En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 057.07 PTS
-0.47 %
6 052.00
-0.55 %
SBF 120 PTS
4 788.79
-0.51 %
DAX PTS
13 675.02
-0.79 %
Dow Jones PTS
29 398.08
-0.09 %
9 623.58
+0. %
1.082
-0.17 %

Après un discours clivant, Trump se prépare à l'acquittement

| AFP | 1900 | 3 par 2 internautes
La cheffe des démocrates au Congrès, Nancy Pelosi, déchire le discours de Donald Trump lors de son discours sur l'état de l'Union à Washington, le 4 février 2020
La cheffe des démocrates au Congrès, Nancy Pelosi, déchire le discours de Donald Trump lors de son discours sur l'état de l'Union à Washington, le 4 février 2020 ( MANDEL NGAN / AFP )

Au lendemain d'un discours aux accents triomphants devant le Congrès, Donald Trump se préparait mercredi à un acquittement annoncé, épilogue d'une procédure de destitution qui a divisé l'Amérique mais n'a pas fait vaciller sa base électorale.

Si sa mise en accusation pour abus de pouvoir restera une tache indélébile sur son mandat, ce dénouement attendu souligne combien il peut compter sur un parti républicain aux ordres, un atout de taille à neuf mois d'une élection où il briguera un deuxième mandat.

Le suspense est quasi-nul: la Constitution des Etats-Unis impose une majorité des deux tiers (67 sièges sur 100) pour le déclarer coupable et le milliardaire sait pouvoir compter sur le soutien sans faille d'au moins 52 des 53 sénateurs républicains.

Les démocrates réclament la destitution du 45e président des Etats-Unis pour avoir essayé de forcer l'Ukraine à "salir" son possible adversaire à la présidentielle Joe Biden, notamment en gelant une aide militaire cruciale pour ce pays en guerre.

Depuis que le scandale a éclaté, l'hôte de la Maison Blanche se dit victime d'une chasse aux sorcières orchestrée par ses adversaires qui n'auraient pas digéré sa victoire-surprise de 2016.

-49% d'opinions favorables -

Les procédures de destitution aux Etats-Unis
Les procédures de destitution aux Etats-Unis ( Gal ROMA / AFP )

La stratégie semble avoir, au moins pour partie, porté ses fruits.

Donald Trump traverse, de fait, une période plutôt favorable: selon le dernier sondage de l'institut Gallup, il enregistre 49% d'opinions favorables, un record depuis son arrivée au pouvoir.

Cerise sur le gâteau: les primaires de ses adversaires démocrates pour lui désigner un adversaire ont débuté lundi dans l'Iowa par un retentissant fiasco qui lui permet de rester sous la lumière des projecteurs, la position qu'il préfère.

Mardi soir, devant le Congrès réuni au grand complet, le milliardaire républicain a vanté ses résultats "incroyables".

La cheffe démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi tend la main au président Donald Trump qui ostensiblement évite de la lui serrer, le 4 février 2020 au Capitole, à Washington
La cheffe démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi tend la main au président Donald Trump qui ostensiblement évite de la lui serrer, le 4 février 2020 au Capitole, à Washington ( Olivier DOULIERY / AFP )

Dans l'hémicycle, la tension était palpable. Avant le discours, Donald Trump a ostensiblement évité de serrer la main que lui tendait la cheffe démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi. Et cette dernière, une fois l'allocution finie, a déchiré dans un geste spectaculaire sa copie du discours.

Clins d'oeil appuyés à son camp

"Contrairement à tant d'autres avant moi, je tiens mes promesses", a lancé Donald Trump, sans cesse coupé par les ovations debout et les "USA, USA" des républicains, tandis que dans l'autre moitié de l'hémicycle, l'opposition démocrate restait assise et le plus souvent de marbre.

Dans cette même Chambre des représentants qui l'a mis en accusation, il a brassé tous les thèmes de la campagne à venir pour le scrutin du 3 novembre: son "mur puissant" contre l'immigration venue du Mexique, son intention d'interdire l'avortement "tardif", et les accusations contre les candidats démocrates qui prônent selon lui une "mainmise socialiste sur notre système de santé".

Mais c'est surtout sur "la grande réussite économique" des Etats-Unis et le "boom des cols bleus" qu'il a mis l'accent, lors d'un discours sans annonce ni surprise. "Notre stratégie a marché", a-t-il martelé, en évoquant ses récents accords commerciaux avec la Chine, le Canada et le Mexique.

Le président américain (D) Donald Trump lors de son discours sur l'état de l'Union, devant le Congrès américain, à Washington, le 4 février 2020
Le président américain (D) Donald Trump lors de son discours sur l'état de l'Union, devant le Congrès américain, à Washington, le 4 février 2020 ( Brendan Smialowski / AFP )

Le président a aussi défendu sa politique étrangère, à l'instar de son soutien à l'opposant vénézuélien Juan Guaido, un de ses invités au Congrès, contre le "dictateur socialiste" Nicolas Maduro dont il a promis de "briser" la "tyrannie".

Dernier clin d'oeil appuyé à son camp, Donald Trump a enfin annoncé que Rush Limbaugh, animateur radio et figure de la sphère conservatrice qui vient de révéler qu'il souffrait d'un cancer du poumon, recevrait la "médaille de la Liberté". Elle lui a été remise, sous des applaudissements nourris, par la Première dame Melania Trump.

Boycott d'élus démocrates

A aucun moment, l'"impeachment" n'aura donc été évoqué. Le président, que de nombreux républicains invitaient à tourner vite la page, a donc fait profil bas sur ce point comme son lointain prédécesseur démocrate Bill Clinton lors de son grand discours annuel en 1999.

Mais l'ombre du procès, qui a marqué une rupture définitive entre les trumpistes et les démocrates, planait sur l'hémicycle.

Les élus de l'opposition se sont le plus souvent abstenus d'applaudir, alors que les précédents discours sur l'état de l'Union ont pu être scandés par davantage de parenthèses consensuelles.

Alexandria Ocasio-Cortez, benjamine du Congrès et figure montante de la gauche démocrate, fait partie des élus qui ont boycotté ce rendez-vous institutionnel pour ne pas "légitimer" un président qui ne respecte selon elle ni les lois ni la Constitution. D'autres sont partis en plein milieu, dénonçant ses "mensonges".

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/02/2020

CARREFOUR (+ 1,84% à 16,06 euros)Carrefour est soutenu par Goldman Sachs qui a relevé sa recommandation de Neutre à Acheter et son objectif de cours de 15,9 euros à 20 euros. Le bureau d'études…

Publié le 18/02/2020

Plus forte baisse de l'indice FTSE 100, HSBC (-(5,98% à 555,40 pence) est lesté par l'annonce d'une vaste restructuration, dont les coûts entraineront la suspension des rachats d'actions en 2020 et…

Publié le 18/02/2020

Walmart, le géant américain de la grande distribution, a déçu pour le quatrième trimestre fiscal...

Publié le 18/02/2020

EDF monte de 0,8% à 13,30 euros ce mardi, alors que le groupe a dévoilé la semaine passée des résultats annuels de bonne facture, portés par des...

Publié le 18/02/2020

Airbus se stabilise sur les 131 euros ce mardi après plusieurs séances de doute, alors que les Etats-Unis ont annoncé vendredi qu'ils allaient relever...