5 319.17 PTS
-0.32 %
5 307.50
-0.41 %
SBF 120 PTS
4 234.88
-0.39 %
DAX PTS
12 993.73
-0.41 %
Dowjones PTS
23 358.24
-0.43 %
6 314.51
-0.39 %
Nikkei PTS
22 396.80
+0.20 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Après Charlottesville, la pression enfle autour des monuments confédérés

| AFP | 174 | Aucun vote sur cette news
La statue en bronze d'un soldat confédéré,  monument rendant hommage à la mémoire des soldats confédérés tués pendant la guerre de Sécession, à Alexandrie, en Virginie, le 14 août 2017
La statue en bronze d'un soldat confédéré, monument rendant hommage à la mémoire des soldats confédérés tués pendant la guerre de Sécession, à Alexandrie, en Virginie, le 14 août 2017 ( Paul J. Richards / AFP )

Dressé au milieu d'un carrefour fréquenté de la ville d'Alexandria, tournant le dos à la capitale fédérale Washington, il regarde vers le sud où se trouvent les champs de bataille de la guerre de Sécession sur lesquels sont tombés ses camarades.

La statue en bronze de ce soldat confédéré, érigée il y a près de 130 ans, s'appelle "Appomattox". C'est dans cette petite ville de Virginie (est) que les troupes confédérées se sont rendues aux soldats de l'Union en 1865.

Elle fait partie des centaines de monuments rendant hommage à la mémoire des soldats confédérés tués pendant ce sanglant conflit de quatre ans. La polémique autour du devenir de ces symboles controversés du Sud esclavagiste n'a fait qu'augmenter ces dernières années.

Et les événements tragiques de samedi à Charlottesville ont remis de l'huile sur le feu. Une personne a été tuée lors de violences entre suprémacistes blancs --protestant contre le retrait d'une statue du général sudiste Robert E. Lee-- et contre-manifestants.

Le président Donald Trump, tout en déclarant ne pas vouloir agir politiquement dans ce dossier épineux, a semblé donner raison mardi aux défenseurs des monuments confédérés.

"George Washington possédait des esclaves (...). Est-ce qu'on va enlever ses statues ? Et Thomas Jefferson ? Est-ce qu'on va enlever ses statues ? Il possédait beaucoup d'esclaves", a-t-il déclaré, en référence aux premier et troisième présidents des Etats-Unis, tous les deux morts bien avant la guerre de Sécession.

- 'Une période noire de notre histoire' -

Des monuments confédérés ont déjà été retirés, notamment dans le sud où il n'est pas rare de voir encore flotter des drapeaux confédérés, considérés comme des symboles racistes.

A Durham (Caroline du Nord), la statue d'un soldat confédéré érigée en 1924 a été abattue lundi par des manifestants et, le même jour, une autre a été déboulonnée à Gainesville (Floride). A Nashville (Tennessee), des dizaines de manifestants ont réclamé le retrait du Capitole d'un buste de Nathan Bedford Forrest, général confédéré et fondateur du Ku Klux Klan.

Le maire de Lexington (Kentucky), Jim Gray, a annoncé samedi sa volonté de déplacer deux statues confédérées.

La statue en bronze d'un soldat confédéré,  monument rendant hommage à la mémoire des soldats confédérés tués pendant la guerre de Sécession, à Alexandrie, en Virginie, le 14 août 2017
La statue en bronze d'un soldat confédéré, monument rendant hommage à la mémoire des soldats confédérés tués pendant la guerre de Sécession, à Alexandrie, en Virginie, le 14 août 2017 ( PAUL J. RICHARDS / AFP )

"La guerre de Sécession a été une période noire de notre histoire. Certes, nous ne devons pas oublier. Mais nous devons raconter avec exactitude et véracité ce qu'il s'est passé", a déclaré M. Gray. "A Lexington se trouvait l'un des plus grands marchés aux esclaves d'Amérique", a-t-il ajouté.

"Nous ne pouvons pas continuer à rendre hommage à ces hommes qui se sont battus pour préserver l'esclavage, sur un sol où des hommes, des femmes et des enfants ont été eux-mêmes vendus comme esclaves", a justifié l'édile.

La controverse autour du drapeau confédéré a été ravivée en juin 2015, après le meurtre de neuf Noirs dans une église de Caroline du Sud par un suprémaciste blanc qui aimait poser avec ce drapeau.

Un mois plus tard, cet Etat du sud-est décidait d'enlever ce drapeau de son parlement. L'Alabama (sud) a fait de même.

- 1.500 symboles confédérés -

Plus récemment, des statues du général Lee, du général P.G.T. Beauregard et de l'ex-président des Etats confédérés Jefferson Davis ont été déboulonnées à la Nouvelle-Orléans (Louisiane, sud). "La Confédération était du mauvais côté de l'histoire et de l'humanité", expliquait en mai Mitch Landrieu, son maire.

"C'est cette histoire que nous ne devrions jamais oublier, et qu'il ne faudrait jamais remettre sur un piédestal pour l'y vénérer", avait-il ajouté.

Selon un rapport publié en 2016 par le Southern Poverty Law Center (SPLC), spécialisé dans les mouvements extrémistes et les droits civiques, plus de 1.500 symboles confédérés demeurent encore dans l'espace public aux Etats-Unis, la plupart dans le sud.

Ce chiffre inclut plus d'une centaine d'écoles publiques portant le nom de soldats ou d'hommes politiques des Etats confédérés.

Pour leurs défenseurs, enlever ces symboles revient à effacer un pan de l'histoire américaine et de l'héritage sudiste.

Mais, selon les historiens, la majorité ont été érigés pendant la ségrégation raciale ou en réaction au mouvement des droits civiques dans les années 1960.

"Dans la plupart des cas, préserver l'histoire n'était pas l'objectif véritable de ces installations", a expliqué Richard Cohen, président du SPLC, dans un communiqué, soulignant qu'elles "ont parfois été érigées par provocation par des suprémacistes blancs opposés à l'égalité pour les Noirs".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/11/2017

Affine a acquis auprès de la société belge Banimmo (dont elle détient 49,5 %), le marché Vaugirard, situé à Paris 15ème face à la gare Montparnasse. Cette galerie commerciale, ouverte sur le…

Publié le 17/11/2017

Gaussin Manugistique, spécialisée dans l'audit des process de manutention, a annoncé la réception usine par son distributeur Blyyd de 2 véhicules ATM (Automotive Trailer Mover) Full Elec. Les ATM…

Publié le 17/11/2017

Résultats trimestriels...

Publié le 17/11/2017

Article L. 233-8-II du Code de commerce et article 223-16 du Règlement général de l'AMF Dénomination sociale de l'émetteur :             Atos SE Name and…

Publié le 17/11/2017

Conformément à la réglementation relative aux rachats d'actions, Atos SE déclare ci-après les opérations d'achats d'actions propres pour un montant de 13,8 millions…

CONTENUS SPONSORISÉS