesh a investi plus de 400 millions de dollars dans une nouvelle agence consacrée à l'adaptation au changement climatique. Celle-ci planche sur des projets comme l'endiguement des inondations, la technologie de fermes flottantes, des stations mobiles de purification des eaux.

À Chalan Beel, l'apparition d'écoles flottantes, idée reproduite en d'autres lieux du Bangladesh, a d'ores et déjà changé les conditions de vie de la jeune génération par rapport aux précédentes. Mère de deux enfants, Mosammat Jharna a passé sa jeunesse assaillie de toutes parts par l'eau. Inondations et tempêtes imprévisibles rendaient presque impossible de se rendre à l'école à pied.

"Mon rêve d'éduquer mes enfants, dont ma fille, est devenu réalité", s'émerveille-t-elle auprès de l'AFP. "Je ne veux pas les voir finir analphabètes comme moi".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2018

Spineway, spécialiste des implants et ancillaires chirurgicaux pour le traitement des pathologies de la colonne vertébrale (rachis), a finalisé son dossier réglementaire et peut désormais…

Publié le 18/10/2018

Le marché parisien pointe en légère hausse en début de séance dans une actualité marquée par une première série de publications...

Publié le 18/10/2018

JCDecaux a annoncé que la Cour fédérale d'Australie a approuvé le "scheme of arrangement" portant sur l’acquisition d’APN Outdoor. Les actions d’APN Outdoor ont donc cessé d’être…

Publié le 18/10/2018

Derichebourg a signé avec la société Iren Ambiente un contrat en vue de la cession de ses activités de collecte de déchets ménagers, de nettoiement urbain, et de traitement de déchets en…

Publié le 18/10/2018

Après avoir obtenu les autorisations nécessaires de la part des autorités compétentes, L'Oréal a finalisé l'acquisition de Logocos Naturkosmetik AG, société allemande de cosmétiques naturels,…