En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 053.31 PTS
-
5 061.50
-
SBF 120 PTS
4 049.60
-
DAX PTS
11 524.34
-
Dowjones PTS
25 317.41
-0.50 %
7 141.21
+0.48 %
1.146
-0.03 %

Arrêt des soins d'une adolescente de 14 ans: le Conseil d'Etat saisi par les parents

| AFP | 722 | Aucun vote sur cette news
Le Centre Hospitalier Universitaire de Nancy-Brabois à Vandoeuvre, le 04 août 2004
Le Centre Hospitalier Universitaire de Nancy-Brabois à Vandoeuvre, le 04 août 2004 ( JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP/Archives )

Le Conseil d’État a examiné jeudi le cas d'une adolescente de 14 ans, dans un état végétatif depuis juin, et que les médecins de l'hôpital de Nancy souhaitent laisser mourir contre l'avis des parents.

Le père et la mère de l'adolescente, prénommée Inès, ont saisi en référé (procédure d'urgence) la plus haute juridiction administrative pour s'opposer à la décision du tribunal administratif de Nancy qui, le 7 décembre, a validé l'avis exprimé fin juillet par les médecins au terme d'une procédure collégiale.

"C'est un cas douloureux, difficile", a souligné le président Bernard Stirn en début d'audience à l'adresse des parents et de leur deux autres enfants présents dans la salle, mais aussi des avocats de la famille et de l'hôpital et du médecin qui coordonne les soins donnés à la jeune fille.

Inès souffre d'une maladie neuromusculaire auto-immune. Elle est hospitalisée depuis juin au CHRU de Nancy à la suite d'une crise cardiaque. Après des soins, les médecins ont jugé son cas sans espoir et ont lancé une procédure visant à l'arrêt des traitements, conformément à la loi de 2016 sur la fin de vie.

Devant le tribunal administratif, trois experts avaient estimé que "l'enfant n'aura plus jamais la capacité d'établir le moindre contact" avec ses proches, mais les parents de l'enfant veulent encore y croire.

"Il n'est pas certain qu'elle ne puisse pas se réveiller. Son père, sa soeur, son frère sont contre, on ne peut passer outre l'accord des parents", a martelé jeudi devant le Conseil d’État la mère pour qui, selon ses convictions religieuses, donner son accord à la décision des médecins serait "un crime".

Son avocat a estimé que le consentement des parents avait une valeur supérieure à l'avis des médecins.

Face aux parents, le médecin a confié son malaise face à la responsabilité qui lui incombe: "C'est terrible, je suis médecin mais je suis aussi un homme, un père, c'est une situation douloureuse, je vis quotidiennement avec les parents, c'est terrible pour nous de prendre un telle décision", a-t-il ajouté. "Notre seul but, c'est l'intérêt supérieur de l'enfant", a-t-il plaidé.

"Les experts concordants ont estimé qu'une obstination serait déraisonnable. Je ne suis pas devin mais les données actuelles de la science ne laissent pas d'espoir", a-t-il tenté d'expliquer aux parents sceptiques.

A l'audience, les parents ont pour la première fois accepté la demande des médecins qui souhaitaient pratiquer une trachéotomie et une gastrotomie pour faciliter la ventilation et l'alimentation de la jeune fille. Ils y ont vu une source d'espoir avant d'être ramenés à la réalité par le médecin.

"On ne sait pas combien de temps va durer la procédure: 2, 4 6 mois... Ces opérations sont dans l'intérêt de l'enfant mais c'est un épiphénomène qui ne remettra pas en cause notre décision", a-t-il précisé.

Auparavant le président Stirn avait espéré que ces opérations, prévues la semaine prochaine, pourraient être une occasion pour la famille et le médecin de renouer un dialogue, même si ce dernier assure qu'il n'a jamais été rompu.

La crainte étant pour les magistrats de voir cette affaire s'éterniser dans des batailles judiciaires comme pour Vincent Lambert, hospitalisé depuis neuf ans après qu'un accident de la route l'a plongé dans un état végétatif, sans espoir d'amélioration, selon les médecins.

Le Conseil d’État pourrait rendre sa décision dans les 48 heures.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

Les Différents Types d'Ordre de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/10/2018

Un total de 721 patients a été recruté. L'analyse finale interviendra en 2019...

Publié le 22/10/2018

"Le chemin d'ici 2020 ne sera pas linéaire. Nous continuons à renforcer notre modèle économique pour accélérer au cours de 2019 et en 2020, vers nos objectifs"...

Publié le 22/10/2018

    WORLDLINE SA Société Anonyme au capital de 90.746.112,88 euros Siège social : River Ouest - 80 Quai Voltaire - 95870 BEZONS 323 623 603 RCS…

Publié le 22/10/2018

  Communiqué de Presse     Renforcement de GEMMES VENTURE au capital de CROSSJECT par conversion d'obligations convertibles     Dijon, le 22…

Publié le 22/10/2018

ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 478 836 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY 393 376 801 R.C.S.…