En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 871.91 PTS
+1.21 %
5 870.5
+1.26 %
SBF 120 PTS
4 623.22
+1.1 %
DAX PTS
13 166.58
+0.86 %
Dow Jones PTS
28 015.06
+1.22 %
8 397.37
+1.07 %
1.106
+0. %

Destitution de Trump: les républicains attaquent un témoin lors d'auditions marathon

| AFP | 855 | Aucun vote sur cette news
Le lieutenant-colonel Alexander Vindman devant le Congrès lors de la procèdure de destitution visant le président américain Donald Trump, le 19 novembre 2019 à Washington
Le lieutenant-colonel Alexander Vindman devant le Congrès lors de la procèdure de destitution visant le président américain Donald Trump, le 19 novembre 2019 à Washington ( Andrew CABALLERO-REYNOLDS / AFP )

Les républicains ont cherché mardi à discréditer un témoin-clé de l'enquête en destitution contre Donald Trump, un officier américain né à Kiev et conseiller à la Maison Blanche, qui avait alerté sa hiérarchie après avoir entendu le président demander à l'Ukraine d'enquêter sur un de ses rivaux.

Le lieutenant-colonel Alexander Vindman a témoigné publiquement au Congrès à la veille de l'audition très attendue d'un proche de Donald Trump qui pourrait livrer des éléments décisifs pour l'enquête.

Les élus républicains l'ont malmené à plusieurs reprises, mettant en cause sa loyauté envers le président et les Etats-Unis. M. Vindman, membre du Conseil de sécurité nationale à la Maison Blanche, a rétorqué n'avoir fait que "son devoir" en signalant un échange "inapproprié" entre Donald Trump et son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky, le 25 juillet.

Lors de cet appel, le président américain a demandé à son interlocuteur d'enquêter sur Joe Biden, bien placé pour l'affronter lors de la présidentielle de 2020.

Procédure de destitution américaine
Procédure de destitution américaine ( Gal ROMA / AFP )

Depuis que cet échange a été rendu public, suite à l'intervention d'un lanceur d'alerte, les démocrates accusent Donald Trump d'abus de pouvoir et cherchent à déterminer s'il a gelé une aide militaire pour faire pression sur Kiev.

Le magnat de l'immobilier se dit victime d'une "chasse aux sorcières" et martèle que son appel était "parfait". Mardi, il a souligné "ne pas connaître" M. Vindman.

En pleine audition, la Maison Blanche a mis en doute, sur son compte Twitter, le "discernement" de M. Vindman. Les élus républicains ont également avancé que certains de ses collègues le soupçonnaient d'avoir fait fuiter des informations.

M. Vindman, qui a quitté enfant l'Union soviétique, a reconnu que les Ukrainiens lui avaient proposé de devenir leur ministre de la Défense, mais a assuré avoir immédiatement refusé. Il a contrecarré les critiques républicaines en lisant une évaluation dithyrambique de son travail, et a juré être "non partisan".

"Empêcher les fuites"

Une manifestante en faveur de la destitution de Donald Trump tient une pancarte à la sortie du lieutenant-colonel Alexander Vindman, témoin devant le Congrès dans l'enquête visant le président américain, le 19 novembre 2019 à Washington
Une manifestante en faveur de la destitution de Donald Trump tient une pancarte à la sortie du lieutenant-colonel Alexander Vindman, témoin devant le Congrès dans l'enquête visant le président américain, le 19 novembre 2019 à Washington ( Olivier Douliery / AFP )

Outre M. Vindman, trois autres hauts responsables ont été entendus mardi devant la commission du Renseignement de la Chambre des représentants, qui supervise les investigations.

Les républicains se sont montrés beaucoup plus cléments envers deux témoins qu'ils avaient demandé à entendre: l'ancien émissaire américain en Ukraine Kurt Volker, et le supérieur de M. Vindman au Conseil de sécurité nationale, Tim Morrison.

Les deux hommes ont fourni des déclarations qui pourraient aider le président. "Je n'ai jamais eu l'impression d'être impliqué dans une forme de corruption", a ainsi déclaré M. Volker, alors que les démocrates pourrait retenir ce chef d'accusation contre Donald Trump.

M. Morrison, qui avait écouté l'appel du 25 juillet en direct, a de son côté assuré qu'il avait demandé de le conserver selon une procédure spécifique pour "empêcher les fuites". "Est-ce que quelque chose vous a alarmé dans cet appel"? lui a demandé un juriste employé par les républicains. "Non", a-t-il répondu après une pause.

L'ancien émissaire américain en Ukraine, Kurt Volker et un responsable du Conseil de sécurité nationale, Tim Morrison, devant le Congrès, le 19 novembre 2019 à Washington
L'ancien émissaire américain en Ukraine, Kurt Volker et un responsable du Conseil de sécurité nationale, Tim Morrison, devant le Congrès, le 19 novembre 2019 à Washington ( Andrew CABALLERO-REYNOLDS / AFP )

Malgré leur prudence, les deux hommes ont tout de même confirmé plusieurs éléments troublants.

M. Volker a ainsi redit avoir travaillé avec les Ukrainiens pour qu'ils s'engagent publiquement à enquêter sur Burisma, l'entreprise qui employait le fils de Joe Biden, Hunter, afin d'obtenir une invitation à la Maison Blanche pour leur président. Le projet de communiqué avait toutefois été abandonné en août.

Pas de souvenir

L'ambassadeur américain auprès de l'Union européenne Gordon Sondland, le 17 octobre 2019 à Washington
L'ambassadeur américain auprès de l'Union européenne Gordon Sondland, le 17 octobre 2019 à Washington ( Olivier Douliery / AFP )

M. Morrison a de son côté déclaré que l'ambassadeur américain auprès de l'Union européenne, Gordon Sondland, avait dit en septembre aux Ukrainiens que les 400 millions de dollars d'aide militaire seraient dégelés s'ils annonçaient une enquête sur Joe Biden.

M. Sondland, un riche homme d'affaires nommé ambassadeur après avoir donné un million de dollars au comité d'investiture de Donald Trump, intéresse donc beaucoup les démocrates.

Mercredi, il doit à son tour témoigner au Congrès. Lors de son interrogatoire à huis clos, il avait d'abord nié que l'aide militaire ait servi à faire pression sur le gouvernement ukrainien. Contredit par d'autres témoins, il s'était ensuite "souvenu en avoir parlé, en aparté" avec un conseiller du président ukrainien.

A une centaine de reprises, il avait déclaré "ne pas se rappeler" d'appels ou de réunions mentionnés par d'autres.

S'il a retrouvé la mémoire, M. Sondland pourrait alimenter le dossier de mise en accusation du président à la Chambre des représentants (impeachment). Il restera ensuite au Sénat de le juger. Compte-tenu de la majorité républicaine dans cette enceinte, Donald Trump devrait échapper à une destitution.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 06/12/2019

Le groupe chinois Dongfgeng pourrait réduire sa part de façon à abaisser sa présence dans la future entité PSA-Fiat Chrysler, selon des sources citées par 'Reuters'.

Publié le 06/12/2019

Le chiffre d'affaires de Moulinvest s'établit à 64 ME au titre de l'exercice 2018-2019 contre 61,3 ME sur l'exercice précédent...

Publié le 06/12/2019

Tessi, spécialiste français des Business Process Services, a annoncé vendredi avoir achevé une augmentation de capital avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant brut de…

Publié le 06/12/2019

Elior Group a annoncé avoir procédé à l’annulation de près de 4,27 millions de ses propres actions, représentant 2,39% de son capital social. La décision d’annulation des titres…

Publié le 06/12/2019

"Ces opérations contribueront à renforcer à la fois le potentiel de croissance du résultat par action", assure le management d'Elior...