En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 451.59 PTS
-
5 457.0
-
SBF 120 PTS
4 365.94
-
DAX PTS
12 326.48
-
Dowjones PTS
26 656.98
+0.95 %
7 569.03
+1.05 %
1.178
+0.05 %

Emues et fières, des Saoudiennes au volant après la levée historique de l'interdiction

| AFP | 486 | Aucun vote sur cette news
Une Saoudienne au volant de sa voiture avec des amies, le 24 juin 2018 à Khobar, le jour de la levée de l'interdiction aux femmes de conduire
Une Saoudienne au volant de sa voiture avec des amies, le 24 juin 2018 à Khobar, le jour de la levée de l'interdiction aux femmes de conduire ( HUSSAIN RADWAN / AFP )

L'interdiction faite aux femmes de conduire, en vigueur depuis des décennies en Arabie saoudite, a été levée dimanche, et des conductrices, émues et fières, ont aussitôt commencé à circuler dans Ryad et l'ensemble du pays, évoquant un sentiment de liberté, même si de lourdes discriminations persistent.

L'interdit, unique au monde, a été levée dimanche à 00H00 locales. La réforme est historique à l'échelle de ce royaume ultraconservateur de 32 millions d'habitants.

Aussitôt après, des femmes ont commencé dans la nuit à sillonner au volant les avenues éclairées de la capitale Ryad et d'autres villes, certaines la stéréo de leur véhicule à fond.

"C'est un événement historique pour chaque Saoudienne", a déclaré Sabika al-Dosari, une présentatrice de la télévision saoudienne, avant de traverser la frontière avec Bahreïn à bord d'une berline.

"Je me sens libre comme un oiseau", a dit à l'AFP Samar Almogren, animatrice TV au volant de son véhicule dans Ryad.

"C'est une grande réussite", a également commenté le milliardaire Al-Walid ben Talal, dans une vidéo postée sur Twitter où l'on voit sa fille Reem en train de conduire un 4x4 tandis que ses petites-filles applaudissent sur la banquette arrière.

- "Sentiment de justice" -

Sabika al-Dosari, présentatrice de la télévision saoudienne, au volant de sa voiture, le 24 juin 2018 à Khobar, le jour de la levée de l'interdiction aux femmes de conduire
Sabika al-Dosari, présentatrice de la télévision saoudienne, au volant de sa voiture, le 24 juin 2018 à Khobar, le jour de la levée de l'interdiction aux femmes de conduire ( HUSSAIN RADWAN / AFP )

Annoncé en septembre 2017, ce changement inspiré par le prince héritier Mohammed ben Salmane fait partie d'un vaste plan de modernisation du riche pays pétrolier. L'interdiction de conduire était devenue le symbole du statut inférieur des Saoudiennes, décrié à travers le monde.

"C'est un pas important et une étape essentielle pour la mobilité des femmes", a commenté Hana al-Khamri, auteure d'un livre à paraître sur les femmes dans le journalisme en Arabie saoudite.

"Les femmes en Arabie saoudite vivent dans un système patriarcal. Leur donner le volant aidera à défier les normes sociales et de genre qui entravent la mobilité, l'autonomie et l'indépendance", estime-t-elle.

Pour beaucoup de femmes, saoudiennes ou expatriées, cette mesure permettra de réduire leur dépendance à l'égard des chauffeurs privés ou des hommes de leurs famille, entraînant du même coup des économies financières.

L'Arabie saoudite et l'égalité des sexes
L'Arabie saoudite et l'égalité des sexes ( Gal ROMA / AFP )

"C'est un soulagement", a déclaré à l'AFP Najah al-Otaibi, analyste au centre de réflexion pro-saoudien Arabia Foundation.

"Les Saoudiennes éprouvent un sentiment de justice. Pendant longtemps, elles se sont vu refuser un droit fondamental qui les a maintenues confinées et dépendantes des hommes, rendant impossible une vie normale", explique-t-elle.

- Impact économique -

Au moins 120.000 femmes ont déposé des demandes de permis, a indiqué le porte-parole du ministère de l'Intérieur, sans spécifier combien de licences ont déjà été délivrées.

Certaines femmes ont en effet échangé leur permis étranger contre un permis saoudien, après avoir passé un test.

D'ici 2020, quelque trois millions de femmes pourraient se voir attribuer un permis et commencer à conduire, selon le cabinet de consultants PricewaterhouseCoopers.

Une Saoudienne au volant de sa voiture avec des amies, le 24 juin 2018 à Khobar, le jour de la levée de l'interdiction aux femmes de conduire
Une Saoudienne au volant de sa voiture avec des amies, le 24 juin 2018 à Khobar, le jour de la levée de l'interdiction aux femmes de conduire ( HUSSAIN RADWAN / AFP )

Des auto-écoles pour femmes ont vu le jour. Certaines Saoudiennes apprennent même à dompter des motos Harley Davidson, dans des scènes inimaginables il y a encore un an.

Pendant des décennies, les conservateurs se sont servis d'interprétations rigoristes de l'islam pour justifier l'interdiction de conduire, certains allant même jusqu'à dire que les femmes ne sont pas assez intelligentes pour être au volant.

Dimanche, le Comité des grands oulémas, la plus haute instance religieuse du pays, a réitéré sur Twitter son soutien à la conduite des femmes, assurant que cette décision était en conformité avec les préceptes islamiques.

Sur le plan économique, les retombées peuvent être bénéfiques, selon des experts. La levée de l'interdiction devrait stimuler l'emploi des femmes, et, selon une estimation de Bloomberg, ajouter 90 milliards de dollars à l'économie d'ici à 2030.

Une palestinienne vivant à Ryad s'entraîne sur un simulateur de conduite le 24 juin 2018, jour de la levée de l'interdiction de conduire des femmes
Une palestinienne vivant à Ryad s'entraîne sur un simulateur de conduite le 24 juin 2018, jour de la levée de l'interdiction de conduire des femmes ( FAYEZ NURELDINE / AFP )

Mais nombre de femmes craignent de rester la cible des conservateurs dans un pays où les hommes gardent le statut de "tuteurs" et décident à leur place.

En effet, les Saoudiennes doivent sortir voilées et restent soumises à de strictes restrictions: elles ne peuvent ni voyager, ni étudier, ni travailler sans l'autorisation de leur mari ou d'un homme de leur famille, ni manger seules dans un restaurant.

Le gouvernement a récemment pris des mesures contre les abus masculins en punissant le harcèlement sexuel de cinq ans d'emprisonnement et d'une amende de 300.000 rials (69.000 euros).

Le célèbre chanteur saoudien, Mohammed Abdou, a lui demandé à "tous les hommes d'être plaisants avec les femmes" au volant, dans une vidéo mise en ligne dimanche.

- Répression -

Sous l'impulsion du prince Mohammed, devenu héritier du trône il y a un an, le pays a aussi autorisé l'ouverture des salles de cinéma et les concerts mixtes.

Mais l'enthousiasme créé par l'annonce des réformes est entaché par une répression contre les militantes qui se sont entre autres longtemps opposées à l'interdiction de conduire.

Selon les autorités, sur 17 personnes dernièrement arrêtées, neuf sont toujours en prison. Elles sont accusées d'avoir porté atteinte à la sécurité du royaume et d'avoir aidé les "ennemis" de l'Etat saoudien.

Des journaux progouvernementaux ont publié à la Une des photos de certaines d'entre elles, accompagnées du mot "Traîtres".

Human Rights Watch (HRW) a indiqué cette semaine que deux autres militantes, Nouf Abdelaziz et Maya al-Zahrani, avaient été arrêtées, dénonçant "une vague incessante de répression".

"La jubilation, la confiance et la fierté exprimées par les Saoudiennes qui conduisent pour la première fois dans leur pays, sans crainte d'être arrêtées, m'ont fait pleurer", a tweeté la militante Hala al-Dosari, tout en faisant l'éloge des militants emprisonnés.

"Je suis heureuse et soulagée (...), les filles saoudiennes vivront un peu plus libres que leurs mères".

bur-abh-ac-mh/hj/nbz

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/09/2018

Le résultat opérationnel du premier semestre 2018 de Soft Computing s'élève à 1...

Publié le 20/09/2018

Comme publié précédemment, Mauna Kea a enregistré une baisse de son chiffre d'affaires de 18% à 2,707 ME, principalement imputable au T1, mais avec...

Publié le 20/09/2018

Kerlink, spécialiste et leader mondial des réseaux et solutions dédiés à l'Internet des Objets (IoT), annonce aujourd'hui que la société a été choisie...

Publié le 20/09/2018

Au 1er semestre 2018, Alpha MOS a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 1,6 ME en baisse de (0,5) ME par rapport à la même période de l'année...

Publié le 20/09/2018

Balyo annonce le recrutement d'un Directeur Industriel et le déploiement d'un plan de recrutement ambitieux pour accompagner sa croissance...