En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Attentats du 13-Novembre à Paris: Alexandra D., fausse victime présumée, jugée mardi

| AFP | 176 | Aucun vote sur cette news
Peu après les attaques jihadistes du 13 novembre 2015, Alexandra D. avait déclaré se trouver sur la terrasse du Carillon, l'un des deux premiers bars touchés par des fusillades
Peu après les attaques jihadistes du 13 novembre 2015, Alexandra D. avait déclaré se trouver sur la terrasse du Carillon, l'un des deux premiers bars touchés par des fusillades ( PHILIPPE LOPEZ / AFP/Archives )

Soupçonnée d'être une fausse victime des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, Alexandra D., qui s'était faite porte-parole des "terrasses" parisiennes, comparaît mardi devant la justice française pour escroquerie et faux témoignage.

Cette jeune femme de 32 ans, sous contrôle judiciaire depuis fin juin, est notamment soupçonnée d'avoir escroqué à hauteur de 20.000 euros le Fonds de garantie des victimes de terrorisme et autres infractions pénales (FGTI) entre janvier 2016 et mai 2017.

Elle était inscrite sur la "Liste unique des victimes" établie par le parquet, ce qui lui avait ouvert des droits à l'indemnisation.

Peu après les attaques jihadistes qui avaient fait 130 morts le 13 novembre 2015, elle avait déclaré se trouver sur la terrasse du Carillon, l'un des deux premiers bars touchés par des fusillades, avec deux amis qui avaient, selon elle, été tués.

Elle expliquait avoir pris une rafale de kalachnikov dans le coude, qui lui avait laissé une cicatrice après le "retrait de la balle" en janvier 2016, photos à l'appui sur les réseaux sociaux.

Mais des incohérences dans son récit avaient éveillé l'attention et conduit à l'ouverture d'une enquête. A plusieurs médias le 14 novembre 2015, la jeune femme expliquait ainsi qu'elle était une habituée du Carillon, mais n'y était pas le soir des attaques.

Très investie dans l'association de victimes Life for Paris, Alexandra D. aimait rencontrer les responsables officiels lors des cérémonies, où elle était facilement identifiable avec sa couronne fleurie.

Elle avait été interviewée et photographiée par l'AFP en novembre 2017 dans le cadre d'un article sur les victimes ayant eu recours au tatouage comme "thérapie".

Contactés par l'AFP, ses avocats n'ont pas souhaité s'exprimer avant l'audience.

Life for Paris et le FGTI se sont constitués parties civiles, comme l'Association française des victimes du terrorisme (AFVT), qui reproche à Alexandra D. des faits d'escroquerie à son propre préjudice.

Selon Guillaume Denoix de Saint Marc, directeur général de l'association, la jeune femme avait participé à un stage thérapeutique d'une semaine dans un hôtel en Normandie, organisé et financé par l'AFVT, "puis était restée en contact avec ce groupe en continuant à lui mentir".

Une quinzaine de personnes ont déjà été condamnées pour tentative d'escroquerie ou escroqueries liées aux attentats de 2015.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…