En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 144.95 PTS
-0.54 %
5 146.00
-0.49 %
SBF 120 PTS
4 125.05
-0.39 %
DAX PTS
11 725.57
-0.43 %
Dowjones PTS
25 624.15
-0.68 %
7 249.93
-0.36 %
1.154
-0.28 %

Arbitrage du Crédit Lyonnais: la justice ordonne un procès pénal pour Tapie

| AFP | 379 | Aucun vote sur cette news
L'homme d'affaires français Bernard Tapie, à Marseille, le 15 novembre 2013
L'homme d'affaires français Bernard Tapie, à Marseille, le 15 novembre 2013 ( BORIS HORVAT / AFP/Archives )

Neuf ans après s'être vu accorder un peu plus de 400 millions d'euros, l'homme d'affaires Bernard Tapie a été renvoyé en correctionnelle pour "escroquerie" et "détournement de fonds publics", dans l'affaire de l'arbitrage controversé qui devait solder son litige avec le Crédit lyonnais.

L'ancien patron de l'Olympique de Marseille, qui lutte contre un cancer de l'estomac, doit être jugé avec cinq autres protagonistes, dont l'actuel patron d'Orange et ex-directeur de cabinet de la ministre de l'Economie Christine Lagarde, Stéphane Richard.

Comparaîtront également un avocat de M. Tapie, Me Maurice Lantourne, l'un des trois arbitres ayant rendu l'arbitrage contesté, Pierre Estoup, ainsi que les anciens dirigeants des entités chargées de gérer le passif du Crédit Lyonnais, le Consortium de réalisation (CDR) et l'Établissement public de financement et de restructuration, François Rocchi et Bernard Scemama.

Ces cinq co-prévenus ont été renvoyés pour "complicité de détournement de fonds publics" et pour "escroquerie", soit en tant qu'auteur, soit en tant que complice.

S'y ajoutent pour M. Estoup le chef de "faux", pour avoir signé une déclaration d'indépendance vis-à-vis des parties malgré des liens antérieurs avec M. Tapie, et pour M. Rocchi celui d'"usage abusif des pouvoirs sociaux par un dirigeant de société anonyme" pour avoir notamment agi "délibérément et de manière systématique et clandestine dans le sens des intérêts" de l'homme d'affaires, selon l'ordonnance des juges Serge Tournaire et Claire Thepaut, dont l'AFP a eu connaissance.

Dans ce document, daté du 18 décembre, les juges ont globalement suivi les réquisitions prises par le parquet de Paris en mars, sans retenir cependant la circonstance aggravante de "bande organisée".

Il y est aussi reproché à Bernard Tapie d'avoir activé "de façon incessante ses soutiens politiques" afin de substituer un arbitrage à la procédure judiciaire alors en cours pour régler son litige, d'avoir obtenu grâce à Me Lantourne la désignation comme arbitre de Pierre Estoup "qu'il savait acquis à ses intérêts" ou encore d'avoir "activ(é) à nouveau ses soutiens pour obtenir le renoncement du CDR à former un recours contre la sentence".

Joint par l'AFP, Bernard Tapie n'a pas souhaité réagir. "Enfin nous y voilà ! A l'audience, on verra la vérité sur le fond - qui est le voleur, qui est le volé", a déclaré son avocat, Hervé Témime, qui dénonce une instruction "exclusivement à charge". "J'attends ce procès avec joie et gourmandise", a-t-il ajouté.

Ce renvoi est "un non-évènement dans le calendrier judiciaire", a commenté un porte-parole de Stéphane Richard, soulignant que le passage du motif d'"escroquerie en bande organisée" à "complicité d'escroquerie" était "une étape très importante dans la démonstration de son innocence".

"Cette ordonnance correspond à la vision que le CDR a du dossier", s'est félicité Benoît Chabert, son avocat.

- La "négligence" de Lagarde -

Chronologie de l'affaire Tapie-Crédit Lyonnais depuis 1990
Chronologie de l'affaire Tapie-Crédit Lyonnais depuis 1990 ( Sabrina BLANCHARD, Thomas SAINT-CRICQ / AFP )

La perspective d'un procès au pénal s'était rapprochée fin octobre, lorsque les derniers recours déposés par M. Tapie avaient été rejetés par la justice, dans ce contentieux tentaculaire qui occupe les prétoires depuis plus de 20 ans.

En 2008, Bernard Tapie s'était vu octroyer environ 403 millions d'euros, dont 45 millions au titre du préjudice moral, grâce à cet arbitrage, une sentence privée utilisée pour régler son litige avec le Crédit lyonnais concernant la vente d'Adidas en 1994.

Celui-ci a été annulé au civil pour "fraude" et l'homme d'affaires a été condamné en mai à rembourser les sommes perçues.

Quelques semaines plus tard, la justice a approuvé son plan de sauvegarde, rendant les actifs des sociétés Groupe Bernard Tapie (GBT) et Financière Bernard Tapie (FIBT), inaccessibles aux créanciers. Le parquet a fait appel.

La décision du juge des saisies dans cette procédure est attendue prochainement.

Fin 2016, l'ancienne ministre de l'Economie au moment de l'arbitrage, Christine Lagarde avait été déclarée coupable de "négligence" mais dispensée de peine par la Cour de justice de la République, seule habilitée à juger les ministres pour l'exercice de leurs fonctions.

Il était reproché à l'actuelle directrice générale du Fonds monétaire international de ne pas avoir formé de recours contre cet arbitrage défavorable à l'Etat.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/10/2018

  En associant un élément de sécurité matériel et une technologie NFC propriétaire, le circuit intégré STPay-Boost atteint des performances sans contact…

Publié le 17/10/2018

La signature de ce contrat entre les deux groupes est qualifiée de "historique" par Thierry Ehrmann...

Publié le 17/10/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 17/10/2018

Les deux organisations collaboreront de manière rapprochée pour lutter contre les menaces de cybersécurité Mons, 17 octobre, 2018 - Atos, leader international de la transformation…

Publié le 17/10/2018

(La reprise de cotation a été demandée à Euronext pour l'ouverture de la séance du jeudi 18 octobre 2018.) Après sept années de travail en commun,…