En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 025.20 PTS
-0.17 %
5 026.5
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 013.27
-0.22 %
DAX PTS
11 341.00
-0.11 %
Dowjones PTS
25 413.22
+0.49 %
6 867.02
-0.34 %
1.142
+0.00 %

Aquarius: la France veut prouver que la solidarité peut marcher en Europe

| AFP | 365 | Aucun vote sur cette news
Des réfugiés du navire humanitaire Aquarius arrivent à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, au nord de Paris, le 30 août 2018
Des réfugiés du navire humanitaire Aquarius arrivent à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, au nord de Paris, le 30 août 2018 ( ALAIN JOCARD / AFP )

La France, qui a accueilli jeudi un nouveau groupe de réfugiés de l'Aquarius, veut faire la preuve que la solidarité avec les pays d'arrivée des migrants peut marcher en Europe, même s'il n'est pas question d'ouvrir les ports français aux navires humanitaires.

Deux semaines après avoir débarqué à Malte, les 59 réfugiés sont arrivés jeudi à l'aéroport de Roissy (région parisienne) par charter et ont immédiatement rejoint des centres d'accueil dans des régions françaises.

Cette opération est la cinquième depuis juin, lorsque le navire humanitaire Aquarius avait erré une semaine en Méditerranée après le refus du ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini de le laisser accoster. Une dizaine de pays ont accepté depuis de se répartir une partie des migrants arrivés dans des ports méditerranéens, dont 260 en France.

Mais il s'agit d'accords au cas par cas et le bras de fer se poursuit en Europe.

Pour débloquer la situation, Paris plaide pour un "mécanisme européen pérenne" de répartition. "L'idée est de ne pas rester à onze ou douze mais d'avoir de plus en plus de pays qui participent", a indiqué la présidence française la semaine dernière.

L'opération de jeudi vient "illustrer ce mécanisme", consistant en "un système de prise en charge des réfugiés à l'arrivée dans les ports du sud de l'Europe", explique Pascal Brice, le directeur général de l'Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides).

le navire humanitaire Aquarius à Malte, le 15 août 2018
le navire humanitaire Aquarius à Malte, le 15 août 2018 ( Matthew Mirabelli / AFP/Archives )

Dans cette démarche, Paris entend jouer un rôle moteur, à la fois dans les négociations et l'application des accords de répartition, en étant le premier à mettre en oeuvre les engagements pris - les réfugiés de l'Aquarius sont arrivés en France deux semaines après le débarquement à Malte.

Alors que l'Italie se plaint amèrement d'avoir été, pendant la crise migratoire de 2015-2016, laissée seule face aux arrivées par ses voisins européens et notamment par Paris, il s'agit de montrer que les enseignements du passé ont été tirés.

- "Contradiction" -

Le mécanisme défendu par la France découle de l'accord qu'elle a poussé au sommet européen du 28 juin, autour du principe de "centres contrôlés" où une distinction serait faite "rapidement" entre migrants irréguliers d'une part, et demandeurs d'asile à répartir dans l'Union européenne (UE) "sur une base volontaire" d'autre part.

Le président français Emmanuel Macron lors de sa visite officielle à Helsinki, en Finlande, le 30 août 2018
Le président français Emmanuel Macron lors de sa visite officielle à Helsinki, en Finlande, le 30 août 2018 ( Jacques Witt / AFP )

"Les personnes ne relevant pas du droit au séjour doivent être reconduites", ajoute M. Brice, en soulignant la nécessité d'"aider les pays d'arrivée" dans cette tâche.

Car expulser est compliqué. Ne pas le faire alimente les discours populistes. Ce volet délicat des déboutés "est d'ailleurs la raison pour laquelle la France refuse d'accepter elle-même des débarquements", estime Pierre Henry, le patron de l'association France terre d'asile.

Le président français Emmanuel Macron l'a dit fin juin: "la France n'ouvrira pas de centres de ce type car elle n'est pas un pays de première entrée". Le droit de la mer prévoit en effet que les navires doivent débarquer dans le "port sûr le plus proche", ce qui place en première ligne l'Espagne, la Grèce et l'Italie.

Rome a défendu jeudi auprès de ses partenaires l'idée d'une rotation des ports européens d'accueil des migrants secourus dans le cadre de la mission Sophia.

Mais pour M. Henry, la position française semble difficilement tenable: "la France doit montrer l'exemple, si elle ne le fait pas on est dans une impasse et on laisse Salvini dicter le dossier à l'ensemble de l'Europe".

Il y a là une "contradiction", abonde Jérôme Fourquet, de l'Institut français d'opinion publique (Ifop), qui souligne qu'"on fait la leçon à Salvini mais on est bien content que la géographie ait placé les côtes françaises en deuxième ligne".

Le sujet est clivant, à l'approche des élections européennes de 2019.

"L'opinion française reste majoritairement opposée à l'accueil", souligne M. Fourquet: mi-août, 41% seulement des personnes sondées par l'Ifop étaient favorables à l'idée d'accepter l'Aquarius.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/11/2018

 CRÉDIT AGRICOLE S.A.   Société anonyme au capital de 8 559 311 468 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex France 784608416…

Publié le 16/11/2018

    Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social Monthly information relating to the total number of…

Publié le 16/11/2018

    CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 167 886 006,48 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 Saint-Etienne 554 501 171 R.C.S.…

Publié le 16/11/2018

  Raison sociale de l'émetteur : Société Générale S.A. - SA au capital de 1 009 897 173,75…

Publié le 16/11/2018

TIVOLY Société Anonyme au capital de 11 079 900 euros Siège Social : 266 route Portes de Tarentaise - 73790 Tours-en-Savoie R.C.S. Chambéry : 076 120 021   Communiqué de…