En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 422.54 PTS
+0.24 %
5 422.00
+0.24 %
SBF 120 PTS
4 339.62
+0.14 %
DAX PTS
12 670.53
+0.87 %
Dowjones PTS
25 076.67
+0.05 %
7 360.73
+0.04 %
Nikkei PTS
22 697.36
+0.44 %

Attaques chimiques en Syrie: la Russie s'oppose aux Occidentaux à l'ONU

| AFP | 288 | 5 par 1 internautes
Un enfant syrien est soigné dans un hôpital de Khan Cheikhoun, après une attaque au gaz sarin, le 4 avril 2017
Un enfant syrien est soigné dans un hôpital de Khan Cheikhoun, après une attaque au gaz sarin, le 4 avril 2017 ( Omar haj kadour / AFP/Archives )

La Russie, soutien de Damas, s'est à nouveau opposée aux Occidentaux sur l'implication du régime syrien dans des attaques chimiques, lors d'une réunion mardi à l'ONU sur le mandat des enquêteurs internationaux chargés d'en désigner les auteurs.

Comme d'autres responsables russes ces semaines dernières, un représentant russe adjoint à l'ONU, Vladimir Safronkov, s'en est pris particulièrement au récent rapport des experts sur le massacre au gaz sarin commis le 4 avril à Khan Cheikhoun (plus de 80 morts). Leurs conclusions imputent la responsabilité de l'attaque chimique au régime syrien.

Comment peut-on recourir à autant d'expressions comme "probable", "possible", "vraisemblable" dans un document accusant Damas, s'est insurgé le diplomate russe. "Pour le régime de non-prolifération, il est utile de désigner des coupables", mais des "lacunes systémiques" ont été décelées dans le travail des enquêteurs, a-t-il ajouté.

Vladimir Safronkov a dénoncé le fait que ces derniers ne se soient pas rendus à Khan Cheikhoun, préférant "un travail à distance", et réclamé que la composition de leur groupe soit revue. "Leurs conclusions ne tiennent pas la route", a-t-il insisté, soulignant que le danger en Syrie était "le terrorisme chimique".

Localisation de l'attaque à l'arme chimique contre une ville rebelle de Syrie et effets du gaz sarin
Localisation de l'attaque à l'arme chimique contre une ville rebelle de Syrie et effets du gaz sarin ( Gal ROMA, Laurence CHU, Simon MALFATTO, Laurence SAUBADU / AFP )

Depuis jeudi, deux projets de résolution, l'un russe, l'autre américain, sont en concurrence au Conseil de sécurité de l'ONU sur le renouvellement du groupe des enquêteurs des Nations unies et de l'OIAC, appelé JIM.

Leur mandat expire le 16 novembre.

Comme Damas, Moscou ne nie pas l'utilisation du sarin à Khan Cheikhoun mais assure que l'attaque est venue de l'explosion d'un obus au sol dans une localité contrôlée par des rebelles et des jihadistes et non d'une munition lâchée par un avion syrien comme l'affirment les enquêteurs.

- Impunité et sanctions -

"Le cratère a été causé probablement par une bombe aérienne", a affirmé au Conseil de sécurité le chef du JIM, Edmond Mulet. "Un aéronef était dans les airs au moment de l'attaque", a-t-il ajouté, en défendant le travail de ses experts qui a été, selon lui, "mené de manière indépendante et impartiale".

Le projet de résolution russe prévoit une prolongation du mandat des enquêteurs de six mois alors que l'américain, dont une version révisée a été publiée mardi, parle de 18 mois. La première version du texte américain évoquait un renouvellement pour 24 mois.

Moscou, qui considère que les experts ne sont pas objectifs, réclame par ailleurs dans son projet de texte un gel des conclusions du rapport sur Khan Cheikhoun et que des enquêteurs soient renvoyés en Syrie sur ce dossier.

Dans leur projet de texte révisé, les Etats-Unis "prennent note" du rapport sur Khan Cheikhoun - alors que leur première version parlait d'une "profonde inquiétude" - et réaffirment le "soutien" du Conseil de sécurité à ce groupe d'experts créé en 2015.

Lors de la réunion du Conseil, la responsable du désarmement de l'ONU, Izumi Nakamitsu, a affirmé que la Syrie conservait "deux stocks chimiques qui n'ont toujours pas été détruits". Une mission de l'OIAC "est actuellement sur place" pour vérifier leurs conditions de stockage, a-t-elle précisé. La responsable a toutefois regretté "un manque de dialogue avec les hauts responsables syriens" spécialisés dans le domaine chimique.

Dans la foulée de l'Américaine Nikki Haley, pour qui le JIM est "le meilleur outil" de l'ONU pour interdire les attaques chimiques, tous les membres occidentaux du Conseil de sécurité ont réclamé un renouvellement du mandat, crucial selon eux pour l'avenir du régime international de non-prolifération.

Selon Washington, le JIM doit encore enquêter sur une soixantaine de cas d'attaques chimiques en Syrie.

"Il n'y aura pas de paix durable en Syrie dans l'impunité" et le devoir de l'ONU "est de sanctionner" les responsables d'attaques chimiques en Syrie, a réclamé le représentant français, François Delattre.

Au-delà de la question du renouvellement à la mi-novembre, le Conseil de sécurité est confronté à celle de sanctionner les responsables de l'attaque de Khan Cheikhoun alors que ses membres sont passablement divisés sur leur identité.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/07/2018

BIOMERIEUXLe spécialiste du diagnostic in vitro communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre avant les premiers échanges.GL EVENTSLe groupe d'événementiel présentera son chiffre…

Publié le 17/07/2018

A 11h00 en zone euroIndice définitif de l'inflation de juin.A 14h30 aux Etats-UnisPermis de construire et mises en chantier de juin.A 20h00 aux Etats-UnisLivre beige de la Fed.source : AOF

Publié le 17/07/2018

Bolloré exerce en direct une activité agricole...

Publié le 17/07/2018

Société Générale annonce aujourd’hui la nomination de Claire Calmejane au poste de Directrice de l’innovation du groupe, rattaché à Frédéric Oudéa, Directeur général, à compter du 3…

Publié le 17/07/2018

Publicis Media a décroché le budget de stratégie médias, d'achat d'espaces et de planning au niveau mondial de Lenovo. Le groupe français a mis en place une structure dédiée Lenovo One…