En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 840.38 PTS
-0.15 %
4 840.50
-0.09 %
SBF 120 PTS
3 861.55
-0.17 %
DAX PTS
11 054.45
-0.32 %
Dowjones PTS
24 437.55
+0.14 %
6 629.56
-0.26 %
1.139
+0.22 %

Après le Conseil constitutionnel, l'aide aux migrants devant la Cour de cassation

| AFP | 250 | Aucun vote sur cette news
L'agriculteur et militant français Cédric Herrou devant le tribunal de Nice, le 22 octobre 2018
L'agriculteur et militant français Cédric Herrou devant le tribunal de Nice, le 22 octobre 2018 ( VALERY HACHE / AFP/Archives )

Quatre mois après la consécration par le Conseil constitutionnel du "principe de fraternité", la Cour de cassation examine mercredi les pourvois de Cédric Herrou et d'un autre militant, condamnés en 2017 à de la prison avec sursis pour avoir aidé des migrants.

L'enjeu de l'audience est de voir comment la Cour de cassation va décliner la décision du Conseil constitutionnel.

Le pourvoi a été formé par les deux militants de la vallée de la Roya, près de la frontière italienne, l'agriculteur Cédric Herrou, devenu le symbole de l'aide aux migrants, et le chercheur Pierre-Alain Mannoni.

Cédric Herrou a été condamné en août 2017 par la cour d'appel d'Aix-en-Provence à quatre mois de prison avec sursis, notamment pour avoir fait passer la frontière à des migrants.

La même cour a condamné en septembre 2017 Pierre-Alain Mannoni, à deux mois de prison avec sursis pour avoir aidé et transporté trois jeunes migrantes érythréennes. La cour d'appel l'a reconnu coupable d'avoir "facilité la circulation et le séjour" des migrantes.

Les avocats des deux militants avaient déposé un recours devant le Conseil constitutionnel pour lui demander d'abolir le "délit de solidarité", expression utilisée pour dénoncer les poursuites de ceux qui viennent en aide à des sans-papiers en France. Et le 6 juillet, le Conseil constitutionnel a jugé qu'une aide désintéressée au "séjour irrégulier" des étrangers ne saurait être passible de poursuites, au nom du "principe de fraternité".

De ce principe découle "la liberté d'aider autrui, dans un but humanitaire, sans considération de la régularité de son séjour sur le territoire national", selon la décision.

Les Sages ont décidé de sortir du champ des poursuites possibles toute aide humanitaire au "séjour" comme à la "circulation" des migrants. En revanche, "l'aide à l'entrée irrégulière" reste illégale.

Après la décision du Conseil constitutionnel, l'avocat de Cédric Herrou et Pierre-Alain Mannoni, Me Patrice Spinosi, avait estimé que les deux militants pourraient "bénéficier de cette réforme" qui "s'appliquera à toutes les poursuites encore en vigueur à la date de son entrée en fonction". La loi en France s'applique de manière rétroactive uniquement en faveur du mis en cause.

Le tribunal correctionnel de Gap aura bientôt à juger une nouvelle affaire: sept militants qui ont aidé une vingtaine de migrants à entrer en France comparaîtront le 8 novembre. Ils sont accusés d'"aide à l'entrée irrégulière" d'étrangers "en bande organisée".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2019

Communiqué de presse   23 Janvier 2019 Altran crée un nouvel institut de recherche et d'innovation pour la mobilité urbaine avec 47 partenaires…

Publié le 23/01/2019

BOIRONLe laboratoire publiera (après Bourse) son chiffre d'affaires annuel.ELIORLe groupe de restauration collective publiera son chiffre d'affaires du premier trimestre.STMICROELECTRONICSLe…

Publié le 23/01/2019

United Technologies progresse de 4,72% à 116,31 dollars sur les marchés américains, dans le sillage de résultats supérieurs aux attentes au titre de son quatrième trimestre 2018. Ainsi, le…

Publié le 23/01/2019

A l’occasion d’une journée Investiseurs, Neopost a levé le voile sur sa nouvelle stratégie baptisée « Back to Growth » et portant sur la période 2019-2022. Ainsi, le spécialiste du…

Publié le 23/01/2019

Ingenico chute de 12% à 46,03 euros après avoir atteint 44,41 euros, soit son plus niveau depuis avril 2013. Les investisseurs sanctionnent le quatrième avertissement sur résultats en moins d'un…