En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 372.31 PTS
-
5 376.00
-
SBF 120 PTS
4 310.01
-
DAX PTS
12 695.16
-
Dowjones PTS
24 657.80
-0.17 %
7 280.70
+0.73 %
Nikkei PTS
22 585.44
+0.13 %

Libye: la France va créer "dès cet été" des centres d'examen, annonce Macron

| AFP | 385 | Aucun vote sur cette news
Des migrants dans une base navale de Tripoli, après avoir été secourrus par les garde-côtes libyens, le 24 juillet 2017
Des migrants dans une base navale de Tripoli, après avoir été secourrus par les garde-côtes libyens, le 24 juillet 2017 ( MAHMUD TURKIA / AFP/Archives )

La France compte "créer dès cet été en Libye des hotspots", des centres d'examen pour les candidats à l'asile, a annoncé le président Emmanuel Macron jeudi, en marge d'une visite d'un centre d'hébergement de réfugiés à Orléans (Loiret).

"L'idée est de créer en Libye des hotspots afin d'éviter aux gens de prendre des risques fous, alors qu'ils ne sont pas tous éligibles à l'asile. Les gens, on va aller les chercher. Je compte le faire dès cet été" avec ou sans l'Europe, a-t-il ajouté.

"Je veux envoyer des missions de l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides) dans les hotspots italiens et je suis prêt à en envoyer en Libye", a-t-il précisé, évoquant aussi la possibilité de créer de tels centres au Niger.

"Les autres pays européens sont très réticents, on essaiera de le faire avec l'Europe, mais nous la France on le fera", a-t-il ajouté.

"Il faut cependant que les conditions de sécurité soient réunies, aujourd'hui elles ne le sont pas", a nuancé l'Elysée, expliquant que "le but est d’assurer un pré-traitement des demandes, plutôt que de laisser les gens traverser la Méditerranée au risque de leur vie".

"On a entre 800.000 et un million de personnes en Libye, dans des camps, des hangars, ça ne relève même pas de l’humanité minimale", a encore dit le président, soulignant la nécessité de "stabiliser la Libye".

Emmanuel Macron était venu rencontrer dans un centre d'hébergement provisoire (CPH) deux familles qui ont obtenu il y a quelques mois le statut de réfugiés, l'une venue d'Alep, en Syrie, l'autre venue de Brazzaville, au Congo.

Il est resté une heure et demie pour discuter avec les familles, tenant dans les bras le bébé d'une des jeunes femmes aleppine, les interrogeant sur leur parcours et leur projet.

Il en a profité pour réaffirmé avec force la distinction qu'il veut souligner entre les demandeurs d'asile et les migrants économiques.

"Il n'existe pas le pays qui peut accueillir tous les migrants économiques", a-t-il déclaré, après avoir assisté à une cérémonie de naturalisation de trois personnes dans la préfecture d'Orléans.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/06/2018

Au cumul de 5 mois à fin mai, le chiffre d'affaires global a progressé de +1.8% à périmètre comparable...

Publié le 20/06/2018

931,5 kE de bénéfices en 2017...

Publié le 20/06/2018

Retour d'Assemblée générale Frey...

Publié le 20/06/2018

"Nous souhaitions nous rapprocher d'un industriel partageant nos valeurs"...

Publié le 20/06/2018

Communiqué de presse - 20 juin 2018       La société Autolib' conteste vigoureusement les allégations contenues dans le communiqué du Syndicat…