En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 095.07 PTS
-0.02 %
5 093.50
-0.02 %
SBF 120 PTS
4 073.02
-0.12 %
DAX PTS
11 614.16
+0.78 %
Dowjones PTS
25 334.57
-0.02 %
7 099.05
-0.81 %
1.158
+0.21 %

Après sa grâce, Fujimori demande "pardon" aux Péruviens

| AFP | 408 | Aucun vote sur cette news
L'ex-président péruvien Alberto Fujimori, le 30 septembre 2009 pendant son procès à Lima
L'ex-président péruvien Alberto Fujimori, le 30 septembre 2009 pendant son procès à Lima ( Raul Garcia / AFP/Archives )

Depuis son lit d'hôpital, l'ex-président péruvien Alberto Fujimori a demandé "pardon" pour les actes commis par son gouvernement (1990-2000), après la grâce controversée que lui a accordée le chef de l'Etat Pedro Pablo Kuczynski.

"Je reconnais que j'ai (...) déçu une partie de mes compatriotes. Je leur demande pardon du fond du coeur", a déclaré mardi M. Fujimori, 79 ans, dans une vidéo publiée sur Facebook.

Condamné à 25 ans de prison pour corruption et crimes contre l'humanité, l'ancien homme fort du Pérou, visiblement mal en point, est filmé sur son lit d'hôpital, blouse blanche et mains jointes sur le ventre, s'exprimant lentement et entouré d'appareils médicaux.

Dimanche, Pedro Pablo Kuczynski lui a accordé une grâce "humanitaire", alors qu'il s'était engagé durant sa campagne électorale de 2016 à ne pas le libérer.

Cette décision a provoqué une crise politique alors que le président venait jeudi d'éviter une destitution par le Parlement, après avoir reçu le soutien d'une partie du mouvement politique fondé par M. Fujimori, qui fait pourtant partie de l'opposition.

Alberto Fujimori
Alberto Fujimori ( Anella RETA / AFP )

Encore traumatisés par les abus commis dans les années 90, plus de 5.000 Péruviens ont manifesté lundi soir à Lima contre cette grâce, exigeant la démission de "PPK" (acronyme et surnom de Pedro Pablo Kuczynski), qu'ils accusent d'avoir négocié politiquement cette mesure.

Il s'en est aussitôt défendu: "nous ne devons pas permettre qu'Alberto Fujimori meure en prison, car la justice, ce n'est pas la vengeance", a-t-il déclaré dans un message à la nation lundi soir.

"Cela a été la décision la plus difficile à prendre de ma vie", a assuré le président de centre droit, lui aussi âgé de 79 ans.

Président de 1990 à 2000, Alberto Fujimori, d'origine japonaise, purgeait depuis 2005 une peine de 25 ans de prison pour corruption et crimes contre l'humanité pour avoir commandité l'assassinat de 25 personnes aux mains d'un escadron de la mort durant la guerre contre les guérilleros du Sentier lumineux (extrême gauche maoïste).

Hospitalisé samedi pour arythmie et tension artérielle basse, il a quitté les soins intensifs mardi. "Il y a une évolution favorable, il n'est pas soigné, il n'est pas totalement rétabli. Il ne peut pas encore sortir" de l'hôpital, a déclaré à l'AFP son médecin, Alejandro Aguinaga.

- Guzman malade lui aussi -

Abimael Guzman le 27 juin 2017 à Callao
Abimael Guzman le 27 juin 2017 à Callao ( Francisco MEDINA / PERUVIAN JUDICIARY/AFP/Archives )

Disant avoir été "surpris" par l'annonce de sa grâce, M. Fujimori a déclaré mardi avoir ressenti "un mélange de sentiments de grande joie et de chagrin".

Sa fille Keiko Fujimori, défaite de justesse face à M. Kuczynski en 2016 et à l'origine de la motion déposée pour le destituer, a salué "un grand jour pour ma famille et pour le fujimorisme. Enfin mon père est libre".

L'avocat du chef de la guérilla du Sentier Lumineux, Abimael Guzman, âgé de 83 ans, en a profité pour demander mardi la libération de son client, condamné à la perpétuité pour terrorisme. "Lui aussi a été condamné pour des faits de guerre interne et est malade", a justifié auprès de l'AFP Me Alfredo Crespo.

"Si vous, M. le président, graciez Fujimori sans suivre la procédure et sans l'avis d'une commission médicale impartiale, alors vous détournez cette procédure et vous piétinez le droit à la justice des proches" des victimes, a réagi Gisela Ortiz, sœur d'une victime de l'escadron de la mort, sur Twitter.

José Miguel Vivanco, directeur pour les Amériques de l'ONG Human Rights Watch, a lui aussi critiqué la mesure, sur Twitter: "L'idée restera pour toujours que sa libération a été une vulgaire négociation politique en échange du maintien de Pedro Pablo Kuczynski au pouvoir".

Le chef du bureau pour l'Amérique du sud du Haut commissaire de l'ONU au droits de l'homme, Amerigo Incalcaterra, a rappelé que la condamnation de Fujimori avait "marqué un tournant historique pour le Pérou et l'Amérique latine en matière de lutte contre l'impunité".

De nombreux analystes estiment que le geste de PPK pourrait se retourner contre lui.

"La parole du président a perdu toute sa valeur et il ne va plus être soutenu", a souligné l'expert politique Arturo Maldonado dans le journal El Comercio.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/10/2018

Muriel Benedetto Marmilloud travaillera aux côtés du Président Directeur Général, Olivier Jallabert...

Publié le 15/10/2018

  Notice sur les opérations de stabilisation   Paris, le 15 octobre 2018   Ne pas transmettre, diffuser, publier ou distribuer, directement ou indirectement aux États-Unis,…

Publié le 15/10/2018

Selon les analystes de Goldman Sachs, la demande chinoise de smartphones s'est détériorée ce qui pourrait peser sur les bénéfices de la firme à la pomme.

Publié le 15/10/2018

ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 478 836 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY 393 376 801 R.C.S.…

Publié le 15/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL ALPES…